Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘dur’

Rien de plus dur (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 17 juillet 2020



Rien de plus dur que
Les noix
De muscade du passé

Mais la râpe du temps
Est en inox
Alors
Pour aimer encore un
Peu

On feuillette
Les cahiers d’écoliers

Les brouillons
Et les livres d’images
Défraîchis
Où la vie a griffonné
Sur la peau

Pour passer
L’examen de savoir
Si l’âme avait
Autre chose à proposer

Un serment de mots
Par exemple

Un billet aller-simple
Pour ailleurs
N’importe où à deux

(Werner Lambersy)

Illustration: Lauri Blank

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CHERCHER (Olly Komenda-Soentgerath)

Posted by arbrealettres sur 9 juillet 2020



Illustration: Edvard Munch
    
Poem in French,Dutch, Spanish, English,Italian, German, Portuguese, Sicilian, Romanian, Polish, Greek, Chinese, Arab, Hindi, Japanese, Farsi, Bulgarian, Icelandic, Russian, Malaya, Filipino, Hebrew, Tamil

Poem of the Week Ithaca 637
by OLLY KOMENDA-SOENTGERATH, Czech Republic (1923)
From: « Das schläft mir nachts unter den Lidern », Heiderhoff Verlag
© by Carsten Pfeiffer, Leipzig.

─ All translations are made in collaboration with Germain Droogenbroodt ─

CHERCHER

Avec la canne blanche de l’aveugle
j’ai frappé la terre à la recherche d’un être humain.
Chaque fois seul le sable bruissait en glissant sous elle.
Mais aujourd’hui,
aujourd’hui
j’ai heurté la roche dure
et la profondeur
m’a renvoyé
un écho :
ta voix.

Traduction Elisabeth Gerlache

***

ZOEKEN

Met de witte stok van de blinde
heb ik de aarde afgeklopt naar een mens.
Er ritselde telkens alleen maar zand onder hem weg.
Maar vandaag,
vandaag
stootte ik op vast gesteente,
en de diepte
stuurde een echo
naar mij toe:
jouw stem.

Vertaling Germain Droogenbroodt

***

BUSCAR

Con el bastón blanco del ciego
he estado buscando un humano en la tierra.
Siempre hallé arena goteando bajo sus pies.
Pero hoy,
hoy
me topé con una roca sólida,
y la profundidad
me envió un eco:
tu voz.

Traducción Rafael Carcelén

***

SEARCHING

With the white cane of the blind
I tapped the earth, searching for a human.
Only sand was always rustling away beneath.
But today
today
I struck solid rock,
and the depth
sent an echo
up to me:
your voice.

Translation Stanley Barkan

***

CERCARE

Con il bastone bianco del cieco,
battevo la terra, cercando un essere umano.
La sabbia frusciava sempre di sotto.
Ma oggi,
oggi
ho colpito la solida roccia,
e le sue viscere
hanno inviato un’eco
fino a me:
la tua voce.

Traduzione di Luca Benassi

***

SUCHEN

Mit dem weißen Stock des Blinden
hab‘ ich die Erde abgeklopft nach einem Menschen.
Es rieselte immer nur Sand unter ihm weg.
Heut‘ aber
heute
stieß ich auf festes Gestein,
und die Tiefe
schickte ein Echo
herauf zu mir:
deine Stimme.

Übersetzung Wolfgang Klinck

***

BUSCAR

Com o bastão branco do cego
estive buscando um ser humano na terra.
Sempre encontrei areia gotejando sob seus pés.
Mas hoje,
encontrei uma rocha sólida.
e a profundidade
enviou-me um eco:
a tua voz.

Tradução ao português: José Eduardo Degrazia

***

CIRCANNU

Cu lu bastuni biancu di li orbi
Battivi la terra, circannu un siri umanu.
C’era sempri rina ca frusciava ddassutta.
Ma oggi,
oggi
tuccavi petra viva
e di ddassutta ‘n funnu
mi nchianau:
n’ecu
la to vuci.

Traduzzioni di Gaetano Cipolla

***

CĂUTARE

Cu bastonul alb, de orb,
am tot lovit pământul în căutarea unui om.
Din el n-a ieșit decât pleavă
iar astăzi
astăzi
am ajuns la o stâncă,
ce din adânc
m-a întâmpinat
cu ecoul
vocii tale.

Traducere: Gabriela Căluțiu Sonnenberg

***

POSZUKUJĄC

Białą laską niewidomych
Opukiwałam ziemię, poszukując człowieka.
Piasek zawsze osypywał się w dole z szelestem.
Ale dzisiaj,
dzisiaj
uderzyłam litą skałę
a głębia
odesłała do mnie
echo:
twój głos.

Przekład na polski: Mirosław Grudzień−Małgorzata Żurecka

***

ΨΑΧΝΟΝΤΑΣ

Με το μπαστούνι του τυφλού
τη γη εχτύπησα
άνθρωπο για να βρω
κι η άμμος θρόισε σε βάθος.
Σήμερα όμως
βράχο χτύπησα
που αντήχησε:
τη φωνή σου

Μετάφραση Μανώλη Αλυγιζάκη//translated by Manolis Aligizakis

***

搜 寻

用盲人的白手杖,
我敲打大地,寻找人。
沙子总在下面沙沙流响。
但今天,
今天
我撞到了坚硬的岩石,
而深处
发上来一种回音
给我:
“你的声音”。

Chinese translation William Zhou

***

بحث

بعصا بيضاء للمكفوفين،
تلمست طريقي على الأرض، لعلي أصادف إنسانا.
فعلى الدوام، كانت الرمال تنزاح من طريقي في كل اتجاه
لكن اليوم،
هذا اليوم
أصبت صخرة صلدة،
وترامى إلى مسامعي صوت صداها في الأعماق وهو يردد:
إنه صوتك.

Arabic translation Amal Bouchareb

***

ढूंढ रहा हूं

अंधे के सफेद बेंत के साथ,
मैंने पृथ्वी को टैप किया,
मानव की तलाश की।
रेत हमेशा नीचे की ओर
सरसराहट कर रही थी।
लेकिन आज,
आज
मैंने ठोस पत्थर मारा,
और गहराई
एक प्रतिध्वनि भेजी
मेरे ऊपर:
तुम्हारी आवाज़।

Hindi translation by Jyotirmaya Thakur

***

探し求めて

盲の白杖で地面をたたく
人を求めて
砂はいつも下でさらさらと音を立てる
ところが今日
そう今日のこと
硬い岩を叩いたならば
深くからこだまがしたのだ
私のところまで
君の声が

Japanese translation Manabu Kitawaki

***

جستجو
با عصای سفید کوران،
من بر زمین زدم، در جستجوی انسان.
ماسه همیشه زیرش خش خش میکرد.
اما امروز،
امروز
عصایم به سنگ سختی اصابت کرد،
و ازاعماق
پژواکی فرستاد
برایم:
از صدایت.
اولی کومندا-سوئنتگرات، چک ریپابلیک
ترجمه: سپیده زمانی

Farsi translation by Sepideh Zamani

***

ТЪРСЕЙКИ

С белия бастун на слепия,
аз почуквах земята, търсейки човека.
Пясък винаги свистеше отдолу.
Но днес,
днес
ударих по твърда скала
и дълбочината
изпрати едно ехо
до мен:
твоя глас.

превод от английски: Иван Христов
Bulgarian translation Ivan Hristov

***

AÐ LEITA

Með hvíta blindrastafnum
bankaði ég á jörðina í leit að manneskju.
Það sáldraðist aðeins sandur undan honum.
En í dag,
í dag
hitti ég á harðan stein
og djúpið
sendi mér
bergmál:
rödd þína.

Þór Stefánsson þýddi samkvæmt enskri þýðingu

***

ИЩУ

Моя белая трость слепого
по дорогам стучала, искала кого-то.
Под ногами все время шуршал лишь песок.
Носегодня,
сегодня
на пути встал гранит,
и пропасть
отозвалась
эхом:
твоим голосом.

ПереводГДарьиМишуевой
Russian translation by Daria Mishueva

***

PENCARIAN

Denganrotanputih orang buta
akumengetukbumi,mencarimanusia.
Hanyadesiranpasiryang berkarat di bawah.
Tapihariini
hariini
akuketuk batu pejal
dan kedalamannya
mengirimgema
kepadaku:
suaramu.

Penterjemah: Dr.Raja Rajeswari Seetha Raman

***

NAGHAHANAP

Gamit ang kulay puting tungkod ng bulag,
Tinapik ko ang lupa, hinahanap ang isang tao.
Buhangin sa ilalim ay laging kumakaluskos.
Subalit ngayon,
ngayon
Tinamaan ko ang malaking bato,
at ang kailaliman
ay nagpahatid ng alingawngaw
patungo sa akin:
ang iyong tinig.

Translated in Filipino by Eden Soriano Trinidad

***
חיפוש

בַּמַּקֵּל הַלָּבָן שֶׁל הָעִוֵּר,
הִקַּשְׁתִּי עַל הַקַּרְקַע, חִפַּשְׂתִּי בֶּן אֱנוֹשׁ.
הַחוֹל הָיָה תָּמִיד מְרַשְׁרֵשׁ וְחוֹמֵק הָלְאָה לְמַטָּה.

אֲבָל הַיּוֹם,
הַיּוֹם
פָּגַעְתִּי בְּסֶלַע מוּצָק,
וְהַמַּעֲמַקִּים
שָׁלְחוּ הֵד
לְמַעְלָה עַד אֵלַי:
קוֹלְךָ.

תרגום מאנגלית לעברית: דורית ויסמן
Hebrew translation Dorit Weisman

***

தேடுதல்!

குருடனின் வெள்ளைக் கைத்தடியை வைத்து
பூமியைமெல்லத் தட்டினேன், மனிதனைத் தேடி
கீழிருக்கும் மணல் செய்யும் ஓசையோடு

ஆனால் இன்று
வலிமையான பாறையைத் தட்டினேன்
அதன் ஆழம்
ஓர் எதிரொலியை அனுப்பியது
என்வரை;
உனது குரல்!

Tamil translation N.V. Subbaraman

(Olly Komenda-Soentgerath)

 

Recueil: ITHACA 637
Editions: POINT
Site: http://www.point-editions.com/en/

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

En marchant la nuit dans un bois (Victor Hugo)

Posted by arbrealettres sur 1 juillet 2020



    

En marchant la nuit dans un bois

I

Il grêle, il pleut. Neige et brume ;
Fondrière à chaque pas.
Le torrent veut, crie, écume,
Et le rocher ne veut pas.

Le sabbat à notre oreille
Jette ses vagues hourras.
Un fagot sur une vieille
Passe en agitant les bras.

Passants hideux, clartés blanches ;
Il semble, en ces noirs chemins,
Que les hommes ont des branches,
Que les arbres ont des mains.

II

On entend passer un coche,
Le lourd coche de la mort.
Il vient, il roule, il approche.
L’eau hurle et la bise mord.

Le dur cocher, dans la plaine
Aux aspects noirs et changeants,
Conduit sa voiture pleine
De toutes sortes de gens.

Novembre souffle, la terre
Frémit, la bourrasque fond ;
Les flèches du sagittaire
Sifflent dans le ciel profond.

III

– Cocher, d’où viens-tu ? dit l’arbre.
– Où vas-tu ? dit l’eau qui fuit.
Le cocher est fait de marbre
Et le coche est fait de nuit.

Il emporte beauté, gloire,
Joie, amour, plaisirs bruyants ;
La voiture est toute noire,
Les chevaux sont effrayants.

L’arbre en frissonnant s’incline.
L’eau sent les joncs se dresser.
Le buisson sur la colline
Grimpe pour le voir passer.

IV

Le brin d’herbe sur la roche,
Le nuage dans le ciel,
Regarde marcher ce coche,
Et croit voir rouler Babel.

Sur sa morne silhouette,
Battant de l’aile à grands cris,
Volent l’orage, chouette,
Et l’ombre, chauve-souris.

Vent glacé, tu nous secoues !
Le char roule, et l’oeil tremblant,
A travers ses grandes roues,
Voit un crépuscule blanc.

V

La nuit, sinistre merveille,
Répand son effroi sacré ;
Toute la forêt s’éveille
Comme un dormeur effaré.

Après les oiseaux, les âmes !
Volez sous les cieux blafards.
L’étang, miroir, rit aux femmes
Qui sortent des nénuphars.

L’air sanglote, et le vent râle,
Et, sous l’obscur firmament,
La nuit sombre et la mort pâle
Se regardent fixement.

(Victor Hugo)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’ OMBRE (Claude Roy)

Posted by arbrealettres sur 23 juin 2020



Illustration: Markus Raetz
    
L’ OMBRE

L’ombre essaie de ressembler
à celui qu’elle accompagne,
mais c’est toujours à refaire,
toujours à recommencer.
Métier d’ombre, métier d’ombre,
c’est un vrai métier de chien,
on s’échine, se déchire,
se fatigue, se détruit.
Métier d’ombre, route d’ombre,
la vie est dure à gagner.

Si contente était mon ombre
de marcher au bord de mer.
Mais quand je plonge dans l’eau
elle est perdue aussitôt,
elle se débat et pleure
comme un enfant égaré.
Reviens, reviens sur le sable,
me crie mon ombre fidèle,
reviens vite à mes côtés,
ne me laisse jamais seule.

Elle est plus faible que moi,
elle se perd en chemin,
elle s’accroche aux buissons
perdant ses flocons de laine,
et s’écorche les genoux,
et se noie dans les ruisseaux
grelottant le soir venu,
redoutant les nuages gris.
Métier d’ombre, chemin d’ombre,
mon ombre est bien fatiguée.

(Claude Roy)

 

Recueil: Claude Roy un poète
Traduction:
Editions: Gallimard Jeunesse

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE COEUR DU VIEUX VESUVE (Mihai Beniuc)

Posted by arbrealettres sur 17 juin 2020




    
LE COEUR DU VIEUX VESUVE

De moi ne restera peut-être
Rien que l’amour pour mon pays.
Peut-être qu’à nos descendants
Le don semblera trop petit.

D’autres avec beaucoup d’éclat
Surgiront du volcan du temps.
Moi, légère et mince fumée,
Je me dissoudrai lentement.

La gloire ne fut pas mon lot.
Elément plus dur et plus grave,
Je n’ai déversé sur mon siècle
Cendre ou vapeur, mais de la lave.

Catastrophe sur Pompéi,
Je l’étouffai en éclatant,
A ma pâte en feu n’échappèrent
Sbires, pharisiens ni savants.

L’humanité sans empereur
Grandit pendant que je sommeille.
Prenez garde, ne bougez pas,
Car tout au fond le brasier veille.

Mon front lisse est couvert de neige,
M’entourent paix et quiétude,
Mais, au tréfonds de la montagne,
Il bat, le coeur du vieux Vésuve.

(Mihai Beniuc)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA MERE A SON FILS (Langston Hughes)

Posted by arbrealettres sur 4 juin 2020



 

Christian Carrette  infinity-stairs- [1280x768]

LA MERE A SON FILS

Eh bien mon fils, je vais te dire quelque chose :
La vie ça n’a pas été pour moi un escalier de verre.
Il y a eu des clous,
Des échardes,
Et des planches défoncées,
Et des endroits sans moquettes,
A nu.
Mais quand même,
Je grimpais toujours,
Je passais les paliers,
Je prenais les tournants,
Et quelquefois j’allais dans le noir
Quand y avait pas de lumière.
Alors mon garçon faut pas retourner en arrière.
Faut pas t’asseoir sur les marches
Parce que tu trouves que c’est un peu dur.
Et ne va pas tomber maintenant…
Parce que, mon fils, moi je vais toujours,
Je grimpe toujours,
Et la vie ça n’a pas été pour moi un escalier de verre.

***

Mother to Son

Well, son, I’ll tell you:
Life for me ain’t been no crystal stair.
It’s had tacks in it,
And splinters,
And boards torn up,
And places with no carpet on the floor—
Bare.
But all the time
I’se been a-climbin’ on,
And reachin’ landin’s,
And turnin’ corners,
And sometimes goin’ in the dark
Where there ain’t been no light.
So, boy, don’t you turn back.
Don’t you set down on the steps.
‘Cause you finds it’s kinder hard.
Don’t you fall now—
For I’se still goin’, honey,
I’se still climbin’,
And life for me ain’t been no crystal stair.

(Langston Hughes)

Illustration: Christian Carrette

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dure Limite (Téléphone)(Jean-louis Aubert)

Posted by arbrealettres sur 30 mai 2020



 

 
    
Dure Limite

Est-ce l’envie?
Ou est-ce ton corps?
Est-ce notre vie
Qui fait que ça dure encore?

Est-ce ton bonheur?
Où est-ce mon honneur
qui me tient prisonnier
ou qui me fait geôlier?

Est-ce l’habitude,
Toujours la même attitude,
le vide de chaque jour,
Ou le manque d’amour?

Est-ce l’amour,

Étrange amour ?
Est-ce la douceur
de tes caresses mon cœur?

Une dure limite, un mur d’amour
Dure limite, amour pas mûr
Pas mûr, pas mûr

Mur, tessons de bouteilles
Grilles et chiens qui veillent
Chacun sur ses gardes, qui monte la garde
Les frontières, échecs d’hier
Les autres terres, tous nos cimetières

Une dure limite, un mur d’amour
Dure limite, amour pas mûr
Pas mûr, pas mûr

Dure limite, mur d’amour
Dure limite, amour pas mûr
Pas mûr, pas mûr {2x}

Et le mur de Berlin n’a pas,
n’a pas de fin
Non le mur de Berlin,
t’en as un, j’en ai un
Il coupe la terre en deux,
comme une grosse pomme
Il coupe ta tête en deux,
comme la première pomme un peu
Il coupe ta tête en deux
et te fait femme ou homme,
si tu veux
Puis il serpente entre deux terres
et te fait faire toutes les guerres,
toutes les guerres

Une dure limite, un mur d’amour
Une dure limite
Moeurs d’amour, mœurs d’amour
Une dure, dure, dure limite {3x}
Dure limite

(Téléphone)(Jean-louis Aubert)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chanson POÉSIE (Victor Hugo)

Posted by arbrealettres sur 25 avril 2020



Illustration
    
Chanson POÉSIE

Les hirondelles sont parties.
Le brin d’herbe a froid sur les toits ;
Il pleut sur les touffes d’orties.
Bon bûcheron, coupe du bois.

Les hirondelles sont parties.
L’air est dur, le logis est bon.
Il pleut sur les touffes d’orties.
Bon charbonnier, fais du charbon.

Les hirondelles sont parties.
L’été fuit à pas inégaux ;
Il pleut sur les touffes d’orties.
Bon fagotier, fais des fagots ;

Les hirondelles sont parties.
Bonjour, hiver ! bonsoir, ciel bleu !
Il pleut sur les touffes d’orties.
Vous qui mourez, faites du feu.

Les hirondelles sont parties.
Givre la nuit, bise le jour.
Il pleut sur les touffes d’orties.
Vous qui vivez, faites l’amour.

(Victor Hugo)

 

Recueil: Les rayons et les ombres
Traduction:
Editions: Bayard Jeunesse

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si pour toi je quitte tout (Elizabeth Browning)

Posted by arbrealettres sur 16 mars 2020




    

Si pour toi je quitte tout, en échange
Seras-tu tout pour moi ? N’aurais-je point
Regret du baiser que chacun reçoit
A son tour, et ne trouverais-je étrange,
Levant la tête, de voir de nouveaux murs ?
Comment … Une autre maison que celle-ci ?
Combleras-tu cette place auprès de moi
Pleine de trop tendres yeux pour changer ?
C’est le plus dur. Si vaincre l’amour est
Eprouvant, vaincre la peine plus afflige ;
Car la peine est amour et peine aussi.
Las, j’ai souffert et suis rude à aimer.
Mais aime-moi – Veux-tu ? Ouvre ton cœur,
Et drape en lui les ailes de ta colombe.

(Elizabeth Browning)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

Recueil: Quelqu’un plus tard se souviendra de nous
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dors, Negrito… (Atahualpa Yupanqui)

Posted by arbrealettres sur 11 février 2020



Illustration
    
Dors, Negrito…

Dors, dors, Negrito,
pendant que ta mère est aux champs,
Negrito.

Elle rapportera des cailles pour toi,
elle rapportera de bons fruits pour toi,
elle rapportera de la viande de porc pour toi,
elle rapportera beaucoup de choses pour toi.
Et si le petit enfant noir ne s’endort pas,
le diable blanc viendra
et aïe !
ses petons, il lui mangera…
Chacapumba, chacapumba !

Dors, dors, Negrito,
pendant que ta mère est aux champs,
Negrito,
pour y travailler,
travailler durement,
travailler, oui,
travailler dans ses habits de deuil,
travailler, oui,
travailler en toussant,
travailler, oui,
travailler sans être payée,
travailler, oui,
pour son Negrito si petit,
travailler, oh oui…

Dans ses habits de deuil, oui,
en toussant, oui,
sans être payée, oui,
durement, oh oui.

Dors, dors, Negrito,
pendant que ta mère est aux champs,
Negrito.

(Atahualpa Yupanqui)

 

Recueil: Les poèmes ont des oreilles
Traduction:
Editions: Rue du Monde

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :