Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘étoile’

J’ai été (Taliesin Barde celtique)

Posted by arbrealettres sur 22 septembre 2017



J’ai été sous de multiples formes
Avant de trouver mon être définitif,
Il m’en souvient très clairement.
J’ai été une lance étroite et dorée,
J’ai été goutte de pluie dans les airs,
J’ai été la plus lointaine des étoiles,
J’ai été mot parmi les lettres,
J’ai été livre dans l’origine,
J’ai été lumière de la lampe.

(Taliesin Barde celtique)

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Elle a cet âge (Pierre Dhainaut)

Posted by arbrealettres sur 20 septembre 2017



Illustration: Félix Vallotton
    
Elle a cet âge où l’on court devant soi, très droit,
très vite, en agitant les bras. elle se livre sans réserve
à chaque pas, à chaque pas elle retrouve l’équilibre.

Plus tard elle ira en forêt comme sous les étoiles,
mais sera-t-elle aussi farouche. émerveillée,
qu’à la lisière entre les dalles de ciment et la prairie
où elle s’arrête, où elle s’incline ? elle découvre l’herbe.

Nous qui n’étions que l’ombre derrière elle,
elle nous apparaît ruisselante de souffles
quand elle se retourne, et nous l’embrassons sur les joues.

(Pierre Dhainaut)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

IL Y A …(Dominique Joye)

Posted by arbrealettres sur 19 septembre 2017



 

Regard

IL Y A …

Il y a la forêt de roses, certains soirs dans l’extase
Où des orages de soleils coulent à la source de tes yeux.

Il y a les saisons de couleurs, des nuits de ton amour
Comme une étrange liberté à l’ivresse du temps perdu.

Il y a les papillons de lumière qui volent dans nos têtes
Pour oublier l’araignée de la faim endormie dans la raison du sommeil.

Il y a la perte des étoiles dans le froissement du vent
Et ta bouche sur la mienne qui donne l’énergie aux ténèbres.

Il y a la beauté de l’horizon dans la courbure des blés,
Comme la volupté de l’eau des désirs de mon corps.

Il y a la griffe du sang sur l’étendue de la mer
Où la main de notre espace cueille l’orchidée du matin.

Il y a la neige des vagues qui gonfle la voilure de l’ombre
Jusqu’à l’absence d’un regard dans la retenue des astres.

Il y a l’azur de la pluie bu par le pourpre des jasmins
Dans les champs de nénuphars où s’envolent des hirondelles.

Il y a l’étreinte de la souffrance, l’échange d’un sourire
Et le besoin de tes yeux jusqu’à la folie de vivre.

(Dominique Joye)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Au midi des contradictions (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 18 septembre 2017




Au midi des contradictions

Il n’y a pas de vague plus fatale que la mer ;
pas d’arbre plus illustre que la forêt.

Ni du limon, ni de l’étoile ;
nous tenons de l’un et l’autre à la fois.
Les contraires embroussaillent nos chemins ;
notre avance se réalise à la lente cadence du choix.

Le souffle court, nous ne marchons que par étapes ;
le regard impatient, nous ne savons pas séjourner.
Avancer, reprendre joie, défier l’obstacle,
peut-être le vaincre, puis aller de nouveau : tels sont nos possibles.
Aimons les rayons d’un soleil menacé ;
qu’il nous soit cher l’étang qui retient sa part de ciel.

Incertains de nos sources, qu’aurons-nous à livrer à la nuit ?
Peut-être ces lueurs qui dénoncèrent l’opaque, peut-être
la trace bleue d’un bonheur qui fuit.

«L’amour est toute la vie », Il est vain de prétendre
qu’il y a d’autres équilibres.
Le dénué d’amour trace partout des cercles dont le centre n’est pas.

Ceux qui s’aiment dénouent, en leur saison privilégiée,
toutes les amarres.
Étrange et doux espace.
S’entremêlant, les fleuves chantent déjà la mer.

Le coeur se rit de l’absurde.
Sa vérité est au midi des contradictions.

Regarder, écouter, c’est un peu la même chose :
une attention passionnée à la transparence de l’ami.

(Andrée Chedid)


Illustration: Sylvie Lohmann   » Pensées Contradictoires »

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Était-ce tout? (Pär Lagerkvist)

Posted by arbrealettres sur 18 septembre 2017



Tout s’oubliera. Les destins de chacun
descendront les marches sombres de l’oubli
pour se fondre dans l’obscurité dernière.
Tout s’éteindra. La tragédie prendra fin,
les lumières s’éteindront, toutes les étoiles du ciel
qui furent témoins du cruel déroulement du drame,
absurde et misérable dans sa perversité.
Vide la scène aux décors défraîchis,
et la petite dague empoisonnée que brandissaient les hommes
les uns contre les autres, jetée sur son tas d’ordures.

L’oubli, le silence. Rien dont se souvenir.
Personne pour se souvenir.
Le vide.

Était-ce tout?
Nous ne le savons pas.

***

Allt skall glömmas. Alla mänskoöden
stiga nedför glömskans skumma trappsteg
för att slockna i det sista mörkret.
Allt skall slockna. Tragedien sluta,
rampen släckas, himlens alla stjärnor
som bevittnat dramats grymma handling,
meningslös och fattig i sin ondska.
Scenen tom, med sjaskiga kulisser,
och den lilla giftdolk mänskor använt
mot varandra bortslängd i sin skräphög.

Glömska, tystnad. Ingenting att minnas.
Ingen som kan minnas.
Tomhet.

Var det allt ?
Det vet vi inte.

(Pär Lagerkvist)

Illustration: Odilon Redon

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Chaque matin (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 16 septembre 2017



Illustration: Remedios Varo Uranga
    
Chaque matin

Chaque matin je m’efforce de coudre
une pensée à une autre pensée
et chaque soir ma toile se défait.

Jamais la mer n’eut tant de coquillages,
la nuit jamais tant d’étoiles pensives.
L’universel invente l’harmonie

des éléments disparates, et moi
je ne sais pas rejoindre ma parole.
Tous mes pourquoi se dissolvent, mes heures

sont en désordre et mon horloge folle
ne sait unir le temps déchiqueté.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Editions: Albin Michel

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Trois petits oiseaux (Jean Richepin)

Posted by arbrealettres sur 15 septembre 2017



Nick Kenworthy three-little-birds-

Trois petits oiseaux

Au matin se sont rassemblés
Trois petits oiseaux dans les blés.
Ils avaient tant à se dire
Qu’ils parlaient tous à la fois,
Et chacun forçait sa voix.
Ca faisait un tire lire,
Tire lire la ou la.
Un vieux pommier planté là
A trouvé si gai cela
Qu’il s’en est tordu de rire.
Tire lire la ou la.

À midi se sont régalés
Trois petits oiseaux dans les blés.

Tout en chantant dans les branches
Leur joyeux turlututu,
Ils mangeaient, mangeras-tu ?
Et lâchaient des avalanches
De caca cataractant.
Ils en faisaient tant et tant
Que l’arbre tout éclatant
Était plein d’étoiles blanches,
Tire lire tire lire,
Était plein d’étoiles blanches,
Tire lire la ou la.

À la nuit se sont en allés
Trois petits oiseaux dans les blés.

Chacun rond comme une caille,
Ils zigzaguaient, titubant,
Voletant, roulant, tombant ;
Ils avaient tant fait ripaille
Que leurs ventres trop gavés
Leur semblaient de lourds pavés ;
Si bien qu’on les a trouvés
Ce matin morts sur la paille,
Tire lire tire lire,
Ce matin morts sur la paille,
Tire lire la ou la.

Un seul trou les a rassemblés,
Trois petits oiseaux dans les blés …

(Jean Richepin)

Illustration: Nick Kenworthy

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

OMBRES ANCESTRALES (Paul Auster)

Posted by arbrealettres sur 14 septembre 2017



 

OMBRES ANCESTRALES

Je te respire.
Je t’apaise pour que tu sortes de moi.
Je t’engourdis dans l’étendue
d’une lumière soeur.
Je te tète
jusqu’à la lie du désastre.

Le ciel pique une étoile errante
sur ma poitrine. Je vois le vent
comme un témoin, la nuit immense
qui est tombée
dans un dédale de chênes,
la distance.

Je te hante
jusqu’au seuil de douleur.
Je te vide de ta force.
Je te défie,
te déifie
pour rien et
pour personne.
Je deviens
ton nécessaire et plus violent
héritier.

(Paul Auster)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DEHORS (Valérie Rouzeau)

Posted by arbrealettres sur 12 septembre 2017



Illustration
    

DEHORS

Un mot sans savoir où on est trop
Yeux feuilles vin rouges
Sentiment serrement dans sa cage
Etoiles: décrochez-moi ça

(Valérie Rouzeau)

 

Recueil: NEIGE RIEN
Editions: Editions Unes

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce qui m’intéresse à présent (Kenneth White)

Posted by arbrealettres sur 12 septembre 2017



En art et en amour
J’ai toujours cherché
Et rarement trouvé
Ce qui me conduirait
Le plus loin possible de moi

Je suis las des lieux
Où l’homme se donne en spectacle
J’ai assez vu le théâtre humain
Les gesticulations de ses pantins
Toutes leurs petites histoires
Ce qui m’intéresse à présent
Ce sont les champs silencieux
Qui s’étendent alentour
Les mouvements de la mer
Le ciel semé d’étoiles
Le rapport entre mon corps et l’univers
Entre les nébuleuses et mon cerveau

(Kenneth White)

Découvert chez Lara ici

Illustration: Edvard Munch

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :