Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘tout’

De l’autre côté (Georges Drano)

Posted by arbrealettres sur 23 mars 2023


alice-au-pays-des-merveilles-image-1-grand-format

Ce que tu entends est de l’autre côté
où tout est présent.

(Georges Drano)

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Enfin le ciel (Pascale Senk)

Posted by arbrealettres sur 3 mars 2023




    
enfin le ciel –
plus haut plus clair plus vide
de toutes mes pensées

(Pascale Senk)

Recueil: L’effet haïku (Pascale Senk)
Editions: POINTS

Posted in poésie, haïku | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Douceur de printemps (Pascale Senk)

Posted by arbrealettres sur 3 mars 2023




    
douceur de printemps
enfin là, autour de moi
tout me réjouit

(Pascale Senk)

Recueil: L’effet haïku (Pascale Senk)
Editions: POINTS

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

DONNE-MOI TA MAIN (Gabriela Mistral)

Posted by arbrealettres sur 26 février 2023



Illustration: Pablo Picasso
    
DONNE-MOI TA MAIN

Donne-moi ta main
et nous danserons;
donne-moi ta main
et tu m’aimeras.

Nous serons ainsi
qu’une seule fleur,
ainsi qu’une fleur,
une fleur, c’est tout.

C’est le même chant
que nous chanterons;
c’est le même pas
que nous danserons.

Comme un seul épi
nous ondulerons,
comme un seul épi
un épi, c’est tout.

Tu t’appelles Rose
et moi Espérance,
mais nous oublierons
ton nom et le mien.

Et sur la colline
nous ne serons plus
qu’une unique danse,
unique, c’est tout.

(Gabriela Mistral)

Recueil: Poèmes choisis Prix Nobel de littérature 1945
Editions: Rombaldi

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Toutes les natures ont leur inclination (Dante)

Posted by arbrealettres sur 20 février 2023



Illustration: Josephine Wall
    
Toutes les natures ont leur inclination,
plus ou moins, selon leurs genres divers,
rapprochées de leur principe :

d’où vient qu’elles voguent vers divers ports
à travers la grande mer de l’Etre,
emportées chacune par l’instinct qu’elle a reçu :
celui-ci emporte le feu vers la lune ;
celui-ci meut les cœurs mortels ;
celui-ci condense et unit en une masse la terre.

Et les flèches de cet arc n’atteignent pas seulement
les créatures privées d’intelligence,
mais celles aussi douées d’intelligence et d’amour.

La Providence ordonnatrice de ce vaste tout,
par l’effusion de sa lumière
maintient perpétuellement en paix le ciel
où tourne le Cercle le plus rapide.

(Dante)

 

Recueil: Paradis
Traduction:
Editions:

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SI L’AMOUR FUT (André Frénaud)

Posted by arbrealettres sur 8 février 2023




    
SI L’AMOUR FUT

Mon amour, était-ce toi ou mon seul élan,
le nom que ma parole a donné à son désir.
As-tu existé, toi l’autre? Était-il véritable,
sous de larges pommiers entre les pignons,
ce long corps étendu tant d’années?

L’azur a-t-il été un vrai morceau du temps?
N’ai-je pas imaginé une vacance dans l’opaque?
Étais-tu venue, toi qui t’en es allée?
Ai-je été ce feu qui s’aviva, disparut?

Tout est si loin. L’absence brûle comme la glace.
Les ramures de mémoire ont charbonné.
Je suis arrêté pour jusqu’à la fin ici,
avec un souvenir arrêté qui n’a plus de figure.

Si c’est un rêve qu’éternel amour,
qu’importe j’y tiens.
J’y suis tenu ou je m’y trouve abandonné.
Désert irrémédiable et la creuse fierté.
Quand tu reviendras avec un autre visage,
je ne te reconnais pas, je ne sais plus voir, tout n’est rien.

Hier fut. Il était mêlé de bleu et frémissait,
ordonnancé par un regard qui change.
Une chevelure brillait, violemment dénouée,
recomposée autour de moi, je le croyais.
Le temps remuait parmi l’herbe souterraine.
Éclairés de colère et de rire, les jours battaient.
Hier fut.
Avant que tout ne s’ébranlât un amour a duré,
verbe qui fut vivant, humain amour mortel.

Mon amour qui tremblait par la nuit incertaine.
Mon amour cautionné dans l’oeil de la tempête
et qui s’est renversé.

(André Frénaud)

Recueil: Il n’y a pas de paradis
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une cascade gelée (Miyoko Hashimoto)

Posted by arbrealettres sur 1 février 2023



Illustration
    
Une cascade gelée,
droite,
oubliant tout.

***

(Miyoko Hashimoto)

 

Recueil: Haïjins japonais
Traduction: Dominique Chipot & Makoto Kemmoku
Editions: Points

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Dans tout ce qui existe à voir (Bhartrihari)

Posted by arbrealettres sur 25 janvier 2023



Illustration: Etienne Adolphe Piot
    
Dans tout ce qui existe à voir,
est-il objet plus beau
que le visage d’une jeune fille
aux yeux d’antilope
et vous souriant d’amour ?

Dans les choses que l’on respire,
y a-t-il rien de plus suave
que le souffle de sa bouche ?
Dans ce que l’on entend,
est-il rien de plus harmonieux
que sa voix ?

Dans les choses que l’on mange,
est-il rien de plus délicieux
que la saveur du frais bourgeon de ses lèvres ?
Dans le domaine du toucher,
sent-on rien de plus doux
que son corps ?

Qu’y a-t-il de mieux à voir en pensée
que l’image d’une jeune fille nouvelle éclose ?
Partout, ceux dont le coeur est aimant
éprouvent une émotion qui vient d’elle !

(Bhartrihari) (VIIe siècle)

Recueil: Un feu au coeur du vent Trésor de la poésie indienne Des Védas au XXIème siècle
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce que j’ ai ressenti et je ne veux pas le dire (Mundhr Masri)

Posted by arbrealettres sur 19 janvier 2023




    
Ce que j’ ai ressenti et je ne veux pas le dire

Aujourd’hui
en allant au travail
j’ai fait un détour
par le quai du vieux port
j’ai vu dans la brume matinale
beaucoup de navires immobiles
je ne pensais à rien
mais ce que j’ai ressenti, et j’ai voulu le dire,
c’est que je ne suis pas
à bord de l’un d’eux.

J’ai observé les mouettes qui miroitaient
en poussant leurs cris
elles ont toujours signifié pour moi
des corbeaux blancs
mais ce que j’ai ressenti, et j’ai voulu le dire,
c’est que je ne suis pas
l’un d’eux.

Le temps m’a rattrapé
alors j’ai tourné le dos à la mer
indifférent à tout
beaucoup de gens m’ont dépassé
certains ont échangé un salut avec moi
mais ce que j’ai ressenti, et je ne veux pas le dire,
c’est que je ne suis pas
l’un d’eux…

***

(Mundhr Masri)

 

Recueil: Poésie Syrienne contemporaine
Traduction:de l’Arabe par Saleh Diab
Editions: Le Castor Astral

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA VIE (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 14 janvier 2023




    
LA VIE
(pour Pierre Caizergues)

Ce temps qui nous engloutit
Ce souffle de passage
Cette brièveté des jours
Ce secret souterrain
Cette surprenante
Cette remuante
Ce presque rien :
La vie !

Cet aimant vers l’ailleurs
Cette flamme dans la nuit
Cette entaille de l’ombre
Cette esquisse d’éternité
Cet essor vers l’avenir
Cet élan du désir
Cette mystérieuse
Cette fabuleuse
Ce presque tout :
La vie !

(Andrée Chedid)

 

Recueil: L’Étoffe de l’univers
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :