Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘chercher’

A la limite de la lumière et de l’ombre (Odilon-Jean Périer)

Posted by arbrealettres sur 25 février 2017



 

 

A la limite de la lumière et de l’ombre
Je remue un trésor plus fuyant que le sable
Je cherche ma chanson parmi les bruits du monde
Je cherche mon amour au milieu des miracles

Un poème commence où la voix s’est brisée
Et je fais mon bonheur en dénouant tes mains
Quand nous nous rencontrons au bord d’une journée
Nouvelle, au bord de l’aube où le ciel nous rejoint

(Odilon-Jean Périer)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SECONDE VIE ICARE (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 23 février 2017



 

SECONDE VIE
ICARE

La voix du soleil

Écoute écoute-moi car toi tu peux m’entendre
Je le vois à tes yeux sans repos
Je le vois à tes mains raidies lorsque les mots sont pauvres puis
comme des feuilles qui ne peuvent mieux faire que mourir
Je le sens à ce souffle qui te prend et te laisse comme si les oiseaux
t’avaient quitté
Écoute écoute-moi car toi tu peux sortir de ta chair et de ta maison
comme le ferait un mort neuf de ses bandelettes
Tu peux m’entendre toi qui sais que ces épis de blé que l’on sépare
ne témoigneront plus pour le chant de la terre
Tu peux m’entendre toi qui cherches la vie et la raison de vivre
Toi qui sais que tout est autre chose encore
Et le secret dont tu as une part aussi vrai que le son de tes pas
sur l’asphalte des villes

Ce cri que je suis
Ce cri que je suis en toi
Écoute-le et laisse ces royaumes sans énigmes où les jours
s’abattent l’un sur l’autre comme les volets d’une maison sage

Ce cri que je suis en toi fera tomber les écailles de ta première
naissance

Ce cri d’amour que je suis en toi
Ce cri d’amour que je suis en toi

Plus terrible que l’inquiétude du matin et que les mers dont la
nuit sonde les profondeurs
D’autres n’en veulent pas

Ils laissent accumuler en eux des moissons vaines entre lesquelles
je ne peux me frayer le passage

Ce cri
Ce cri terrible et tendre que je suis en toi habite ton visage le
plus nu
Qu’il te prenne que tu n’aies plus de cesse
Qu’il redresse ta jeune nuque qu’il batte à tes tempes
Et en ce point sacré entre tes deux yeux.

(Andrée Chedid)

Illustration: Henri Matisse

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dors-tu ? (Marceline Desbordes-Valmore)

Posted by arbrealettres sur 12 février 2017



 

Alberto Donaire  la-puerta-abierta

Dors-tu ?

Et toi ! dors-tu quand la nuit est si belle,
Quand l’eau me cherche et me fuit comme toi ;
Quand je te donne un coeur longtemps rebelle ?
Dors-tu, ma vie ! ou rêves-tu de moi ?

Démêles-tu, dans ton âme confuse,
Les doux secrets qui brûlent entre nous ?
Ces longs secrets dont l’amour nous accuse,
Viens-tu les rompre en songe à mes genoux ?

As-tu livré ta voix tendre et hardie
Aux fraîches voix qui font trembler les fleurs ?
Non ! c’est du soir la vague mélodie ;
Ton souffle encor n’a pas séché mes pleurs !

Garde toujours ce douloureux empire
Sur notre amour qui cherche à nous trahir :
Mais garde aussi son mal dont je soupire ;
Son mal est doux, bien qu’il fasse mourir !

(Marceline Desbordes-Valmore)

Illustration: Alberto Donaire 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le secret (Marceline Desbordes-Valmore)

Posted by arbrealettres sur 12 février 2017



 

Manuel Gil Perez    ict 1

Le secret

Dans la foule, Olivier, ne viens plus me surprendre ;
Sois là, mais sans parler, tâche de me l’apprendre :
Ta voix a des accents qui me font tressaillir !
Ne montre pas l’amour que je ne puis te rendre,
D’autres yeux que les tiens me regardent rougir.

Se chercher, s’entrevoir, n’est-ce pas tout se dire ?
Ne me demande plus, par un triste sourire,
Le bouquet qu’en dansant je garde malgré moi :
Il pèse sur mon coeur quand mon coeur le désire,
Et l’on voit dans mes yeux qu’il fut cueilli pour toi.

Lorsque je m’enfuirai, tiens-toi sur mon passage ;
Notre heure pour demain, les fleurs de mon corsage,
Je te donnerai tout avant la fin du jour :
Mais puisqu’on n’aime pas lorsque l’on est bien sage,
Prends garde à mon secret, car j’ai beaucoup d’amour !

(Marceline Desbordes-Valmore)

Illustration: Manuel Gil Perez

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

FÊTE AU VILLAGE (André Lartigue)

Posted by arbrealettres sur 12 février 2017



annick-couedel-la-fete-au-village-800x600

FÊTE AU VILLAGE

Mon malheur est si grand
Que le creux de mes mains

Ne peut le contenir
Quand il se fait nocturne

Dangereuse moisson
Du plus cruel été

Mon amour a perdu
Ses dimensions terrestres

Et je ne sais plus rien
De la proche saison

Je cherche ton visage
En plein coeur de la fête

Mais la maison est froide
Et la pluie orgueilleuse

J’ai perdu de mes mots
Le sens approfondi

Et que craindre à présent
De ce jour qui déteint

Je n’attends plus personne
Au plus haut du village

Il faut taire la voix
Pour prolonger le coeur

Et ne pas déranger
Les miracles possibles

Toi qui connais par coeur
Le mot de notre nuit

(André Lartigue)

Illustration:  Annick Couëdel

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE POÈME ÉPINGLÉ SUR LE MUR (Sándor Bihari)

Posted by arbrealettres sur 11 février 2017



poeme

LE POÈME ÉPINGLÉ SUR LE MUR

Les mouvements musculaires de la pensée
peu à peu s’ordonnant poème.

Vivre en face d’elle comme d’un couteau, d’un verre,
d’un soleil en éclaircie.

Elle épie, telle la main sur le ventre d’une future maman,
tel le périscope à l’affût du possible.

Le temps inhabité nous cherche,
les routes de la terre voudraient s’entre-engendrer.

(Sándor Bihari)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Illuminer (Jukichi Yagi)

Posted by arbrealettres sur 10 février 2017



Il n’y a rien à trouver, même si je cherche.
Il n’y a rien d’autre à faire,
Si ce n’est me réchauffer à ma propre flamme.
Il n’y a rien à faire,
Si ce n’est brûler mon propre corps
Et illuminer ainsi l’espace qui m’entoure.

(Jukichi Yagi)

Illustration: Vladimir Kush

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cherche CDI (Anonyme)

Posted by arbrealettres sur 10 février 2017



calin-800x600

Cherche CDI :
Câlin à Durée Indéterminée !

(Anonyme)

 

 

Posted in humour, méditations | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Amis de la science et de la volupté (Baudelaire)

Posted by arbrealettres sur 9 février 2017




Amis de la science et de la volupté,
Ils cherchent le silence et l’horreur des ténèbres.

(Baudelaire)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

L’Ame (Jules Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 8 février 2017



Puisqu’elle tient parfois dans le bruit de la mer
Ou passe librement par le trou d’une aiguille
Aussi bien qu’elle couvre une haute montagne
Avec son tissu clair,

Puisqu’elle chante ainsi que le garçon, la fille,
Et qu’elle brille au loin aussi bien que tout près,
Tantôt bougie ou bien étoile qui grésille
Toujours sans faire exprès,

Puisqu’elle va de vous à moi, sans être vue,
En fait en l’air son nid comme sur une plante,
Cherchons-la, sans bouger, dans cette nuit tremblante
Puisque le moindre bruit, tant qu’il dure, la tue.

(Jules Supervielle)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :