Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘illusion’

Qu’est-ce que l’illusion ? Qu’est-ce que la vérité ? (Kyònghò)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2022



Illustration: Bang Hai Ja Envol
    
Qu’est-ce que l’illusion ?
Qu’est-ce que la vérité ?
Ni l’une ni l’autre ne sont vraies
Brume levée, feuilles tombées,
l’automne est immaculé,
Face à la montagne immuable,
je perçois la vérité

(Kyònghò)

Recueil: Les mille monts de lune Poèmes de Corée
Traduction: Sunmi Kim
Editions: Albin Michel

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je suis parfois emporté sur ton aile (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 30 septembre 2021



Je suis parfois emporté sur ton aile,
oui, sur ton aile,
ce n’est pas une illusion.
Qui es-tu?
Qui est-ce?

(Roger Munier)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Un homme voulait se faire ascète (Rabindranath Tagore)

Posted by arbrealettres sur 1 juillet 2021




    
Un homme voulait se faire ascète. Une belle nuit, il déclara :
« Le moment est venu pour moi d’abandonner ma demeure et de chercher Dieu.
Ah! qui donc m’a retenu si longtemps ici dans les trompeuses illusions? »

Dieu murmura : « Moi »; mais l’homme ne comprit pas.
Il dit : « Où es-tu, Toi qui t’es joué si longtemps de moi? »
A ses côtés sa femme était paisiblement étendue sur le lit, un bébé endormi sur son sein.

La voix reprit : «Dieu, il est là », mais l’homme n’entendit pas.
Le bébé pleura en rêve, se pelotonnant plus près de sa mère.

Dieu ordonna : « Arrête, insensé, ne quitte pas ta maison »
— mais il n’entendit pas encore.

Dieu soupira et dit avec tristesse :
« Pourquoi mon serviteur croit-il me chercher quand il s’éloigne de moi? »

(Rabindranath Tagore)

 

Recueil: Le jardinier d’amour La jeune Lune
Traduction: Mme Sturge Moore
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La salle d’attente (Henry Bauchau)1

Posted by arbrealettres sur 14 juin 2021



Je suis dans la salle d’attente
Un jeune homme mélancolique y était avant moi
Il est beau, il semble habillé de noir, il passe le premier.
Je ne le reverrai plus.
Les murs sont pâles avec les lambris blancs
Des salons de naguère.
Il y a trois fauteuils rouges,
des illustrés crient sur les tables basses
Le ciel, peut-être
Forme sur le parquet des ombres de lumière.
Je suis cela, l’attente, l’illusion
Le jeune homme vêtu de gris
Le rouge obscurci des trois juges
Le travail insensé, incessant des voitures
Et le soleil sevré, altéré de septembre
Qui grandit, qui guérit
Au milieu des nuages.

(Henry Bauchau)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Comme ce cloître de rochers (Eugenio Montale)

Posted by arbrealettres sur 9 avril 2021



Comme ce cloître de rochers
qui nous paraît s’effilocher
en fils d’aragne de nuages,
ainsi nos âmes consumées
en qui l’illusion avive
un feu de cendres
se perdent vers l’azur serein
de la lumière, certitude.

***

Come quella chiostra di rupi
che sembra sfilaccicarsi
in ragnatele di nubi;
tali i nostri animi arsi
in cui l’illusione brucia
un fuoco pieno di cenere
si perdono nel sereno
di una certezza : la luce.

(Eugenio Montale)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Descendre les yeux ouverts (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 4 février 2021



Illustration: Georges Rey
    
descendre
les yeux ouverts
à l’intérieur
du gouffre

s’arracher
aux illusions
aux mensonges
aux complaisances

se laisser broyer
par la souffrance
qui naît de tout
ce qu’il faut rejeter

consentir
au silence
à la solitude
à l’effroi

dans cette juste
lumière
demeurer
nu

(Charles Juliet)

 

Recueil: Moisson
Traduction:
Editions: P.O.L.

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La mer (Henri Deluy)

Posted by arbrealettres sur 7 janvier 2021



vague

 

La mer répète.
C’est ce qu’on pourrait croire.
On pourrait penser qu’elle poursuit
Un mouvement à l’intérieur d’elle-même.

Tout en restant derrière son corps.

Mais c’est une illusion qu’on trouve dans les mots.

(Henri Deluy)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 4 Comments »

Il ne manque à l’amour que la durée (René de Chateaubriand)

Posted by arbrealettres sur 7 janvier 2021



Illustration: Henri Matisse    
    

[…]
il ne manque à l’amour que la durée
pour être à la fois l’Éden avant la chute
et l’Hosanna sans fin.

Faites que la beauté reste,
que la jeunesse demeure,
que le cœur ne se puisse lasser,
et vous reproduirez le ciel.

L’amour est si bien la félicité souveraine
qu’il est poursuivi de la chimère d’être toujours ;
il ne veut prononcer que des serments irrévocables ;
au défaut de ses joies, il cherche à éterniser ses douleurs;

ange tombé, il parle encore le langage
qu’il parlait au séjour incorruptible;
son espérance est de ne cesser jamais;

dans sa double nature et dans sa double illusion ici-bas,
il prétend se perpétuer par d’immortelles pensées
et par des générations intarissables.
[…]
(René de Chateaubriand)

 

Recueil: Mémoires d’outre-tombe
Traduction:
Editions:

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le ciel de Claire Lumière (Dalaï-Lama VIIème)

Posted by arbrealettres sur 7 janvier 2021



 

Wols  -WOLS [1280x768]

Le ciel de Claire Lumière, la réalité ultime, pénètre partout.
Voyez tout dans cette lumière indescriptible de la réalité;
Sans vous arrêter à des falsifications intellectuelles,
regardez cette vacuité immaculée…
Voyez le drame, l’illusion, la création magique;
Sans penser qu’elle est réelle, regardez la face de la vacuité;
Sans laisser venir les pensées négatives,
tournez-vous vers la face de la Vaste Étendue.

(Dalaï-Lama VIIème)

Illustration: Wols

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Poitrine offerte (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 15 novembre 2020




    
Poitrine offerte à nos fenêtres
la vie nous a attirés puis rejetés
dans les filets des tempêtes.

Quand je demande : qu’avons-nous vu?
je ne vois que barreaux.

Comme nos aïeux
nous avons l’illusion
d’être hors des filets
et d’aimer une vie amoureuse de ses chaînes.

(Adonis)

 

Recueil: Commencement du corps fin de l’océan
Traduction: Vénus Khoury-Ghata
Editions: Mercure de France

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :