Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘rendre’

Nous restons figés parfois… (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 31 mars 2021




Illustration: Robert Doisneau
    
Nous restons figés parfois…

Nous restons figés parfois
au milieu d’une rue,
d’un mot
ou d’un baiser,
les yeux immobiles
comme deux longs verres d’eau solitaire,
la vie immobile
et les mains inertes entre un geste et celui qui aurait suivi,
comme si elles n’étaient plus nulle part.
Nos souvenirs alors sont d’un autre
dont à peine nous nous souvenons.

C’est comme si nous prêtions notre vie pour un temps,
sans l’assurance qu’elle nous sera rendue
et sans que personne nous l’ait demandée,
mais en sachant qu’elle sert alors
à quelque chose qui nous concerne plus que tout.

La mort n’est-elle un prêt, elle aussi,
au milieu d’une rue
d’un mot
ou d’un baiser ?

***

Nos quedamos a veces detenidos
en medio de una calle,
de una palabra
o de un beso,
con los ojos inmóviles
como dos largos vasos de agua solitaria,
con la vida inmóvil
y las manos quietas entre un gesto y el que hubiera seguido,
como si no estuvieran ya en ninguna parte.
Nuestros recuerdos son entonces de otro,
a quien apenas recordamos.

Es como si prestásemos la vida por un rato,
sin la seguridad de que nos va a ser devuelta
y sin que nadie nos la haya pedido,
pero sabiendo que es usada
para algo que nos concierne más que todo.

¿No será también la muerte un préstamo,
en medio de una calle,
de una palabra
o de un beso?

(Roberto Juarroz)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Recueil: Poésie verticale
Traduction: Traduit de l’espagnol (Argentine) par Roger Munier
Editions: Points

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ECRIRE UN POÈME (Germain Droogenbroodt)

Posted by arbrealettres sur 22 mars 2021



Poème pour la Journée Mondiale de la Poésie

    

Poem of the Week Ithaca 675 « WRITING POETRY », Germain, Droogenbroodt, Belgium/Spain

From ”The Unrest of the Word”

– All translations are made in collaboration with Germain Droogenbroodt –

***

ECRIRE UN POEME

Rendre l’inaudible
perceptible

remonter les mots perdus
des oubliettes du temps

pénétrer
au plus profond de l’être

(Germain Droogenbroodt)

Traduction de Elisabeth Gerlache

***

DICHTEN

Het onhoorbare
hoorbaar maken

verloren woorden lichten
uit de vergeetput van de tijd

binnendringen
in het diepste van het zijn.

Germain Droogenbroodt

***
ESCRIBIR POESÍA

Hacer audible
lo inaudible

extraer palabras perdidas
de la mazmorra del tiempo

penetrar
en lo más profundo del ser.

Traducción Germain Droogenbroodt – Rafael Carcelén

***

WRITING POETRY

Making audible
the inaudible

lifting lost words
from the dungeon of Time,

penetrating
into the deepest of being.

Translation Germain Droogenbroodt – Stanley Barkan

***

SCRIVERE POESIA

Rendere udibile
l’inaudibile

liberare parole perdute
dalle segrete del tempo,

penetrare
nella profondità dell’essere.

Traduzione di Luca Benassi

***

DICHTEN

Das Unhörbare
hörbar machen

verlorene Worte heben
aus dem Kerker der Zeit

eindringen
in das Tiefste des Seins.

Übersetzung Germain Droogenbroodt – Wolfgang Klinck

***

ESCREVER POESIA

Tornar audível
o inaudível

trazer para a luz as palavras perdidas
no esquecimento do tempo

penetrar
no mais profundo do ser.

Tradução portuguesa: Maria do Sameiro Barroso

***

SCRIVIRI PUISII

Fari sentiri
Zoccu non si pò sentiri

Libbirari palori pirduti
Dû carciri dû tempu,
pinitrari dintra
la parti chiù funnuta
di l’essiri.

Traduzioni in sicilianu di Gaetano Cipolla

***

A COMPUNE POEZIE

Să dai glas
celor neuazite

pierdute slove iluminând
din carcera vremelniciei

și să pătrunzi înțelesul
cel mai adânc al ființării.

Traducere : Gabriela Căluțiu Sonnenberg

***

PISANIE POEZJI

Czynić słyszalnym
niesłyszalne

Wydobywać utracone słowa
z czeluści Czasu,

wnikać
w największą głębię bytu.

Przekład na polski: Mirosław Grudzień — Małgorzata Żurecka

***

ΓΡΑΦΟΝΤΑΣ ΠΟΙΗΣΗ

Δίνω φωνή
στο άφωνο

μες στο μπουντρούμι του Χρόνου
ξεσκεπάζω ξεχασμένες λέξεις

που εισχωρούν
στα βάθη του είναι.

Μετάφραση Μανώλη Αλυγιζάκη
Translation into Greek by Manolis Aligizakis

***

写 诗

发出听得见的
听不见的声音

从时间地牢里
提升丢失的词语,

看穿
存在的最深奥秘。

原 作:比利时 杰曼·卓根布鲁特
汉 译:中国 周道模 2021-3-13
Translation into Chinese by William Zhou

***

كتابةُالشِّعر

تُصيِّرُغيرَالمسموعِمسموعًا
وتنتَشِلُالكلماتَالمَخبُوءَة

مِنزنزَانةالزَّمن،
لتَجعَلهاتخْتَرق

أعماقَالوُجود.
جيرماندروجنبرودت

Translation into Arab by Sarah Slim

***

कविता लेखन

श्रव्य बनाना
अश्रव्य

खोए हुए शब्दों को उठाना
काल के कालकोठरी से,

मर्मज्ञ
होने के गहरे में।
जर्मेन ड्रोजेनोब्रोड्ट

Hindi translation by Jyotirmaya Thakur

***

詩を書くということ

聞こえるものを
聞こえないものとすること
時の地下牢から
失われた言葉を引き上げること
存在の最も深いところの中を
貫くこと

ジャーマン・ドローゲンブロート
(詩集『言葉の不安』より)

Translation into Japanese by Manabu Kitawaki

***

نوشتن شعر

شنیدنی را
غیرقابل شنیدن میکند.

بالا کشیدن کلمات از دست رفته
از سیاهچال زمان

به اعماق وجود
نفوذ میکند.

ترجمه: سپیده زمانی
Translation into Farsi by Sepideh Zamani

***

ДА ПИШЕШ ПОЕЗИЯ

Да правиш доловимо
Недоловимото

да освобождаваш изгубени думи
от тъмницата на Времето,

да достигаш
най-дълбокото на битието.

превод от английски: Иван Христов
Translation into Bulgarian by Ivan Hristov

***

AÐ YRJA LJÓÐ

Að láta heyrast
það sem heyrist ekki

að tendra töpuð orð
úr gleymskubrunni tímans,

að smjúga inn í
innsta kjarna tilverunnar.

Translation into Icelandic Thór Stefánsson

***

Пишу стихи

Беззвучное
хочу озвучить,

слова-пропажи осветить
в глубинах времени,

проникнув
в пропасть бытия.

Перевод на русский язык Дарьи Мишуевой
Translation into Russian by Daria Mishueva

***

PAGSUSULAT NG TULA

Naririnig ang
hindi naririnig

sinasambit ang di mabigkas
mula sa piitan ng Panahon.

Tumatagos
sa kailaliman ng pagkatao.

Translation into Filipino by Eden Soriano Trinidad

***

כתיבת שירה

לַהֲפֹךְ לְנִשְׁמָע
אֶת מָה שֶׁאִי אֶפְשָׁר לִשְׁמֹעַ

לְהָרִים מִלִּים אֲבוּדוֹת
מִמַּרְתֵּף הַזְּמַן,

לַחֲדֹר
אֶל עֹמֶק הַהֲוָיָה.

Translation into Hebrew by Dorit Weisman

***

தமிழில்

கவிதை எழுதுதல்
கேட்கமுடியாததைக்

கேட்கும் வகையில்
மறைந்த சொற்களை

காலமெனும் இருட்டறையிலிருந்து
மேலெழுப்பி

வாழ்வின் ஆழத்திற்கு ஊடுருவி
உருவாக்குதல்!!!!

Translation into Tamil by NV Subbaraman

***

HELBESTIN

Bêdengiyê
didengîne

peyva hindabûyî
li jêrdemê ronîdike

dike kûrtirîn
cî li heyînê

Translation into Kurdish by Hussein Habasch

***

কবিতা লেখা

অশ্রবণযোগ্য কে
শ্রুতিমধুর করা

হারিয়ে যাওয়া শব্দমালা
উত্তোলন,

অন্ধকার সময়ের পাতাল থেকে
প্রবেশকারী
নিজস্ব গভীরতার মাঝে
সত্তার ৷

Bangla Translation: – Tabassum Tahmina Shagufta Hussein

***

AG CUMADH FILÍOCHTA

Go gcloistear
an tost

Go ndéantar an briathar a tharrtháil
ó dhíothú an Ama,

Go mbaintear ciall
as eisint na beatha.

Rua Breathnach a d’aistrigh go Gaeilge
Translation into Irish by Rua Breathnach

***

Darežljivost

Pada kiša
kapljice kucaju svuda
ali niko ne otvara

samo zemlja
koja je mesecima bila žedna
vode
oberučke prihvata rajski poklon

ne samo za sebe

Translation into Serbian by S. Piksiades

***

Пишување поезија

Да се направи чујно
тоа што е нечујно

да се воскреснат изгубените зборови
од занданата на времето

и да се навлезе
најдлабоко во сѐ што постои.

Превод од англиски: Даниела Андоновска-Трајковска
Translation into Macedonian by Daniela Andonovska-Trajkovska

***

Պոեզիա գրելը

Պոեզիա գրելը
Լսելի դարձնել

անլսելի
հառնող

կորսվող բառերը
ժամանակի զնդանից,

թափանցելով գոյության խորքերի մեջ:

Translation into Armenian by Armenuhi Sisyan

(Germain Droogenbroodt)

Recueil: Ithaca 675
Editions: POINT
Site: http://www.point-editions.com/en/

FRIENDS ITHACA
Holland: https://boekenplan.nl
Poland: http://www.poetrybridges.com.pl
France: https://arbrealettres.wordpress.com
Poland: http://www.poetrybridges.com.pl
Romania: http://www.logossiagape.ro; http://la-gamba.net/ro; http://climate.literare.ro; http://www.curteadelaarges.ro.; https://cetatealuibucur.wordpress.com
Spain: https://www.point-editions.com; https://www.luzcultural.com
India: https://nvsr.wordpress.com; https://ourpoetryarchive.blogspot.com>
USA-Romania: http://www.iwj-magazine.com/journal02

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un matin d’hiver (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 19 février 2021




    
Un matin d’hiver
je me trouvais dans un train
à l’arrêt en gare de Bellegarde
et une petite fille d’une dizaine d’années
était sur le quai
Deux femmes se tenaient près d’elle
et quand celle qui pouvait être sa mère
l’a quittée
pour monter dans une voiture
cette petite fille n’a eu aucune réaction
Épaules tombantes bras ballants
elle est restée là
immobile figée
ne disant rien
ne manifestant rien
sauf que de grosses larmes
glissaient sur ses joues
et qu’on la sentait perdue
dans un abîme de solitude
accablée par une détresse
qui la rendait inconsolable
Deux ou trois ans ont passé depuis ce jour

mais de temps à autre
il arrive encore
que réapparaisse en moi
ce petit visage en larmes
pétrifié par la souffrance

(Charles Juliet)

 

Recueil: Moisson
Traduction:
Editions: P.O.L.

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Melancholia (Victor Hugo)

Posted by arbrealettres sur 12 janvier 2021




    
Melancholia
(extrait)

… Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit ?
Ces doux êtres pensifs que la fièvre maigrit ?
Ces filles de huit ans qu’on voit cheminer seules ?
Ils s’en vont travailler quinze heures sous des meules
Ils vont, de l’aube au soir, faire éternellement
Dans la même prison le même mouvement.
Accroupis sous les dents d’une machine sombre,
Monstre hideux qui mâche on ne sait quoi dans l’ombre,
Innocents dans un bagne, anges dans un enfer,
Ils travaillent. Tout est d’airain, tout est de fer.
Jamais on ne s’arrête et jamais on ne joue.
Aussi quelle pâleur ! la cendre est sur leur joue.
Il fait à peine jour, ils sont déjà bien las.
Ils ne comprennent rien à leur destin, hélas !
Ils semblent dire à Dieu : – Petits comme nous sommes,
Notre père, voyez ce que nous font les hommes !
Ô servitude infâme imposée à l’enfant !
Rachitisme ! travail dont le souffle étouffant
Défait ce qu’a fait Dieu ; qui tue, oeuvre insensée,
La beauté sur les fronts, dans les coeurs la pensée,
Et qui ferait – c’est là son fruit le plus certain ! –
D’Apollon un bossu, de Voltaire un crétin !
Travail mauvais qui prend l’âge tendre en sa serre,
Qui produit la richesse en créant la misère,
Qui se sert d’un enfant ainsi que d’un outil !
Progrès dont on demande : Où va-t-il ? que veut-il ?
Qui brise la jeunesse en fleur ! qui donne, en somme,
Une âme à la machine et la retire à l’homme !
Que ce travail, haï des mères, soit maudit !
Maudit comme le vice où l’on s’abâtardit,
Maudit comme l’opprobre et comme le blasphème !
Ô Dieu ! qu’il soit maudit au nom du travail même,
Au nom du vrai travail, sain, fécond, généreux,
Qui fait le peuple libre et qui rend l’homme heureux !

(Victor Hugo)

 

Recueil: Cent poèmes de Vivtor Hugo
Traduction:
Editions: Omnibus

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Voilà de la pervenche en fleurs (François Coppée)

Posted by arbrealettres sur 10 janvier 2021




    
De même que Rousseau jadis fondait en pleurs
À ces seuls mots : « Voilà de la pervenche en fleurs, »
Je sais tout le plaisir qu’un souvenir peut faire.
Un rien, l’heure qu’il est, l’état de l’atmosphère,
Un battement de cœur, un parfum retrouvé,
Me rendent un bonheur autrefois éprouvé.
C’est fugitif, pourtant la minute est exquise.
Et c’est pourquoi je suis très heureux à ma guise
Lorsque, dans le quartier que je sais, je puis voir
Un calme ciel d’octobre, à cinq heures du soir.

(François Coppée)

 

Recueil: Promenades et interieurs
Traduction:
Editions:

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Après l’hiver (Victor Hugo)

Posted by arbrealettres sur 6 janvier 2021



    

Après l’hiver

Tout revit, ma bien aimée !
Le ciel gris perd sa pâleur ;
Quand la terre est embaumée,
Le coeur de l’homme est meilleur.

En haut, d’où l’amour ruiselle,
En bas, où meurt la douleur,
La même immense étincelle
Allume l’astre et la fleur.

L’hiver fuit, saison d’alarmes,
Noir avril mystérieux
Où l’âpre sève des larmes
Coule, et du coeur monte aux yeux.

O douce désuétude
De souffrir et de pleurer !
Veux-tu, dans la solitude,
Nous mettre à nous adorer ?

La branche au soleil se dore
Et penche, pour l’abriter,
Ses boutons qui vont éclore
Sur l’oiseau qui va chanter.

L’aurore où nous nous aimâmes
Semble renaître à nos yeux ;
Et mai sourit dans nos âmes
Comme il sourit dans les cieux.

On entend rire, on voit luire
Tous les êtres tour à tour,
La nuit les astres bruire,
Et les abeilles le jour.

Et partout nos regards lisent,
Et, dans l’herbe et dans les nids,
De petites voix nous disent :
« Les aimants sont les bénis ! »

L’air enivre ; tu reposes
A mon cou tes bras vainqueurs.
Sur les rosiers que de roses !
Que de soupirs dans nos coeurs !

Comme l’aube, tu me charmes ;
Ta bouche et tes yeux chéris
Ont, quand tu pleures, ses larmes,
Et ses perles quand tu ris.

La nature, soeur jumelle
D’Eve et d’Adam et du jour,
Nous aime, nous berce et mêle
Son mystère à notre amour.

Il Suffit que tu paraisses
Pour que le ciel, t’adorant,
Te contemple ; et, nos caresses,
Toute l’ombre nous les rend !

Clartés et parfums nous-mêmes,
Nous baignons nos coeurs heureux
Dans les effluves suprêmes
Des éléments amoureux.

Et, sans qu’un souci t’oppresse,
Sans que ce soit mon tourment,
J’ai l’étoile pour maîtresse ;
Le soleil est ton amant ;

Et nous donnons notre fièvre
Aux fleurs où nous appuyons
Nos bouches, et notre lèvre
Sent le baiser des rayons.

(Victor Hugo)

 

Recueil: Cent poèmes de Vivtor Hugo
Traduction:
Editions: Omnibus

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si tu me quittes (Aksinia Mihaylova)

Posted by arbrealettres sur 24 décembre 2020



Illustration: Edvard Munch
    
Si tu me quittes, le lendemain je serai déjà vieux…

Notre soif n’est pas de ce monde, je te réponds.
Retenir les larmes ne rend pas l’homme plus fort,
pleure, si tu peux, pendant que tu es encore dans ma joie.

(Aksinia Mihaylova)

 

Recueil: Le baiser du temps
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dilemme (Lous and the Yakuza)

Posted by arbrealettres sur 13 décembre 2020



Lous and the Yakuza   
    
Dilemme

Ô plus j’ai la haine
Ô plus ils me font de la peine
Ce n’est pas un drame
Si je ne fais plus la fête (fais plus la fête)
Lous, es-tu sereine
Ou fais-tu juste la guerre?
La vie est une chienne qu’il faut tenir en laisse

Vivre me hante
Tout ce qui m’entoure m’a rendu méchante
Si je rate, je recommence
Quand je suis triste, je chante
Ne jamais tout donner de moi
Dans ce monde c’est le diable qui est roi
Elles me disent que j’ai la poisse
« Blague à part » devient « Lous à part »

Seule, seule, seule

Si je pouvais je vivrais seule
Loin des problèmes et des dilemmes
Na na na na na
Si je pouvais je vivrais seule
Loin de mes chaines et des gens que j’aime
Na na na na

Si je pouvais je vivrais seule
Loin des problèmes et des dilemmes
Na na na na na
Si je pouvais je vivrais seule…

(Lous and the Yakuza)
  

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les gens qui doutent (Anne Sylvestre)

Posted by arbrealettres sur 3 décembre 2020




    
Les gens qui doutent

J’aime les gens qui doutent
Les gens qui trop écoutent
Leur cœur se balancer
J’aime les gens qui disent
Et qui se contredisent
Et sans se dénoncer

J’aime les gens qui tremblent
Que parfois ils nous semblent
Capables de juger
J’aime les gens qui passent
Moitié dans leurs godasses
Et moitié à côté

[Refrain]
J’aime leur petite chanson
Même s’ils passent pour des cons

J’aime ceux qui paniquent
Ceux qui sont pas logiques
Enfin, pas comme il faut
Ceux qui, avec leurs chaînes
Pour pas que ça nous gêne
Font un bruit de grelot

Ceux qui n’auront pas honte
De n’être au bout du compte
Que des ratés du cœur
Pour n’avoir pas su dire :
« Délivrez-nous du pire
Et gardez le meilleur »

[Refrain]
J’aime leur petite chanson
Même s’ils passent pour des cons

J’aime les gens qui n’osent
S’approprier les choses
Encore moins les gens
Ceux qui veulent bien être
Qu’une simple fenêtre
Pour les yeux des enfants

Ceux qui sans oriflamme
Et daltoniens de l’âme
Ignorent les couleurs
Ceux qui sont assez poires
Pour que jamais l’histoire
Leur rende les honneurs

[Refrain]
J’aime leur petite chanson
Même s’ils passent pour des cons

J’aime les gens qui doutent
Mais voudraient qu’on leur foute
La paix de temps en temps
Et qu’on ne les malmène
Jamais quand ils promènent
Leurs automnes au printemps

Qu’on leur dise que l’âme
Fait de plus belles flammes
Que tous ces tristes culs
Et qu’on les remercie
Qu’on leur dise, on leur crie :
« Merci d’avoir vécu
Merci pour la tendresse
Et tant pis pour vos fesses
Qui ont fait ce qu’elles ont pu »

(Anne Sylvestre)


  
voir chez Luciole ici un bel hommage au fils d’Anne assassiné au Bataclan

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Hommage (William Carlos Williams)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2020




Illustration:  Emile Eisman-Semenowsky
    
Hommage

Elvira, par grâce d’amour
Passe ici devant toi
Un clair éclat
Qui fait de toutes âmes vaniteuses
Des bougies quand vient midi.

Le son métallique et fort des prétendants
Fond devant toi
Comme le roulement des chars,
Mais tu viens en silence
Et hommage est rendu.

Maintenant le petit raccourci
Qui conduit à l’amour
Est encore plein de joie et de sa foule;
Et la large grand-route
Venant de l’amour
Est sans passant.

***

HOMAGE

Elvira, by love’s grace
There goeth before you
A clear radiance
Which maketh ail vain souls
Candies when noon is.The loud clangour of pretenders
Melteth before you
Like the roll of carts passing,
But you corne silently
And homage is given.Now the little by-path
Which leadeth to love
Is again joyful with its many;
And the great highway
From love
Is without passers.

(William Carlos Williams)

 

Recueil: Les Humeurs
Traduction: Philippe Blanchon
Editions: La Nerthe

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :