Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘en fleur’

Dans une larme du temps (Rivka Basman)

Posted by arbrealettres sur 11 décembre 2019



Illustration: Marc Chagall
    
Dans une larme du temps
Comme il est dur
De sertir
Un sourire,
Une mélodie
Se couvre
De nuages
Le chemin
Du berceau.
Seul le bleu, ce bleu-là,
Galope
Sur un faon
Et veut percer de part en part
Le brouillard
Et le
Temps

Un désert verdoyant
Est-il impossible ?
Je suis un désert verdoyant,
Mon aridité fleurit,
Mes étoiles éteintes
M’illuminent par le regard,
Parmi les sables
Je vois des traces
Éparpillées –
Qui donc les découvrira ?
Permettez-moi de demander encore
Est-ce qu’un désert
Peut verdir ?

Il arrive parfois
Que même une abeille
Oublie son gîte et son travail
Et reste la dernière
Sur un arbre
À cause d’un lilas en fleur,
La grande nuit ne l’effraie pas
Qui tourbillonne avec l’ailleurs.
Alentour il n’y a personne,
Elle seulement,
Amoureuse
Jusqu’à la mort
En fleur.

(Rivka Basman)

 

Recueil: Anthologie de la poésie yiddish Le miroir d’un peuple
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mange et dormir (Yosa Buson)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2019



    

(Yosa Buson)

 

Recueil: Les plus beaux HAÏKU(S)
Traduction: Akié Boulard
Editions: Arichi

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

Quand les cerisiers sont en fleur (Onitsura)

Posted by arbrealettres sur 20 mai 2019




Quand les cerisiers sont en fleur
les oiseaux ont deux pattes
les chevaux quatre

(Onitsura)

Illustration: Hokusaï

 

Posted in haïku, méditations, poésie | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

Des hommes-oiseaux (Tomas Tranströmer)

Posted by arbrealettres sur 17 janvier 2019



 

Jerôme Bosch  -jardin-delices

Des hommes-oiseaux.
Les pommiers étaient en fleur.
La grande énigme.

(Tomas Tranströmer)

Illustration: Jerôme Bosch

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Les Soeurs de Charité (Arthur Rimbaud)

Posted by arbrealettres sur 23 novembre 2018



Illustration: Alex Alemany
    
Les Soeurs de Charité

Le jeune homme dont l’oeil est brillant, la peau brune,
Le beau corps de vingt ans qui devrait aller nu,
Et qu’eût, le front cerclé de cuivre, sous la lune
Adoré, dans la Perse, un Génie inconnu,

Impétueux avec des douceurs virginales
Et noires, fier de ses premiers entêtements,
Pareil aux jeunes mers, pleurs de nuits estivales,
Qui se retournent sur des lits de diamants ;

Le jeune homme, devant les laideurs de ce monde,
Tressaille dans son coeur largement irrité,
Et plein de la blessure éternelle et profonde,
Se prend à désirer sa soeur de charité.

Mais, ô Femme, monceau d’entrailles, pitié douce,
Tu n’es jamais la Soeur de charité, jamais,
Ni regard noir, ni ventre où dort une ombre rousse,
Ni doigts légers, ni seins splendidement formés.

Aveugle irréveillée aux immenses prunelles,
Tout notre embrassement n’est qu’une question :
C’est toi qui pends à nous, porteuse de mamelles,
Nous te berçons, charmante et grave Passion.

Tes haines, tes torpeurs fixes, tes défaillances,
Et les brutalités souffertes autrefois,
Tu nous rends tout, ô Nuit pourtant sans malveillances,
Comme un excès de sang épanché tous les mois.

– Quand la femme, portée un instant, l’épouvante,
Amour, appel de vie et chanson d’action
Viennent la Muse verte et la Justice ardente
Le déchirer de leur auguste obsession.

Ah ! sans cesse altéré des splendeurs et des calmes,
Délaissé des deux Soeurs implacables, geignant
Avec tendresse après la science aux bras almes,
Il porte à la nature en fleur son front saignant.

Mais la noire alchimie et les saintes études
Répugnent au blessé, sombre savant d’orgueil ;
Il sent marcher sur lui d’atroces solitudes
Alors, et toujours beau, sans dégoût du cercueil,

Qu’il croie aux vastes fins, Rêves ou Promenades
Immenses, à travers les nuits de Vérité
Et t’appelle en son âme et ses membres malades
0 Mort mystérieuse, ô soeur de charité.

(Arthur Rimbaud)

 

Recueil: Rimbaud Cros Corbière Lautréamont Oeuvres Poétiques complètes
Traduction:
Editions: Robert Laffont

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce moment partagé (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 30 septembre 2018




Illustration: ArbreaPhotos
    

Ce moment partagé, nous nous en souviendrons
Un jour, comme d’un mont par-delà les nuages,
Où tout demeure en soi et se change en son autre :
Arbre en fleur chant de source, feuille au vent papillon.

(François Cheng)

 

Recueil: Enfin le royaume
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

De quel arbre en fleur (Bashô)

Posted by arbrealettres sur 29 septembre 2018



 

De quel arbre en fleur
je ne sais
mais quel parfum!

(Bashô)

Illustration: Hokusaï

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

L’amour est comme l’églantine sauvage (Emily Brontë)

Posted by arbrealettres sur 21 mai 2018



 

L’amour est comme l’églantine sauvage,
L’amitié est comme le houx,
Le houx est sombre lorsque l’églantine est en fleur,
Mais lequel fleurit avec le plus de constance?

(Emily Brontë)

Découvert chez Lara ici

Illustration

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | 4 Comments »

Iris (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 11 mai 2018



L’iris en fleur creusait
Le jour qui le montrait.

Il s’enroulait en lui
Pour le garder à lui,

L’empêcher de partir
Pour une autre étendue.

(Guillevic)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 2 Comments »

Un monde de douleur et de peine (Issa)

Posted by arbrealettres sur 4 mai 2018



 

Un monde de douleur et de peine
alors même que les cerisiers
sont en fleur

(Issa)

Illustration: Hokusaï

 

Posted in haïku, méditations, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :