Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘midi’

Pourquoi, pourquoi (Joë Bousquet)

Posted by arbrealettres sur 7 décembre 2017



    
Quel squelette choisir
celui que la montagne
dépose au bord du fleuve
le dimanche à midi,
ou celui que l’oiseau
a volé à l’azur
lorsqu’ivre il embrassait
le palmier de l’orage ?
Pourquoi, pourquoi les dieux
plus méchants que des loups,
m’ont-ils ordonné d’être ?

(Joë Bousquet)

 

Recueil: Poèmes, un
Traduction:
Editions: Gallimard

Publicités

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Automne (Alain Borne)

Posted by arbrealettres sur 5 décembre 2017




    
Automne

Il y eut donc le printemps et son fleuve de fleurs
— Avec ses mains de feuilles fermées sur l’ombre en fruit
oh ! cet automne, là, qui dure sur nos vies
et ferme l’horizon du long cri de son sang. —

Il y eut donc l’été lourd comme l’angélus de midi
où nos mains en prison glissaient le long des livres
— oh ! Nos corps roués d’ombre, roués d’eau, de soleil —
où le sommeil
veillait sur l’ivresse des mouches et des pensées.

C’est l’automne, va, c’est l’automne, paix des forêts,
tu n’as pas reconnu la grive immortelle et gavée
grise, grise, que ne fleurira plus son sang dernier
car il y a chasse aux hommes cette année.

Les vieux fusils sommeillent près des vieilles poupées
le plomb de nos soldats d’enfants coule en sang sur la terre
les abeilles d’acier essaiment vers nos coeurs
nouvelles fleurs d’où coulera le miel chaud de la mort.

De mes songes tristes a surgi ton visage, ma mort,
soudain le nuage de ton visage pâle de vie.
Plaisir, désir, ton sourire
éclairait de neige l’au-delà
et je comptais mes pas sous ta lumière
dévalant vers l’hiver.

(Alain Borne)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Curandera

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Du jour au lendemain (Philippe Soupault)

Posted by arbrealettres sur 3 décembre 2017




    
Du jour au lendemain

Un coq m’a dit
c’est l’aurore
Un mouton m’a dit
c’est enfin le matin
Un éléphant m’a dit
il est bientôt midi
Les pintades m’ont dit
il faut travailler travailler
Les hirondelles m’ont annoncé
c’est le soir puis la nuit
et mon enfant m’a dit
Bonsoir et bonne nuit
Il est temps de dormir

(Philippe Soupault)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Capucine (J.J. Grandville)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2017



Capucine

A midi la chaleur est si forte sous le beau ciel de Séville,
que marchands, soldats, nobles, prêtres, chanoines,
archevêques, religieuses, abbesses, même le grand inquisiteur,
tout le monde fait la sieste.
Seules deux jeunes filles du couvent des Capucines
ne se livraient pas au sommeil.
Assises sous une charmille au fond du jardin du cloître,
elles causaient à voix basse.
Mais de quoi, je vous le demande, peuvent causer deux capucines
quand tout le monde dort, quand il fait si chaud?
De ce qui tient les jeunes coeurs éveillés,
de ce qui leur fait oublier la chaleur, la froidure, le vent et le soleil,
de fêtes, de plaisirs, de promenades en plein air, de danses, de liberté.

Il se pourrait bien aussi qu’elles parlassent d’autre chose,
mais nous n’en sommes pas assez sûrs pour l’affirmer.
—Je fais des rêves affreux.
—Il me semble que j’entends, [la nuit] le bruit d’une guitare sous la fenêtre de ma cellule,
et une voix qui m’appelle Inès!
—Si en effet un homme venait sous nos fenêtres?
—Si c’était le diable?
On dit qu’il rôde toujours autour des couvents.
Et les deux soeurs furent s’agenouiller dévotement
au pied d’une croix placée au milieu du jardin.

Pour peu qu’on connaisse la botanique,
on sait que les capucines sont des fleurs à passions ardentes.
Éclatantes le jour, on les voit la nuit s’entourer d’une auréole d’étincelles phosphorescentes.
Quelle idée leur avait fait choisir de préférence la vie claustrale?
C’est ce qu’on ne peut deviner,
à moins qu’elles n’aient été entrainées par une similitude de noms.

(J.J. Grandville)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous dormirons ensemble (Louis Aragon)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2017



Nous dormirons ensemble

    
Que ce soit dimanche ou lundi
Soir ou matin minuit midi
Dans l’enfer ou le paradis
Les amours aux amours ressemblent
C’était hier que je t’ai dit
Nous dormirons ensemble

C’était hier et c’est demain
Je n’ai plus que toi de chemin
J’ai mis mon cœur entre tes mains
Avec le tien comme il va l’amble
Tout ce qu’il a de temps humain
Nous dormirons ensemble

Mon amour ce qui fut sera
Le ciel est sur nous comme un drap
J’ai refermé sur toi mes bras
Et tant je t’aime que j’en tremble
Aussi longtemps que tu voudras
Nous dormirons ensemble.

(Louis Aragon)

Découvert ici: https://livresdunjourblog.wordpress.com/

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Retouche à la digestion (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 24 novembre 2017



Illustration: Pascale Harnisch
    
retouche à la digestion

la table parle seule
les chaises vides rêvent au jardin
où dorment les oiseaux dans le midi épais

(Daniel Boulanger)

 

Recueil: L’esplanade
Editions: Grasset

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Retouche à midi (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 21 novembre 2017




    
retouche à midi

le silence au côté
des paons en boucles d’oreilles

(Daniel Boulanger)

 

Recueil: Retouches
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Retouche à la passion (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 21 novembre 2017




Illustration: Phoebe Anna Traquair
    
retouche à la passion

il n’y a rien dans la lumière
que mon désir

c’est de toi si je meurs, amour.

plus faible que la neige à midi
dans le dérèglement
d’un jour tranquille

(Daniel Boulanger)

 

Recueil: Retouches
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Midi (Malcolm de Chazal)

Posted by arbrealettres sur 11 novembre 2017




    
Midi.
La lumière
Prend
Sa leçon
D’équitation.

(Malcolm de Chazal)

 

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Midi (Sophia de Mello Breyner Andresen)

Posted by arbrealettres sur 11 novembre 2017



Midi

Midi. Un coin de plage sans personne.
En haut le soleil, profond, énorme, ouvert,
A vidé de ses dieux le ciel.
La lumière tombe implacable comme un châtiment.
Il n’y a ni fantasmes ni âmes,
Et la mer immense solitaire et antique
Semble battre des mains.

***

Meio-dia

Meio-dia. Um canto da Praia sem ninguém.
O sol no alto, fundo, enorme, aberto,
Tornou o céu de todo o deus deserto.
A luz cai implacável como um castigo.
Não há fantasmas nem almas,
E o mar imenso solitario e antigo
Parece bater palmas.

(Sophia de Mello Breyner Andresen)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :