Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘coquelicot’

Les coquelicots (Laurent Albarracin)

Posted by arbrealettres sur 20 mai 2017



Illustration
    

Les coquelicots font
de tout l’air un talus léger
et de toute la légèreté
une terre de feu

(Laurent Albarracin)

 

Recueil: Le Secret secret
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

MOISSON (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 14 mai 2017



 

MOISSON

Bleuets marguerites et coquelicots pavoisent
Sur des mers de céréales
Qui ondulent sous la houle légère
D’un vent d’été
Soudain un énorme vaisseau fend
La blonde marée
Une moissonneuse-batteuse dévore les gerbes
Et crache des flots de grain
Mais où sont les joyeuses moissons d’antan ?

(Jean-Baptiste Besnard)

Son site ici: Jean-Baptiste Besnard

Illustration: Joseph Matar

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Alors que la faux sculpte le champ (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 14 mai 2017




Alors que la faux sculpte le champ
J’entends le cri rouge d’un coquelicot
Le moissonneur étreint sa gerbe
Et danse avec elle
De longues chevelures blondes
Pendent des charrettes
Dans le chemin qui se creuse.

(Jean-Baptiste Besnard)

Illustration: Joseph Matar

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Brusque silence dans la maison (Anna Akhmatova)

Posted by arbrealettres sur 27 avril 2017



Brusque silence dans la maison,
Le dernier coquelicot disperse ses pétales,
Dans une longue somnolence
J’attends la nuit qui descend tôt.

La porte est bien fermée,
Le soir est noir, le vent se tait.
Où, la gaieté, où, le souci ?
Et toi, mon doux fiancé ?

L’anneau secret, on l’a perdu,
Bien des jours j’ai attendu,
La chanson, tendre captive,
Est morte dans ma poitrine.

(Anna Akhmatova)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Éphémère comme un coquelicot (Pär Lagerkvist)

Posted by arbrealettres sur 28 février 2017



Éphémère comme un coquelicot, comme le pli
dans le vêtement de celui qui marche
un voyageur inconnu
vers un but inconnu.

Qui suis-je?

Comme la flexion d’un brin d’herbe sous le vent.
Lorsqu’il se relève rien ne s’est passé,
absolument rien.

Mais qui est-il, le voyageur?
Celui qui n’est pas éphémère comme moi.
J’interroge. Mais comment pourrait-il m’expliquer?

Tout m’est incompréhensible
sous un ciel criblé d’étoiles.

***

Tillfällig som en vallmo, som vecket i en vandrandes kläder,
en okänd vandrare
med ett okänt mål.

Vem är jag?
Som ett grässtrås böjning i vinden.
När det reser sig igen har ingenting hänt,
ingenting som helst.

Men vem är han, vandraren?
Han som inte är tillfällig som jag.
Jag frågar. Men hur skulle han kunna förklara det för mig?

Obegripligt är mig allting
under en himmel fullskriven med stjärnor.

(Pär Lagerkvist)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je me reconnais racine (Lucie Albertini)

Posted by arbrealettres sur 22 février 2017



Je me reconnais racine
Et je touche aux nuages.

Je ris
A l’écoute de la vie.

Ma vie,
Au pied du cyprès,
Coquelicot.

(Lucie Albertini)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 2 Comments »

Bouquet (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 22 février 2017



Bouquet

Trois pensées trois coquelicots trois soucis
Trois soucis trois roses trois œillets
Les trois roses pour mon amie
Les trois oeillets pour mon ami
Les trois coquelicots pour la petite fille si triste
Les trois pensées pour mon ami
Les trois soucis pour moi.

(Robert Desnos)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 4 Comments »

La moindre des choses (Paul Louis Rossi)

Posted by arbrealettres sur 22 février 2017



 

La moindre des choses

Lorsque la rouille
a tout
dévoré

Il reste toujours
un coquelicot
pour sauver la face

(Paul Louis Rossi)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , | 2 Comments »

Les corbeaux croassent (Richard Wright)

Posted by arbrealettres sur 22 février 2017



 

Les corbeaux croassent
Tandis que s’approfondit
Le rouge des coquelicots.

***

While crows are cawing,
Poppies are dutifully
Deepening their red.

(Richard Wright)

Illustration

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

C’était sans rémission (Guy Lévis Mano)

Posted by arbrealettres sur 22 février 2017


 


 

Euan Macleod 707

C’était sans rémission.
C’était morne comme un champ sans coquelicot.
Il y avait bien sa bouche.
Mais l’autre bouche ?
Le champ était sans coquelicot.
Il y avait sa voix.
Mais la réponse était désert…
C’était sans rémission…

(Guy Lévis Mano)

Illustration: Euan Macleod

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :