Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘quelque chose’

Je suis triste (Gilles Weinzaepflen)

Posted by arbrealettres sur 16 octobre 2019



Illustration: Edvard Munch
    
Je suis triste mon âme est triste
Malgré ce beau soleil qui brille pour rien
Tant mon âme est triste pour rien
De la désolation pure sans soulagement

Du désastre sans rien de cassé

Quelque chose est en morceaux
Quelque chose est plié comme un coin
Comme une oreille de chien trop longue
Qui se replie au sommet du crâne

Avec le tatouage à l’intérieur devenu visible

Ça gémit à l’intérieur comme si ça voulait sortir
Mais c’est pas capable de sortir
Ça sait d’avance que sortir ne sert à rien
Même dehors est encore du dedans retourné

(Gilles Weinzaepflen)

 

Recueil: Noël Jivaro
Traduction:
Editions: Le clou dans le fer

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Toute la bouche et la faim (René Char)

Posted by arbrealettres sur 28 septembre 2019



 

Elena Kalis  3j1tk5 [1280x768]

Toute la bouche et la faim
de quelque chose de meilleur
que la lumière
(de plus échancré et de plus agrippant)
se déchaînent.

(René Char)

Illustration: Elena Kalis

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ontologie (Thomas Vinau)

Posted by arbrealettres sur 27 septembre 2019



Illustration: Pierre Paul Rubens
    

Ontologie

Il y a quelque chose qui cloche
l’histoire commence là

(Thomas Vinau)

 

Recueil: Juste après la pluie
Traduction:
Editions: Alma

Posted in humour, méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Nourrir les bêtes (Thomas Vinau)

Posted by arbrealettres sur 27 septembre 2019




    
Nourrir les bêtes

Vient ce moment
où tu n’es pas encore
un homme
mais déjà plus
un enfant
tu comprends
que les fleurs
germent poussent
fleurissent
puis meurent
tout cela n’est
pas bien grave
c’est juste
qu’il faut nourrir
et soigner les bêtes
pour qu’elles vivent
c’est juste
que pour aimer
il faut avoir
quelque chose
à perdre

(Thomas Vinau)

 

Recueil: Juste après la pluie
Traduction:
Editions: Alma

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Bredouille (Thomas Vinau)

Posted by arbrealettres sur 26 septembre 2019




    

Bredouille

Toi
qui n’arrives pas
la pluie
qui ne tombe pas
les mots
qui ne viennent pas
j’attends
quelque chose
et je reviens
bredouille
de cette longue
marche blanche
à l’intérieur du jour

(Thomas Vinau)

 

Recueil: Juste après la pluie
Traduction:
Editions: Alma

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quelque chose (Thomas Vinau)

Posted by arbrealettres sur 25 septembre 2019



Illustration: Benoit Colsenet
    
Quelque chose

Il y a quelque chose en lui
d’un enfant mort
qui se battrait
avec un vieux chat

quelque chose de poussière et de cendre
de murmure et d’oubli

il y a quelque chose en lui
qui chante
comme un Indien qui s’en va

quelque chose
de la bête qui fuit
de l’ironie du ciel
d’une petite brûlure

quelque chose
d’un méandre qui gonfle
d’un complot qui s’ourdit
d’une tempête perdue
dans les yeux d’une fille

quelque chose de tendre
qui crie

(Thomas Vinau)

 

Recueil: Juste après la pluie
Traduction:
Editions: Alma

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chaque jour en des instants semblables quelqu’un, quelque chose (Franck Venaille)

Posted by arbrealettres sur 22 septembre 2019




    
QUELQU’UN, QUELQUE CHOSE

chaque jour
en des instants semblables
quelqu’un, quelque chose, sous quelle forme?
me rejoint — chaque jour — me rejoint –
m’enfonce le visage dans un sac et là, me terrorise et me fait mal
mêlé au grain, dans l’odeur d’écurie
ou
d’étable — chaque jour — me terrorise et me fait mal
c’est
c’est sa fonction, son rôle
voici exactement ce qui se passe, ce qu’il advient de moi au présent
lorsque
la chose approche, m’empêche — tête dans le sac — de respirer
c’est pour
c’est pour t’apprendre l’humilité
me dit une voix que je puis qualifier encore d’humaine
c’est pour cela
que
chaque jour, en des instants semblables,
la vie
se rétracte un peu plus encore
plus pénible
voici

(Franck Venaille)

 

Recueil: Ça
Traduction:
Editions: Mercure de France

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous sommes juchés la tête en bas (Jim Morrisson)

Posted by arbrealettres sur 7 septembre 2019



Illustration: Vladimir Kush
    
Nous sommes juchés la tête en bas
au bord de l’ennui
Nous cherchons à atteindre la mort
Au bout d’une bougie
Nous essayons de trouver quelque chose
Qui nous a déjà trouvés.

(Jim Morrisson)

 

Recueil: Prière américaine
Traduction:
Editions:

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ici aussi (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2019


Ici aussi
Quelque chose a lieu

Qui est parallèle,
Qu’on voudrait croiser.

(Guillevic)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 1 Comment »

Une fenêtre de l’air (Paul Nougé)

Posted by arbrealettres sur 27 juillet 2019



Une fenêtre
de l’air
il en restera bien
quelque chose

(Paul Nougé)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :