Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘être’

Nous sommes venus d’une scène… (Pascal Quignard)

Posted by arbrealettres sur 18 octobre 2018



Nous sommes venus d’une scène où nous n’étions pas.
L’homme est celui à qui une image manque.

(Pascal Quignard)

Illustration: Gao Xingjian

 

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Il y a des êtres de peu d’importance (Abdourahman A. Waberi)

Posted by arbrealettres sur 18 octobre 2018



il y a des êtres de peu d’importance
dont le nom figure sur nul registre

il y a des jours où
l’on soupire
tu manques à mon ombre
pour dire l’absence
de l’aimé

(Abdourahman A. Waberi)

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Technique d’attente (Pierre Auster)

Posted by arbrealettres sur 17 octobre 2018




    
Technique d’attente.
Je me place ainsi au-devant de l’Un suressentiel.
Je fais se répandre la pauvreté constitutive des êtres.
Je n’ignore pas le chas de la matière.

(Pierre Auster)

 

Recueil: Paysage du Tout
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sur la pointe (Géo Norge)

Posted by arbrealettres sur 15 octobre 2018



Sur la pointe

Tu crois que c’est gai de vivre nu,
Tout nu sur la pointe d’une aiguille
Avec tout ce vide autour de soi
Avec tout ce creux dans les poumons,
Tout nu sur la pointe d’une aiguille
Sans un grain de sable pour s’asseoir
Et sans un nuage pour dormir,
Sans une chanson dans les oreilles
Tout nu sur la pointe d’une aiguille
Avec tout ce froid, ce froid, ce froid
Et ce ciel muet sur les épaules,
Tu crois que c’est gai de vivre mort
Dans l’abîme d’être et ne pas être,
Debout sur la pointe d’une aiguille ?

(Géo Norge)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Le clair de lune à travers les branches hautes (Fernando Pessoa)

Posted by arbrealettres sur 15 octobre 2018


 

Le clair de lune à travers les branches hautes,
Ils disent les poètes, tous les poètes, qu’il est davantage
Que le clair de lune à travers les branches hautes.

Mais pour moi, qui ne sais pas ce que je pense,
Ce que le clair de lune à travers les branches hautes
Est, en plus d’être
Le clair de lune à travers les branches hautes
(Ainsi que je le dis, puissé-je aussi l’entendre)
C’est qu’il n’est rien de plus
Que le clair de lune à travers les branches hautes.

(Fernando Pessoa)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

De quelle nuit (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 6 octobre 2018



    

De quelle nuit es-tu venue ?
De quel jour? Soudain tu es
Au coeur de tout. Les iris
Ont frémi; le mot est dit.

(François Cheng)

 

Recueil: Enfin le royaume
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les désirs (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 6 octobre 2018



Illustration: Josephine Wall    
    
Les désirs que nous portons en nous
Ne sont-ils bien plus grands que nous?
Si grands qu’ils rejoignent l’originel
Désir par quoi la Lumière fut.

(François Cheng)

 

Recueil: Enfin le royaume
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

L’HOMME QUI DEVIENT (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 5 octobre 2018



 

Irène Lussou_3

L’HOMME QUI DEVIENT

Son oeil fréquente les ombres
Il a la pierre de l’être
La fleur contradictoire est en sa main
Et le coeur inversé comme un voilier de fête
Il a appris puis désappris tout l’univers

Il a connu les pas des grands malades
L’horizon sans honneur
Les villes de l’âpreté
La terre meuble qui défaille sous les maisons antiques
Et les jours inclinés entre leurs sept miroirs

Il a la pierre de l’être
Son corps pousse des racines
Par hommage il quitta les femmes au genou d’or
La Mort portant sa grâce et l’Amour sa couronne
Il sait que ceux qui rêvent ont toute raison.

(Andrée Chedid)

Illustration: Irène Lussou

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Elle était devenue plus qu’une compagne (Akira Mizubayashi)

Posted by arbrealettres sur 3 octobre 2018




    
Elle était devenue plus qu’une compagne, plus qu’une amie,
un être pour lequel on se fait du souci jusqu’à en être malade,
une créature pour laquelle l’emploi d’un mot comme animal ou bête
n’était pas convenable, ni tolérable.

(Akira Mizubayashi)

 

Recueil: Mélodie : Chronique d’une passion
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le plus beau poème du monde (Georges Perros)

Posted by arbrealettres sur 3 octobre 2018



Illustration
    
Le plus beau poème du monde
ne sera jamais qu’un pâle reflet
de ce qu’est la poésie:

une manière d’être, d’habiter, de s’habiter.

(Georges Perros)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :