Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘être’

Unité des êtres (Pierre Oster)

Posted by arbrealettres sur 1 août 2020



Illustration: Josephine Wall    
    
Unité des êtres dans l’Un universellement unifiant.
Ma recherche tout entière se nourrit de cette unique certitude.
J’y retrouve la Foi, l’Espérance et l’ Amour.

(Pierre Oster)

 

Recueil: Paysage du Tout
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La splendeur de la vie (Kafka)

Posted by arbrealettres sur 25 juillet 2020



Il est parfaitement concevable que la splendeur de la vie
se tienne prête à côté de chaque être et toujours dans sa plénitude,
mais qu’elle soit voilée, enfouie dans les profondeurs, invisible, lointaine.
Elle est pourtant là, ni hostile, ni malveillante, ni sourde,
qu’on l’invoque par le mot juste, par son nom juste, et elle vient.
C’est là l’essence de la magie, qui ne crée pas, mais invoque.

(Kafka)


Illustration: Odilon Redon

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

J’ai voulu apprendre (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 19 juillet 2020




Je ne sais pas danser
Mais je danse

Je ne sais pas chanter
Mais je chante

Je ne sais pas exister
Mais j’existe

Je ne sais pas souffrir
Mais je souffre

Je ne veux pas aimer
Mais j’aime

Je n’ai pas voulu être
Mais je suis

J’ai voulu apprendre
Mais déjà
La mort ne voulait pas

(Werner Lambersy)

Illustration: Edvard Munch

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 2 Comments »

Terre et Poésie (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 11 juillet 2020




Terre et Poésie

Vivre en poésie, ce n’est pas renoncer ;
c’est se garder à la lisière de l’apparent et du réel,
sachant qu’on ne pourra jamais réconcilier, ni circonscrire.

L’instant de poésie : fragile, à cause de nous qui ne savons pas séjourner ;
pas à cause d’elle, poésie, qui est égale inlassablement.

La poésie, comme l’amour, charge de tout son contenu,
force à tous ses espaces le visage, le geste, le mot.
Sans elle, à l’instant d’être, ils seraient déjà morts – ou cernés
jamais en leur étroite forme, ce qui est mourir d’une autre façon.

Le poème apparaît souvent comme un éboulis de mots,
dépourvus de sens pour l’oeil non exercé.

La poésie suggère.
En cela, elle est plus proche qu’on ne pense de la vie,
qui est toujours en deçà de l’instant qui frappe.

Nous ne donnons rien au poème qu’il ne nous rende au centuple.
Nous croyons le faire ; c’est lui qui, secrètement, nous fait.

Quand on a pris goût à l’espace sans dimension de la poésie,
on n’accepte que par à-coups
– parfois aussi par égard pour les autres –
le quotidien et les ruelles exactes.

Les habiles, les jongleurs de mots sont plus éloignés de la poésie
que cet homme qui – sans parole aucune –
se défait de sa journée, le regard levé vers un arbre,
ou le coeur attentif à la voix d’un ami.

L’appel du poème est rarement contraignant.
Le plus souvent discret, ne dirait-on pas que son premier désir
est qu’on veuille bien, tout d’abord, écouter.

Si la poésie n’a pas bouleversé notre vie,
c’est qu’elle ne nous est rien.
Apaisante ou traumatisante, elle doit marquer de son signe ;
autrement, nous n’en avons connu que l’imposture.

Tant que nous n’aurons pas résolu le problème des origines
– et i1 semble que la clef translucide ne sera jamais à notre anneau -,
la poésie gardera sa raison d’être.
De la certitude de ne jamais savoir tout à fait,
elle seule et l’amour nous consolent.

Ce qui nous dépasse, et dont nous portons le grain
aussi certainement que nous portons notre corps,
cela s’appelle : Poésie.

Le poème se nourrit de mouvements ;
mouvements de cet être intérieur que certains appelleraient « âme ».
Son rythme est celui de la vague, son dessein est de traverser.

(Andrée Chedid)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

CHERCHER (Olly Komenda-Soentgerath)

Posted by arbrealettres sur 9 juillet 2020



Illustration: Edvard Munch
    
Poem in French,Dutch, Spanish, English,Italian, German, Portuguese, Sicilian, Romanian, Polish, Greek, Chinese, Arab, Hindi, Japanese, Farsi, Bulgarian, Icelandic, Russian, Malaya, Filipino, Hebrew, Tamil

Poem of the Week Ithaca 637
by OLLY KOMENDA-SOENTGERATH, Czech Republic (1923)
From: « Das schläft mir nachts unter den Lidern », Heiderhoff Verlag
© by Carsten Pfeiffer, Leipzig.

─ All translations are made in collaboration with Germain Droogenbroodt ─

CHERCHER

Avec la canne blanche de l’aveugle
j’ai frappé la terre à la recherche d’un être humain.
Chaque fois seul le sable bruissait en glissant sous elle.
Mais aujourd’hui,
aujourd’hui
j’ai heurté la roche dure
et la profondeur
m’a renvoyé
un écho :
ta voix.

Traduction Elisabeth Gerlache

***

ZOEKEN

Met de witte stok van de blinde
heb ik de aarde afgeklopt naar een mens.
Er ritselde telkens alleen maar zand onder hem weg.
Maar vandaag,
vandaag
stootte ik op vast gesteente,
en de diepte
stuurde een echo
naar mij toe:
jouw stem.

Vertaling Germain Droogenbroodt

***

BUSCAR

Con el bastón blanco del ciego
he estado buscando un humano en la tierra.
Siempre hallé arena goteando bajo sus pies.
Pero hoy,
hoy
me topé con una roca sólida,
y la profundidad
me envió un eco:
tu voz.

Traducción Rafael Carcelén

***

SEARCHING

With the white cane of the blind
I tapped the earth, searching for a human.
Only sand was always rustling away beneath.
But today
today
I struck solid rock,
and the depth
sent an echo
up to me:
your voice.

Translation Stanley Barkan

***

CERCARE

Con il bastone bianco del cieco,
battevo la terra, cercando un essere umano.
La sabbia frusciava sempre di sotto.
Ma oggi,
oggi
ho colpito la solida roccia,
e le sue viscere
hanno inviato un’eco
fino a me:
la tua voce.

Traduzione di Luca Benassi

***

SUCHEN

Mit dem weißen Stock des Blinden
hab‘ ich die Erde abgeklopft nach einem Menschen.
Es rieselte immer nur Sand unter ihm weg.
Heut‘ aber
heute
stieß ich auf festes Gestein,
und die Tiefe
schickte ein Echo
herauf zu mir:
deine Stimme.

Übersetzung Wolfgang Klinck

***

BUSCAR

Com o bastão branco do cego
estive buscando um ser humano na terra.
Sempre encontrei areia gotejando sob seus pés.
Mas hoje,
encontrei uma rocha sólida.
e a profundidade
enviou-me um eco:
a tua voz.

Tradução ao português: José Eduardo Degrazia

***

CIRCANNU

Cu lu bastuni biancu di li orbi
Battivi la terra, circannu un siri umanu.
C’era sempri rina ca frusciava ddassutta.
Ma oggi,
oggi
tuccavi petra viva
e di ddassutta ‘n funnu
mi nchianau:
n’ecu
la to vuci.

Traduzzioni di Gaetano Cipolla

***

CĂUTARE

Cu bastonul alb, de orb,
am tot lovit pământul în căutarea unui om.
Din el n-a ieșit decât pleavă
iar astăzi
astăzi
am ajuns la o stâncă,
ce din adânc
m-a întâmpinat
cu ecoul
vocii tale.

Traducere: Gabriela Căluțiu Sonnenberg

***

POSZUKUJĄC

Białą laską niewidomych
Opukiwałam ziemię, poszukując człowieka.
Piasek zawsze osypywał się w dole z szelestem.
Ale dzisiaj,
dzisiaj
uderzyłam litą skałę
a głębia
odesłała do mnie
echo:
twój głos.

Przekład na polski: Mirosław Grudzień−Małgorzata Żurecka

***

ΨΑΧΝΟΝΤΑΣ

Με το μπαστούνι του τυφλού
τη γη εχτύπησα
άνθρωπο για να βρω
κι η άμμος θρόισε σε βάθος.
Σήμερα όμως
βράχο χτύπησα
που αντήχησε:
τη φωνή σου

Μετάφραση Μανώλη Αλυγιζάκη//translated by Manolis Aligizakis

***

搜 寻

用盲人的白手杖,
我敲打大地,寻找人。
沙子总在下面沙沙流响。
但今天,
今天
我撞到了坚硬的岩石,
而深处
发上来一种回音
给我:
“你的声音”。

Chinese translation William Zhou

***

بحث

بعصا بيضاء للمكفوفين،
تلمست طريقي على الأرض، لعلي أصادف إنسانا.
فعلى الدوام، كانت الرمال تنزاح من طريقي في كل اتجاه
لكن اليوم،
هذا اليوم
أصبت صخرة صلدة،
وترامى إلى مسامعي صوت صداها في الأعماق وهو يردد:
إنه صوتك.

Arabic translation Amal Bouchareb

***

ढूंढ रहा हूं

अंधे के सफेद बेंत के साथ,
मैंने पृथ्वी को टैप किया,
मानव की तलाश की।
रेत हमेशा नीचे की ओर
सरसराहट कर रही थी।
लेकिन आज,
आज
मैंने ठोस पत्थर मारा,
और गहराई
एक प्रतिध्वनि भेजी
मेरे ऊपर:
तुम्हारी आवाज़।

Hindi translation by Jyotirmaya Thakur

***

探し求めて

盲の白杖で地面をたたく
人を求めて
砂はいつも下でさらさらと音を立てる
ところが今日
そう今日のこと
硬い岩を叩いたならば
深くからこだまがしたのだ
私のところまで
君の声が

Japanese translation Manabu Kitawaki

***

جستجو
با عصای سفید کوران،
من بر زمین زدم، در جستجوی انسان.
ماسه همیشه زیرش خش خش میکرد.
اما امروز،
امروز
عصایم به سنگ سختی اصابت کرد،
و ازاعماق
پژواکی فرستاد
برایم:
از صدایت.
اولی کومندا-سوئنتگرات، چک ریپابلیک
ترجمه: سپیده زمانی

Farsi translation by Sepideh Zamani

***

ТЪРСЕЙКИ

С белия бастун на слепия,
аз почуквах земята, търсейки човека.
Пясък винаги свистеше отдолу.
Но днес,
днес
ударих по твърда скала
и дълбочината
изпрати едно ехо
до мен:
твоя глас.

превод от английски: Иван Христов
Bulgarian translation Ivan Hristov

***

AÐ LEITA

Með hvíta blindrastafnum
bankaði ég á jörðina í leit að manneskju.
Það sáldraðist aðeins sandur undan honum.
En í dag,
í dag
hitti ég á harðan stein
og djúpið
sendi mér
bergmál:
rödd þína.

Þór Stefánsson þýddi samkvæmt enskri þýðingu

***

ИЩУ

Моя белая трость слепого
по дорогам стучала, искала кого-то.
Под ногами все время шуршал лишь песок.
Носегодня,
сегодня
на пути встал гранит,
и пропасть
отозвалась
эхом:
твоим голосом.

ПереводГДарьиМишуевой
Russian translation by Daria Mishueva

***

PENCARIAN

Denganrotanputih orang buta
akumengetukbumi,mencarimanusia.
Hanyadesiranpasiryang berkarat di bawah.
Tapihariini
hariini
akuketuk batu pejal
dan kedalamannya
mengirimgema
kepadaku:
suaramu.

Penterjemah: Dr.Raja Rajeswari Seetha Raman

***

NAGHAHANAP

Gamit ang kulay puting tungkod ng bulag,
Tinapik ko ang lupa, hinahanap ang isang tao.
Buhangin sa ilalim ay laging kumakaluskos.
Subalit ngayon,
ngayon
Tinamaan ko ang malaking bato,
at ang kailaliman
ay nagpahatid ng alingawngaw
patungo sa akin:
ang iyong tinig.

Translated in Filipino by Eden Soriano Trinidad

***
חיפוש

בַּמַּקֵּל הַלָּבָן שֶׁל הָעִוֵּר,
הִקַּשְׁתִּי עַל הַקַּרְקַע, חִפַּשְׂתִּי בֶּן אֱנוֹשׁ.
הַחוֹל הָיָה תָּמִיד מְרַשְׁרֵשׁ וְחוֹמֵק הָלְאָה לְמַטָּה.

אֲבָל הַיּוֹם,
הַיּוֹם
פָּגַעְתִּי בְּסֶלַע מוּצָק,
וְהַמַּעֲמַקִּים
שָׁלְחוּ הֵד
לְמַעְלָה עַד אֵלַי:
קוֹלְךָ.

תרגום מאנגלית לעברית: דורית ויסמן
Hebrew translation Dorit Weisman

***

தேடுதல்!

குருடனின் வெள்ளைக் கைத்தடியை வைத்து
பூமியைமெல்லத் தட்டினேன், மனிதனைத் தேடி
கீழிருக்கும் மணல் செய்யும் ஓசையோடு

ஆனால் இன்று
வலிமையான பாறையைத் தட்டினேன்
அதன் ஆழம்
ஓர் எதிரொலியை அனுப்பியது
என்வரை;
உனது குரல்!

Tamil translation N.V. Subbaraman

(Olly Komenda-Soentgerath)

 

Recueil: ITHACA 637
Editions: POINT
Site: http://www.point-editions.com/en/

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

JE NE PEUX te voir (Robert Creeley)

Posted by arbrealettres sur 4 juillet 2020



JE NE PEUX te voir
là parce que tu
pensais être.

Les souvenirs évanouis
que moi-même renferme
passant aussi.

(Robert Creeley)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La nuit (Victor Hugo)

Posted by arbrealettres sur 1 juillet 2020



    

La nuit

I.

Le ciel d’étain au ciel de cuivre
Succède. La nuit fait un pas.
Les choses de l’ombre vont vivre.
Les arbres se parlent tout bas.

Le vent, soufflant des empyrées,
Fait frissonner dans l’onde où luit
Le drap d’or des claires soirées,
Les sombres moires de la nuit.

Puis la nuit fait un pas encore.
Tout à l’heure, tout écoutait ;
Maintenant nul bruit n’ose éclore ;
Tout s’enfuit, se cache et se tait.

Tout ce qui vit, existe ou pense,
Regarde avec anxiété
S’avancer ce sombre silence
Dans cette sombre immensité.

C’est l’heure où toute créature
Sent distinctement dans les cieux,
Dans la grande étendue obscure
Le grand Être mystérieux !

II.

Dans ses réflexions profondes,
Ce Dieu qui détruit en créant,
Que pense-t-il de tous ces mondes
Qui vont du chaos au néant ?

Est-ce à nous qu’il prête l’oreille ?
Est-ce aux anges ? Est-ce aux démons ?
A quoi songe-t-il, lui qui veille
A l’heure trouble où nous dormons ?

Que de soleils, spectres sublimes,
Que d’astres à l’orbe éclatant,
Que de mondes dans ces abîmes
Dont peut-être il n’est pas content !

Ainsi que des monstres énormes
Dans l’océan illimité,
Que de créations difformes
Roulent dans cette obscurité !

L’univers, où sa sève coule,
Mérite-t-il de le fixer ?
Ne va-t-il pas briser ce moule,
Tout jeter, et recommencer ?

III.

Nul asile que la prière !
Cette heure sombre nous fait voir
La création tout entière
Comme un grand édifice noir !

Quand flottent les ombres glacées,
Quand l’azur s’éclipse à nos yeux,
Ce sont d’effrayantes pensées
Que celles qui viennent des cieux !

Oh ! la nuit muette et livide
Fait vibrer quelque chose en nous !
Pourquoi cherche-t-on dans le vide ?
Pourquoi tombe-t-on à genoux ?

Quelle est cette secrète fibre ?
D’où vient que, sous ce morne effroi,
Le moineau ne se sent plus libre,
Le lion ne se sent plus roi ?

Questions dans l’ombre enfouies !
Au fond du ciel de deuil couvert,
Dans ces profondeurs inouïes
Où l’âme plonge, où l’oeil se perd,

Que se passe-t-il de terrible
Qui fait que l’homme, esprit banni,
A peur de votre calme horrible,
Ô ténèbres de l’infini ?

(Victor Hugo)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je suis le jumeau des êtres que j’aime (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 24 juin 2020




    
Je suis le jumeau des êtres que j’aime
Leur double en nature la meilleure preuve
De leur vérité je sauve la face

De ceux que j’ai choisis pour me justifier
Ils sont très nombreux ils sont innombrables
Ils vont par les rues pour eux et pour moi

Ils portent mon nom je porte le leur
Nous sommes les fruits semblables d’un arbre
Plus grand que nature et que toutes les preuves

(Paul Eluard)

 

Recueil: Poésie ininterrompue
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’aurore s’allume (Victor Hugo)

Posted by arbrealettres sur 22 juin 2020



 

Illustration: William Turner
    
L’aurore s’allume

I
L’aurore s’allume ;
L’ombre épaisse fuit ;
Le rêve et la brume
Vont où va la nuit ;
Paupières et roses
S’ouvrent demi-closes ;
Du réveil des choses
On entend le bruit.

Tout chante et murmure,
Tout parle à la fois,
Fumée et verdure,
Les nids et les toits ;
Le vent parle aux chênes,
L’eau parle aux fontaines ;
Toutes les haleines
Deviennent des voix !

Tout reprend son âme,
L’enfant son hochet,
Le foyer sa flamme,
Le luth son archet ;
Folie ou démence,
Dans le monde immense,
Chacun. recommence
Ce qu’il ébauchait.

Qu’on pense ou qu’on aime,
Sans cesse agité,
Vers un but suprême,
Tout vole emporté ;
L’esquif cherche un môle,
L’abeille un vieux saule,
La boussole un pôle,
Moi la vérité !

II

Vérité profonde !
Granit éprouvé
Qu’au fond de toute onde
Mon ancre a trouvé !
De ce monde sombre,
Où passent dans l’ombre
Des songes sans nombre,
Plafond et pavé !

Vérité, beau fleuve
Que rien ne tarit !
Source où tout s’abreuve,
Tige où tout fleurit !
Lampe que Dieu pose
Près de toute cause !
Clarté que la chose
Envoie à l’esprit !

Arbre à rude écorce,
Chêne au vaste front,
Que selon sa force
L’homme ploie ou rompt,
D’où l’ombre s’épanche ;
Où chacun se penche,
L’un sur une branche,
L’autre sur le tronc !

Mont d’où tout ruisselle !
Gouffre où tout s’en va !
Sublime étincelle
Que fait Jéhova !
Rayon qu’on blasphème !
Oeil calme et suprême
Qu’au front de Dieu même
L’homme un jour creva !

III

Ô Terre ! ô merveilles
Dont l’éclat joyeux
Emplit nos oreilles,
Eblouit nos yeux !
Bords où meurt la vague,
Bois qu’un souffle élague,
De l’horizon vague
Plis mystérieux !

Azur dont se voile
L’eau du gouffre amer,
Quand, laissant ma voile
Fuir au gré de l’air,
Penché sur la lame,
J’écoute avec l’âme
Cet épithalame
Que chante la mer !

Azur non moins tendre
Du ciel qui sourit
Quand, tâchant d’entendre
Je cherche, ô nature,
Ce que dit l’esprit,
La parole obscure
Que le vent murmure,
Que l’étoile écrit !

Création pure !
Etre universel !
Océan, ceinture
De tout sous le ciel !
Astres que fait naître
Le souffle du maître,
Fleurs où Dieu peut-être
Cueille quelque miel !

Ô champs ! ô feuillages !
Monde fraternel !
Clocher des villages
Humble et solennel !
Mont qui portes l’aire !
Aube fraîche et claire,
Sourire éphémère
De l’astre éternel !

N’êtes-vous qu’un livre,
Sans fin ni milieu,
Où chacun pour vivre
Cherche à lire un peu !
Phrase si profonde
Qu’en vain on la sonde !
L’oeil y voit un monde,
L’âme y trouve un Dieu !

Beau livre qu’achèvent
Les coeurs ingénus ;
Où les penseurs rêvent
Des sens inconnus ;
Où ceux que Dieu charge
D’un front vaste et large
Ecrivent en marge :
Nous sommes venus !

Saint livre où la voile
Qui flotte en tous lieux,
Saint livre où l’étoile
Qui rayonne aux yeux,
Ne trace, ô mystère !
Qu’un nom solitaire,
Qu’un nom sur la terre,
Qu’un nom dans les cieux !

Livre salutaire
Où le cour s’emplit !
Où tout sage austère
Travaille et pâlit !
Dont le sens rebelle
Parfois se révèle !
Pythagore épèle
Et Moïse lit !

(Victor Hugo)

 

Recueil: Les rayons et les ombres
Traduction:
Editions: Bayard Jeunesse

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Jour nuit soleil et arbres (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 19 juin 2020



Jean Tardieu
    
(Recueil Jours pétrifiés)
Jour nuit soleil et arbres

Certains mots sont tellement élimés, distendus, que ‘l’on peut voir le jour au travers.
Immenses lieux communs, légers comme des nappes de brouillard – par cela même difficile à manœuvrer.
Mais ces hautes figures vidées, termes interchangeables, déjà près de passer dans le camp des signes algébriques,
ne prenant un sens que par leur place et leur fonction, semblent propres à des combinaisons précises
chaque fois que l’esprit touche au mystère de l’apparition et de l’évanouissement des objets.

I
Est-ce pour moi ce jour ces tremblantes prairies
ce soleil dans les yeux ce gravier encore chaud
ces volets agités par le vent, cette pluie
sur les feuilles, ce mur sans drame, cet oiseau ?

II
L’esprit porté vers le bruit de la mer
que je ne peux entendre
ou bien vers cet espace interdit aux étoiles
dont je garde le souvenir
je rencontre la voix la chaleur
l’odeur des arbres surprenants
j’embrasse un corps mystérieux
je serre les mains des amis

III
De quelle vie et de quel monde ont-ils parlé ?

– De jours pleins de soleil où nous nous avançons,
d’espace qui résiste à peine à nos mains et de nuits
que n’épaissira plus l’obscurité légère.

IV
Entre les murs un visage survint
qui se donnait le devoir de sourire
et m’entraîna vers une autre fenêtre
d’où le nuage à ce moment sortait.

Tout était lourd d’un orage secret
un homme en bleu sur le seuil s’avançait
le tonnerre éclata dans ma poitrine
un chien les oreilles basses
rentrait à reculons.

V
Mémoire
Et l’ombre encor tournait autour des arbres
et le soleil perdait ses larges feuilles
et l’étendue le temps engloutissait
et j’étais là je regardais.

VI
Je dissipe un bien que j’ignore
je me repais d’un inconnu
je ne sais pas quel est ce jour ni comment faire
pour être admis.

VII
Comme alors le soleil (il était dans la nuit
il roule il apparaît avec silence
avec amour, gardant pour lui l’horreur)
ainsi viendront les jours du tonnerre enchaîné
ainsi les monstres souriants ainsi les arbres
les bras ouverts, ainsi les derniers criminels
ainsi
la joie.

VIII
Quand la nuit de mon coeur descendra dans mes mains
et de mes mains dans l’eau qui baigne toutes choses
ayant plongé je remonterai nu
dans toutes les images :
un mot pour chaque feuille un geste pour chaque ombre
« c’est moi je vous entends c’est moi qui vous connais
et c’est moi qui vous change. »

IX
Je n’attends pas un dieu plus pur que le jour même
il monte je le vois ma vie est dans ses mains :
la terre qui s’étend sous les arbres que j’aime
prolonge dans le ciel les fleuves les chemins…
Je pars j’ai cent mille ans pour cet heureux voyage.

X
Epitaphe
Pour briser le lien du jour et des saisons
pour savoir quelle était cette voix inconnue
sur le pont du soleil à l’écart de ma vie
je me suis arrêté.
Et les fleuves ont fui, l’ombre s’est reconnue
espace les yeux blancs j’écoute et parle encore
je me souviens de tout même d’avoir été.

(Jean Tardieu)

 

Recueil: Jean Tardieu Un poète
Traduction:
Editions: Gallimard Jeunesse

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :