Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘écrire’

J’écris ces vers (François Coppée)

Posted by arbrealettres sur 10 janvier 2021



    

J’écris ces vers, ainsi qu’on fait des cigarettes,
Pour moi, pour le plaisir ; et ce sont des fleurettes
Que peut-être il valait bien mieux ne pas cueillir ;
Car cette impression qui m’a fait tressaillir,
Ce tableau d’un instant rencontré sur ma route,
Ont-ils un charme enfin pour celui qui m’écoute ?
Je ne le connais pas. Pour se plaire à ceci,
Est-il comme moi-même un rêveur endurci ?
Ne peut-il se fâcher qu’on lui prête ce rôle ?
– Fi donc ! lecteur, tu lis par-dessus mon épaule.

(François Coppée)

 

Recueil: Promenades et interieurs
Traduction:
Editions:

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

POÉSIE (Guy Goffette)

Posted by arbrealettres sur 8 janvier 2021



Guy Goffette
    

POÉSIE

L’éternité existe
entre deux mots vertigineux
que le poète ne peut écrire
qui tour à tour l’assaillent
le ravagent le fuient
et qui sans fin le portent
comme un cheval aveugle
dans l’embrasement des étoiles

(Guy Goffette)

 

Recueil: Pain perdu
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Elle avait pris ce pli … (Victor Hugo)

Posted by arbrealettres sur 6 janvier 2021



    

Elle avait pris ce pli …

Elle avait pris ce pli dans son âge enfantin
De venir dans ma chambre un peu chaque matin;
Je l’attendais ainsi qu’un rayon qu’on espère;
Elle entrait, et disait: Bonjour, mon petit père ;
Prenait ma plume, ouvrait mes livres, s’asseyait
Sur mon lit, dérangeait mes papiers, et riait,
Puis soudain s’en allait comme un oiseau qui passe.
Alors, je reprenais, la tête un peu moins lasse,
Mon oeuvre interrompue, et, tout en écrivant,
Parmi mes manuscrits je rencontrais souvent
Quelque arabesque folle et qu’elle avait tracée,
Et mainte page blanche entre ses mains froissée
Où, je ne sais comment, venaient mes plus doux vers.
Elle aimait Dieu, les fleurs, les astres, les prés verts,
Et c’était un esprit avant d’être une femme.
Son regard reflétait la clarté de son âme.
Elle me consultait sur tout à tous moments.
Oh! que de soirs d’hiver radieux et charmants
Passés à raisonner langue, histoire et grammaire,
Mes quatre enfants groupés sur mes genoux, leur mère
Tout près, quelques amis causant au coin du feu !
J’appelais cette vie être content de peu !
Et dire qu’elle est morte! Hélas! que Dieu m’assiste !
Je n’étais jamais gai quand je la sentais triste ;
J’étais morne au milieu du bal le plus joyeux
Si j’avais, en partant, vu quelque ombre en ses yeux.

(Victor Hugo)

 

Recueil: Cent poèmes de Vivtor Hugo
Traduction:
Editions: Omnibus

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mais pourquoi, toujours, encore écrire ? (Eugène Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 6 décembre 2020




    
Mais pourquoi, toujours,
Encore écrire ?

Parce que tu sens
Que tu n’es pas
Au centre, dans le noyau ?

(Eugène Guillevic)

 

Recueil: Art poétique précédé de Paroi et suivi de Le Chant
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

On n’en finit jamais avec la lune (Eugène Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 6 décembre 2020



Illustration: Alix
    
On n’en finit jamais
Avec la lune.

On a beau la regarder,
La peindre, écrire sur elle,

Lui parler,
Essayer de la caresser,

Lui tourner le dos,
L’insulter,

Quand elle est là
Elle nous verse son lait,

Quand elle n’y est pas,
Son lait nous manque.

(Eugène Guillevic)

 

Recueil: Art poétique précédé de Paroi et suivi de Le Chant
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une lettre d’amour ? (Louise de Vilmorin)

Posted by arbrealettres sur 4 décembre 2020



Une lettre d’amour ? Oui, doux Seigneur
Mais à qui donc l’écrirai-je ?
Tous mes bouquets de bonheur
Sont poussières sous les neiges.

Neige, neige qui n’est pas de beau temps,
Beau temps qui n’est pas d’ivresse,
Neige de mes passe-temps
Et chevelure en détresse.

Ma main ne brode plus de mots d’amour
Doux Seigneur. L’âge m’emporte.
A tel revers nul secours,
Lettre d’amour : lettre morte.

(Louise de Vilmorin)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Au-delà (Louise de Vilmorin)

Posted by arbrealettres sur 4 décembre 2020



Louise de Vilmorin

Au-delà

Eau-de-vie! Au-delà!
A l’heure du plaisir,
Choisir n’est pas trahir,
Je choisis celui-là.

Je choisis celui-là
Qui sait me faire rire,
D’un doigt de-ci, de-là,
Comme on fait pour écrire.

Comme on fait pour écrire,
Il va par-ci, par-là,
Sans que j’ose lui dire:
J’aime bien ce jeu-là.

J’aime bien ce jeu-là,
Qu’un souffle fait finir,
Jusqu’au dernier soupir
Je choisis ce jeu-là.

Eau-de-vie! Au-delà!
A l’heure du plaisir,
Choisir n’est pas trahir,
Je choisis celui-là.

(Louise de Vilmorin)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Huitième soliloque (Zéno Bianu)

Posted by arbrealettres sur 30 novembre 2020




Huitième soliloque

J’ai été larme dans les yeux de Marilyn
j’ai été eau vive étoile filante
j’ai été infrarouge ultraviolet
caresse au bord de l’abîme

j’ai été cœur battant
parmi les météores
baptisé par trois gouttes d’arc-en-ciel
pris à la gorge par une rose écorchée

j’ai été collectionneur d’éclipses
j’ai été où les arbres savent écrire
j’ai été toute une journée sans toi
j’ai été avec toi pour toujours

j’ai été toupie d’absolu
j’ai été la clé de mille alphabets
j’ai été allumeur de constellations

(Zéno Bianu)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

DANS LE CŒUR (Anna Keiko)

Posted by arbrealettres sur 20 novembre 2020




    
DANS LE CŒUR

Je ne peux pas te voir
Pourtant tu as de l’influence partout
A l’aube, à la tombée du jour et la nuit
Tu es la lumière
Que mes yeux refusent de ne pas voir
Tu es partout
Que je puisse te voir, ou non
Tu es le poème non publié
Que j’ai écrit dans mon cœur.

***

在我心中

你从未出现
却无处不在影响我
黎明 黄昏 黑夜
像光
眼睛无法拒绝
她一直在
能见与不能见每一个角落
像一首未公开的诗
在心中
已经历所有…

(安娜惠子)

***

IN THE HEART

I can’t see you
But you affect me everywhere
At dawn, at twilight and at night
You are the light
My eyes can’t refuse to see
You are everywhere
Whether I can see you or not
You are the unpublished poem
I wrote In my heart.

(Anna Keiko)

 

Recueil:
Traduction: Germain Droogenbroodt – Elisabeth Gerlache
Editions:

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je voulais écrire un poème que tu comprendrais (William Carlos Williams)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2020



Je voulais écrire un poème
que tu comprendrais.
A quoi me servirait-il
si tu ne pouvais le comprendre ?
Mais tu dois faire un effort –
– Mais
Ecoute, tu sais comme
les petites filles courent en riant
dans Park Avenue la nuit tombée
quand elles devraient être au lit chez elles ?
Et bien,
moi je suis comme ça aussi.

(William Carlos Williams)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :