Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘écrire’

DANS LE CŒUR (Anna Keiko)

Posted by arbrealettres sur 15 février 2019




    
DANS LE CŒUR

Je ne peux pas te voir
Pourtant tu as de l’influence partout
A l’aube, à la tombée du jour et la nuit
Tu es la lumière
Que mes yeux refusent de ne pas voir
Tu es partout
Que je puisse te voir, ou non
Tu es le poème non publié
Que j’ai écrit dans mon cœur.

***

在我心中

你从未出现
却无处不在影响我
黎明 黄昏 黑夜
像光
眼睛无法拒绝
她一直在
能见与不能见每一个角落
像一首未公开的诗
在心中
已经历所有…

(安娜惠子)

***

IN THE HEART

I can’t see you
But you affect me everywhere
At dawn, at twilight and at night
You are the light
My eyes can’t refuse to see
You are everywhere
Whether I can see you or not
You are the unpublished poem
I wrote In my heart.

(Anna Keiko)

 

Recueil:
Traduction: Germain Droogenbroodt – Elisabeth Gerlache
Editions:
Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

C’est toi, douce lune (Jean Breton)

Posted by arbrealettres sur 7 février 2019



La Soeur blanche m’a regardé fixement.
Hélas, encore un:
Il va falloir écrire à la famille.

***

Au ciel pâle
Ce flocon de shrapnell ?
Oh! pardon, c’est toi, douce lune.

(Jean Breton)

 

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’ai refusé de haïr (Su Dongpo)

Posted by arbrealettres sur 7 février 2019



On m’a foulé au pied
J’ai refusé de haïr

On m’a trainé dans la boue
J’ai refusé de haïr

On m’a accroché une pancarte au cou
J’ai refusé de haïr

Je lutte pour pouvoir écrire mon dernier mot
sur la porte d’un horizon lointain

(Su Dongpo)


Illustration: Mustapha Merchaoui

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 2 Comments »

J’écris près de la lampe. Il fait bon. Rien ne bouge (François Coppée)

Posted by arbrealettres sur 31 janvier 2019



 

Jean Édouard Vuillard (French painter, 1868-1940) Old Woman in Front of the Fireplace 1895

J’écris près de la lampe. Il fait bon. Rien ne bouge.
Toute petite, en noir, dans le grand fauteuil rouge,
Tranquille auprès du feu, ma vieille mère est là ;
Elle songe sans doute au mal qui m’exila
Loin d’elle, l’autre hiver, mais sans trop d’épouvante,
Car je suis sage et reste au logis, quand il vente.
Et puis, se souvenant qu’en octobre la nuit
Peut fraîchir, vivement et sans faire de bruit,
Elle met une bûche au foyer plein de flammes.
Ma mère, sois bénie entre toutes les femmes.

(François Coppée)

Illustration:  Jean Édouard Vuillard

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Epitaphe (François Coppée)

Posted by arbrealettres sur 31 janvier 2019



 

Epitaphe

Dans le faubourg qui monte au cimetière,
Passant rêveur, j’ai souvent observé
Les croix de bois et les tombeaux de pierre
Attendant là qu’un nom y fût gravé.

Tu m’es ravie, enfant, et la nuit tombe
Dans ma pauvre âme où l’espoir s’amoindrit ;
Mais sur mon coeur, comme sur une tombe,
C’est pour toujours que ton nom est écrit.

(François Coppée)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

D’où vient cette cascade de mots quand tu écris (Jean Lavoué)

Posted by arbrealettres sur 29 janvier 2019



Illustration: Arno Rafael Minkkinen 
    
D’où vient cette cascade
De mots quand tu écris
Où roule cette rivière
Au creux de ta main nue

Qu’est-ce qui s’enracine
Ici lorsque tu pries
Quel est donc ce silence
Où se forme l’épi

D’où vient ce vent ténu
Toutes fenêtres closes
Qui ouvre ce passage
Ce jour entre les lauzes

Quel est ce cri muet
Que la joie perpétue
Qu’est-ce qui chante encore
Même quand la voix s’est tue

(Jean Lavoué)

 

Recueil: Nous sommes d’une source
Traduction:
Editions: L’enfance des arbres

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pour écrire Il te faut partir (Jean Lavoué)

Posted by arbrealettres sur 29 janvier 2019



Illustration: Alberto Giacometti
    
Pour écrire
Il te faut partir

Tu ne peux demeurer
Que dans l’éclat des routes
La ferveur des ciels
Les embruns de l’aube
Les tâches du soleil

Aucune cage ne te donnera
Le goût du large
L’espace généreux où t’envoler
Aucun remède

Renonce à tout savoir
Rends-toi à l’inconnu
Laisse aujourd’hui tes ailes te porter

(Jean Lavoué)

 

Recueil: Nous sommes d’une source
Traduction:
Editions: L’enfance des arbres

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce matin j’ai écrit deux poèmes (Luis Benitez)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2019



Ce matin j’ai écrit deux poèmes.
Je ne me demande pas pour l’instant quel sens
possède ou non ce travail obscur.
Simplement c’est une autre façon, possible, d’être vivant.
Je m’interroge sur l’origine
de ces deux choses posées à présent sur la table,
pas exactement faites de papier et de pigments.
Sur les hommes qui l’ont dit mieux que moi
et aujourd’hui sont morts.
Sur les siècles de guerres et de paix
qui se sont écoulés entre les mots.
Je m’interroge sur le nom et le visage
de celui qui, de l’autre côté du globe, a laissé
sur sa table deux autres choses égales
et qui doute aussi de mon existence.
Je m’interroge sur les milliers de jours et de nuits
qui ont dû passer pour que nous fassions cela.
Sur les centaines de personnes
qui ont fait don de leurs vers.
Je me demande pourquoi, depuis un moment,
ce monde s’est modifié deux fois.

(Luis Benitez)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

Illustration: René Baumer

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cela s’efface (Véronique Joyaux)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2019



 

Brad Kunkle

Cela s’efface
Une parole un mot sur le papier
Cela ressemble au vent marin qui fane les herbes
Résister
Ecrire
En vain
On ne fait pas assez
De cela on est sûr
Que faudrait-il pour parvenir aux mots qui sauvent
Une ligne un rien une obole
pour laisser trace
Le papier absorbe l’encre
mais on écrit
A perte de vue la mémoire s’astreint
Frapper aux portes ouvrir les croisées
Offrir sa poitrine à l’orage
Dans le bruissement des feuilles
nous laisser conduire.

(Véronique Joyaux)

Découvert ici chez laboucheaoreilles

Illustration: Brad Kunkle

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ÉCRIS-MOI (Gilles Vigneault)

Posted by arbrealettres sur 17 janvier 2019



 

Nicolas Péché  Les_Pissenlits

ÉCRIS-MOI

Écris-moi
Écris-moi ce mot : Fenêtre…
Pour voir. Pour naître.
Le mot, tu vois,
C’est le mode d’emploi.

Quelqu’un l’ouvre
On découvre
Un ballon sur l’horizon
Qui peint arbres et maisons
C’est un peintre bedonnant
Généreux et négligent
Exigeant…
Du bout de ses doigts jaunis
Il tombe des pissenlits
Un peu partout sur les champs.

Écris le mot : Porte…
Et sors. Et n’emporte
Rien. Rien d’autre que le corps.

L’âme est déjà rendue loin
Elle est perdue dans les foins.

(Gilles Vigneault)

Illustration: Nicolas Péché

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :