Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘frémir’

RETOUCHE A L’ÂME (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 3 décembre 2022



 

RETOUCHE A L’ÂME

Tendue d’herbe sèche
que le vent fait frémir
sa charpente en pyramide
a l’humilité d’une paillote
au ras de la mer.
Là, dort mon sosie
qui se passe du monde.

(Daniel Boulanger)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La forme de ma pensée (Lokenath Bhattacharya)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2022




    
La forme de ma pensée

Cette chambre est fermée de tous côtés.
Cependant, un éclair l’a traversée.
Il me semble du moins en avoir aperçu un.
Ou est-ce la merveilleuse réalité
que nous percevons de l’endroit où nous sommes ?
Cet éclair, est-il désormais
ailleurs, hors d’ici ?

Est-ce chose possible ?
Il n’y a en ce lieu aucun passage.
Et les vitres des fenêtres sont couvertes d’épais rideaux.
Cela ne fut-il qu’une intime illusion?
Cet éclair, n’est-il passé qu’en moi?

Ce malentendu entre dedans et dehors
m’a fait entendre un grondement violent.
Pendant qu’en ce vide obscur
la respiration est à peine sensible,
un silence imperturbable demeure
couché et endormi à mes pieds sur lui : un couvre-pied.

Ce frémissement, qui a parcouru coins et recoins de ce lieu,
a provoqué dans les forêts environnantes un cri de douleur soudain,
audible jusqu’à cette chambre si bien fermée,
cri apparu pour s’éteindre aussitôt, sans disparaître pour autant.

Les rayons, qui pénétrèrent et lacérèrent cet instant fragile,
se sont enfuis et s’enfuient encore,
vers le haut et le bas, le nord, le sud.
S’agit-il du vaste ciel où je me tiens assis maintenant?
Quelle étrange vision pour mes yeux clos !

Mon siège tourne, et en tournant
m’entraîne dans une orbite circulaire,
planète au mouvement semblable
à des milliers d’autres en cet espace infini.

Est-ce donc ainsi la forme de ma pensée,
ainsi ce monde :
un royaume céleste dans la chambre ?

***

(Lokenath Bhattacharya)

Traduction de l’auteur et de Marc Blanchet

 

Recueil: Poésies du Monde
Traduction:
Editions: Seghers

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le ciel sur nous (Jean-Marie Barnaud)

Posted by arbrealettres sur 19 novembre 2022



Illustration: Suzanne Clairac
    
Le ciel
Sur nous
Ne fait pas d’ombre
Il frémit simplement
D’un trop-plein de lumière

Ni le ciel
Ni les flammes
Ni l’eau

(Jean-Marie Barnaud)

 

Recueil: Sous l’imperturbable clarté Choix de poèmes 1983-2014
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tout fait évènement (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 26 octobre 2022



 

 

Tout fait évènement
pour qui sait frémir.

(Jean Follain)

Illustration: Bernadette Leclercq

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Assis la nuit (Hyesim)

Posted by arbrealettres sur 15 octobre 2022



Illustration: Jeannette Allary
    
Assis la nuit, instruction collective
Chanson des pins dans le vent, susurrement serein,
Chute des eaux sur les rocs, murmure frémissant.
A nouveau luit un reste de lune,
La voix pure du coucou appelle la montagne.

***

(Hyesim)

 

Recueil: Ivresse de brumes, griserie de nuages
Traduction: Ok-sung / Anne Baron / Jean-François Baron
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

OMBRE DES BOIS (Paul Fort)

Posted by arbrealettres sur 28 septembre 2022



OLYMPUS DIGITAL CAMERA 

OMBRE DES BOIS

Je suis tout à la tristesse de ma vie perdue dans les bois que le vent berce.
Je suis tout à la détresse de ma vie sans but dans l’ombre des bois touffus.
Mon bonheur est d’y frémir, je m’y sens perdu. Tout ajoute à ma tristesse.
Je le dis, j’ai du plaisir dans les bois touffus qu’aucun sentier ne traverse.

(Paul Fort)

Illustration: ArbreaPhotos

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

VENT ET PLUIE (Anonyme)

Posted by arbrealettres sur 16 septembre 2022




    
VENT ET PLUIE

Vent et pluie ont frémi,
Le coq jette des cris.
Quand j’ai vu mon chéri,
Je n’ai plus de souci.

Vent et pluie ont mugi,
Le coq pousse des cris.
Quand j’ai vu mon chéri,
Mon mal est bien guéri.

Vent et pluie assombris,
le cri sans cesse retentit.
Quand j’ai vu mon chéri,
De joie mon coeur bondit.

(Anonyme)

***

Recueil: Poèmes choisis et illustrés du Livre de la Poésie
Traduction:
Editions: China Intercontinental Press

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quand le poète dort (Marc Alyn)

Posted by arbrealettres sur 3 septembre 2022


 

Quand le poète dort, ses poèmes le veillent
Allongés contre lui, chiens couleur de soleil.

Quand le poète dort, ses poèmes s’envolent
Pour aller se nicher dans les livres d’école.

Quand le poète dort, des larmes à ses cils,
La poésie lui tisse une joie, fil à fil.

Quand le poète dort, ses poèmes travaillent
Comme en l’ombre le vin, sous terre les semailles.

Quand le poète dort, ses poèmes apprennent
A vivre seuls, sans lui, que les rêves entraînent.

Quand le poète dort, ses poèmes frémissent
En songeant aux périls qu’il court dans les abysses.

Quand le poète dort, ses poèmes l’écrivent
Pour lui rendre, au réveil, son chant comme une eau vive.

(Marc Alyn)
Illustration: Giuseppe Antonio Petrini

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

POESIE DE L’IMPOSTURE (Georges Henein)

Posted by arbrealettres sur 28 juillet 2022



Brendan Monroe  _Holes1_1

POESIE DE L’IMPOSTURE

« Gardez la monnaie »
dit l’un qui sondait les murs
à l’autre qui prétendait se mettre en marche
et tous deux semblaient soucieux

« Gardez la monnaie »
dit la poussière à l’or
et tout le monde dans la rue se retourna
comme s’il était arrivé quelque chose d’irrémédiable

« Gardez la monnaie »
dit la patrouille en rentrant
car il était tard
il y avait eu beaucoup de morts
et c’était le mot de passe

il faudrait mutiler les corolles qui s’ouvrent
fixer à pleine face
le bégaiement de la misère interrompue
il faudrait…

et cela me rappelle un nom d’emprunt
valable pour toute une vie
et ce brouillard tiré par un bateau d’esclaves

et le sentiment que seule la chute est possible
et qu’en elle
pour la première fois
les amants s’observent sans frémir.

(Georges Henein)

Illustration: Brendan Monroe

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ILS ÉTAIENT DEUX (Hugo von Hofmannsthal)

Posted by arbrealettres sur 26 juillet 2022


 


Frank Cadogan Cowper  _33 

ILS ÉTAIENT DEUX

Une coupe au bord de la bouche,
elle allait d’un si ferme pas
et la main si sûre que pas
une goutte ne se versa.
Il montait un cheval farouche.
Si sûre et ferme était sa main
que, frémissant au coup de frein,
le cheval s’arrêta soudain.
Et pourtant, quand la main légère
à l’autre main gantée de fer
cette simple coupe tendit,
ils tremblaient si fort, elle et lui,
que les mains ne se rencontrèrent,
et le vin noir se répandit.

(Hugo von Hofmannsthal)

Illustration: Frank Cadogan Cowper

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »