Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘graine’

REPAS DU PIC-VERT (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 6 juillet 2018




    

REPAS DU PIC-VERT

Ayant disposition
à l’aigreur de la langue
elles ne disaient pourtant plus rien
des graines infimes
tombaient sur leur peau rafraîchie
et leurs lainages pauvres
elles écoutaient
le bec du pic-vert
frapper sur une écorce drue
de haut sapin
en faisant sortir les insectes
pour son repas du soir.
Mais arrivèrent d’autres oiseaux
elles en sourirent ensemble
puis se reprirent à parler fort.

(Jean Follain)

 

Recueil: Des Heures
Traduction:
Editions: Gallimard
Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Signe d’eau (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 8 juin 2018




    
Signe d’eau

L’eau vive m’a porté jadis
comme la vague porte au rivage
la graine qui prendra
racine, chair et visage.

Elle est inscrite en lettres bleues
sur la page de mon ciel:
poissons jumeaux qui vont nageant
dans le sillage des étoiles.

Elle est maîtresse de mon corps,
source sombre, ruisseau, rivière,
serrée entre terre et feu.

Et désormais dans une lourde nuit
j’entends une eau secrète
qui bouge et qui respire
tandis que rôde dans les chambres
l’odeur funèbre des marais.

(Jean Joubert)

 

Recueil: Longtemps j’ai courtisé la nuit
Traduction:
Editions: Bruno Doucey

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA SEMAISON (Philippe Jaccottet)

Posted by arbrealettres sur 20 mai 2018



nature  a (6)

 

LA SEMAISON

Notes pour des poèmes

I
Nous voudrions garder la pureté,
le mal eût-il plus de réalité.

Nous voudrions ne pas porter de haine
bien que l’orage étourdisse les graines.

Qui sait combien les graines sont légères
redouterait d’adorer le tonnerre.

II
Je suis la ligne indécise des arbres
où les pigeons de l’air battent des ailes;
toi qu’on caresse où naissent les cheveux
Mais sous les doigts déçus par la distance
le soleil doux se casse comme paille.

III
La terre ici montre la corde. Mais qu’il pleuve
un seul jour, on devine à son humidité
un trouble dont on sait qu’elle reviendra neuve.
La mort, pour un instant, a cet air de fraîcheur
de la fleur perce-neige…

IV
Le jour se carre en moi comme un taureau :
on serait près de croire qu’il est fort…

Si l’on pouvait lasser le torero
et retarder un peu la mise à mort!

V
L’hiver, l’arbre se recueille.

Puis le rire un jour bourdonne
et le murmure des feuilles,
ornement de nos jardins.

Pour qui n’aime plus personne,
la vie
est toujours plus loin.

(Philippe Jaccottet)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Parce que ce matin tout est sourire (Georges Bonnet)

Posted by arbrealettres sur 19 mai 2018



Parce que ce matin
tout est sourire et que les choses
n’en finissent pas d’amitié
l’avenir sans effort se disperse
en nuages et en graines les rives
cheminent au pas de nos paroles
le verger est lumière et l’on voit
briller les eaux de ses consentements
tandis que la tendresse
publique du jour
fait chanter dans la chambre
en connivence d’odeurs
les ruisseaux tièdes d’une robe abandonnée

(Georges Bonnet)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Comment la confiance peut-elle vivre ? (Karyn Boyle)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2018



Comment la confiance peut-elle vivre ?

Autour de nous tout s’effondre
et s’effondrera plus encore
jusqu’à ce qu’il ne reste pas pierre
pour soutenir notre pied.
Comment peux-tu croire encore,
toi qui n’as pas d’objet de foi ?
Comment la confiance peut-elle vivre
ainsi, sans aucune racine ?

Est-elle elle-même racine ?
Est-elle elle-même la graine
et l’arbre du monde lui-même croît-il
d’elle ?
En ce cas notre destin réside
chez les cœurs taciturnes.
Pour l’amour de leur silence
le jour peut poindre de nouveau.

Pour l’amour de leur plénitude
le chaos peut fleurir
de la puissance des merveilles – qui se taisent
mais veulent être crues.
Tout peut être brisé.
Il guérira de nouveau
tant que reste vivant
notre germe le plus intime.

Venez, tout ce qui croît intégralement
dans une transparente évidence,
à nous, nous qui comptons
et sommes sur nos gardes,
apprenez-nous que ce jour
où nous cesserons de compter
sera l’accomplissement de notre vie
et notre puissance d’avenir !

(Karyn Boyle)

Découvert ici: https://eleonoreb.wordpress.com/

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Offrir et ne jamais finir (Pierre Dhainaut)

Posted by arbrealettres sur 11 mai 2018



 

buee

Offrir et ne jamais finir

… offrir sur la vitre
la première buée. Tu rêverais
uniquement d’être ici en avril,
tu n’esquisserais que les initiales
des prénoms que tu aimes, et toujours
ce serait, venant vers toi,
le vent pur, les nuages, l’écume…

… offrir un peu d’eau
qui croupit au bas des trottoirs.
A peine entre les mains
tu ne dirais plus qu’elle est sale,
tu t’en laverais le visage,
tu écouterais à l’instant
ce bruit de source où le ciel se découvre…

… offrir un papier
froissé, jeté. L’origine perdue, les lettres
devenues grises, l’encre et la pluie
mélangées à la terre, chaque ligne,
chaque tache, tu les déchiffrerais,
tu les rendrais arborescentes,
tu en ferais le début d’un poème…

… offrir une graine
tombée de l’érable, écrasée.
Tu la tiendrais au bout des doigts,
il te viendrait un souffle
déjà pour disjoindre tes lèvres
en épelant le mot « samare »
et partir, partir très loin avec elle…

… offrir un fragment
d’écorce, quel que soit l’arbre,
mais de préférence un bouleau,
la plus fragile. Sans cesse,
en le pressant, tu ranimerais le regard,
tu sentirais en plein essor
le tronc clair qui frémit…

… offrir un caillou
que tu ne prends que pour le reposer
dans le lit du torrent. Tu saurais bien
quelle est ta place à genoux sur la rive,
la sienne aussi entre tant d’autres
au milieu des remous, toi silencieux,
lui lumineux ensemble…

… offrir dans le sable
ces empreintes d’oiseaux
que la brise interprète en effaçant.
Tu ne pèserais plus,
sans savoir où, te saisirait
le claquement d’une aile,
tu ruissellerais sous la vague…

(Pierre Dhainaut)

Découvert chez Lara ici
 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Toute phrase est gésine (Philippe Jones)

Posted by arbrealettres sur 9 mai 2018



Toute phrase est gésine
une vague à venir
et sans terme certain
à la croisée des sens
elle est graine porteuse
et selon la rencontre
elle sera ce fruit
et sa propre semence

(Philippe Jones)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Syntaxe (Danièle Faugeras)

Posted by arbrealettres sur 3 mai 2018



    
Syntaxe

qui nous laboure comme il faut
pour semer.

Graine de clarté.

Poème.

(Danièle Faugeras)

 

Recueil: Quelque chose n’est / cing grands poèmes pour voir
Traduction:
Editions: Les Lieux dits

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Poèmes de nuit, poèmes de jour (Anjela Duval)

Posted by arbrealettres sur 27 avril 2018



Anjela Duval
    
Poèmes de nuit, poèmes de jour

Si j’écris à l’ombre de ma lampe
Des vers maladroits et creux
Avec ce petit outil mal assuré dans ma main lasse
Si j’écris le soir au dos d’enveloppes
Des poèmes humbles : camelote
Où l’on ne trouve que des fleurs sauvages…
Et quelques miettes d’amour.
Car tout cela je le fais pour ceux que j’aime.

Mais j’écris, moi, d’autres poèmes
Et ce n’est pas à l’ombre de ma lampe
Mais à la lumière du soleil
Ce n’est pas au dos d’enveloppes
Mais sur la poitrine nue de Celui que j’aime
Sur la peau nue du Pays que j’aime
Ce n’est pas avec un outil que j’écris
Mais avec des instruments d’acier.
Je ne parle pas de lance ou d’épée
Mes instruments sont de paix et de culture.

Je n’écris pas des vers de douze pieds
En comptant sur mes doigts
Mais de douze fois douze enjambées… et plus.
Mes vers, je les écris avec l’acier tranchant de ma faux
Andain après andain dans les cheveux blonds de mon Pays
Le soleil en fait des poèmes aromatiques
Que mes vaches ruminent pendant les nuits d’hiver

Mes vers je les écris avec le soc de la charrue
Dans la chair vivante de ma Bretagne, sillon après sillon
— J’y dissimule des graines d’or —
Le Printemps en fera des poèmes :
Mers d’émeraude ondulant dans la brise
L’été en fera des étangs d’épis
Le vent d’août les mettra en musique
Et le chœur de la batteuse me chantera
Les journées ardentes du huitième mois
Les journées de peine de poussière de sueur.
Mes Poèmes sacrés et… méprisés !

(Anjela Duval)

Découvert ici: https://ael56.blog/

Recueil:
Traduction: Paol Keineg
Editions:

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je vais où j’aime et suis aimée (Hilda Doolittle)

Posted by arbrealettres sur 25 avril 2018



La floraison du bâton

[2 ]
Je vais où j’aime et suis aimée,
dans la neige ;

je vais aux choses que j’aime
sans pensée de devoir ni de pitié ;

je vais où je suis à ma place, inexorablement,
comme la pluie longtemps restée

dans le sillon ; j’ai donné
ou j’aurais donné

vie à la graine ;
mais elle ne pousse ni ne mûrit

avec la pluie de beauté,
la pluie retournera au nuage ;

le moissonneur aiguise son fer sur la pierre ;
mais ceci n’est pas notre champ,

nous n’avons pas semé ceci ;
sans pitié, sans pitié, laissons donc

Le-lieu-du-crâne
à ceux qui l’ont construit.

***

I go where I love and where I am loved,
into the snow;

I go to the things I love
with no thought of duty or pity;

I go where I belong, inexorably,
as the rain that has lain long

in the furrow; I have given
or would have given

life to the grain;
but if it will not grow or ripen

with the rain of beauty,
the rain will return to the cloud ;

the harvester sharpens his steel on the stone;
but this is not our field,

we have not sown this;
pitiless, pitiless, let us leave

The-place-of-a-skull
to those who have fashioned it.

(Hilda Doolittle)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :