Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘regret’

TANT DE SUEUR HUMAINE (Raymond Queneau)

Posted by arbrealettres sur 15 décembre 2017



 Illustration: Jules Desbois
    

TANT DE SUEUR HUMAINE

Tant de sueur humaine
tant de sang gâté
tant de mains usées
tant de chaînes
tant de dents brisées
tant de haines
tant d’yeux éberlués
tant de faridondaines
tant de faridondés
tant de turlutaines
tant de curés
tant-de guerres et tant de paix
tant de diplomates et tant de capitaines
tant de rois et tant de reines
tant d’as et tant de valets
tant de pleurs tant de regrets
tant de malheurs et tant de peines
tant de vies à perdre haleine
tant de roues et tant de gibets
tant de supplices délectés
tant de roues tant de gibets
tant de vies à perdre haleine
tant de malheurs et tant de peines
tant de pleurs tant de regrets
tant d’as et tant de valets
tant de rois et tant de reines
tant de diplomates et tant de capitaines
tant de guerres et tant de paix
tant de curés
tant de turlutaines
tant de faridondés
tant de faridondaines
tant d’yeux éberlués
tant de haines
tant de dents brisées
tant de chaînes
tant de mains usées
tant de sang gâté
tant de sueur humaine

(Raymond Queneau)

 

Publicités

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je reste à vous attendre au bord de ma fenêtre (René Guy Cadou)

Posted by arbrealettres sur 11 décembre 2017



Mais qu’importe à l’oiseau
Qui porte dans le rêve
L’abandon de son aile
Et ces grands alizés

Le regret du poète
Et son amour pareil
Au doux vrombissement
D’un insecte doré

Voyageurs de ma vie
Qui parcourez sans peine
Cet océan de brume
Entre le monde et moi

Je reste à vous attendre
Au bord de ma fenêtre
Soleils tant attendus
Par les jours de grands froids!

(René Guy Cadou)


Illustration: Serguéï Andréïévitch TOUTOUNOV

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La mer (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 6 décembre 2017



OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La mer ce n’est pas même un miroir sans visage
Un terme de comparaison pour les rêveurs
Un sujet de pensées pour l’engeance des sages
Pas même un lavoir propre à noyer les laveurs

Ce n’est pas un grimoire où dorment des secrets
Une mine à trésor une femme amoureuse
Une tombe où cacher la haine et les regrets
Une coupe où vider l’Amazone et la Meuse

Non la mer c’est la nuit qui dort pendant le jour
C’est un écrin pillé c’est une horloge brève
Non pas même cela ni la mort ni l’amour
La mer n’existe pas car la mer n’est qu’un rêve

(Robert Desnos)

Illustration: ArbreaPhotos

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Toute chose vit et meurt (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 4 décembre 2017




Illustration: ArbreaPhotos
    
Toute chose vit et meurt
Est-ce d’aimer
D’être aimé qu’on meurt
Et pourquoi ce regret
Qui ne vient pas de moi
Que l’horizon s’efface
Et l’éphémère de même

(Werner Lambersy)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Recueil: La chute de la grande roue
Traduction:
Editions: Le Castor Astral

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le sablier (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 1 décembre 2017



Le sablier

Mourir est une fête
Pour les vainqueurs du temps.

Les suicidés s’en vont
Deux par deux sous la lune.
Lèvre pour lèvre, échange
De baisers, de murmures.

Oiseau, dit la complainte.
Tigre, dit le poème.
Humain, dit le silence.

La nuit, les femmes brûlent
pour renaître au matin.
De longs serpents se glissent
Dans les rêves des morts.
Les mots mangent la bouche
De celui qui les dit.

Papillon ? — Crépuscule.
Rumeurs ? Non, quelques pierres
Parmi les trous d’un crâne.
Vases, bijoux, calices
Et nourritures mortes.

Et sans un cri, la mer.
Sans un regret, le ciel.
Sans un sourire, un arbre
Tremblant de son bois sec.

Cheveux de gazon vert,
Cheveux de neige et d’ombre,
Vibrez dans le vent noir.

(Robert Sabatier)

 

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Regret (Li Po)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2017



Illustration: Goyō Hashiguchi
    
Regret

La belle relève le rideau de perle,
Assise, immobile, elle fronce ses beaux sourcils.
On voit seulement la trace humide d’une larme.
Pourquoi son coeur est-il en peine? On ne sait.

(Li Po)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SOIENT AMOUR ET PSYCHÉ (Yves Bonnefoy)

Posted by arbrealettres sur 24 novembre 2017



Illustration:  Louis Jean Francois Lagrenée
    
SOIENT AMOUR ET PSYCHÉ

Ces mains qui se prenaient à elle dans la nuit,
Elle les ressentait sans nombre, ne cherchait
À leur donner figure. Il lui fallait
Ne pas savoir, désirant ne pas être.

Âme et corps, pour nouer vos doigts, unir vos lèvres,
Faut-il vraiment l’approbation des yeux ?
Peinent nos yeux, qu’oblige le langage
À déjouer sans répit trop de leurres !

Psyché avait aimé que ne pas voir,
Ce soit comme le feu quand il enveloppe
L’arbre d’ici des autres mondes de la foudre.

Eros, lui, désirait garder tout ce visage
Entre ses mains, il ne l’abandonnait
Qu’à grand regret aux caprices du jour.

(Yves Bonnefoy)

 

Recueil: L’heure présente
Editions: Mercure de France

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Retouche à l’embellissement (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 20 novembre 2017



    

retouche à l’embellissement

le temps maquille la mémoire
et des toits d’or se lèvent sur l’histoire
les regrets sont si purs qu’ils deviennent des fleurs

(Daniel Boulanger)

 

Recueil: Vestiaire des anges
Editions: Grasset

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Souvenirs (Valérie Rouzeau)

Posted by arbrealettres sur 26 octobre 2017



Souvenirs
Père
Absence
Deuil
Regret

(Valérie Rouzeau)

Illustration: Bruno Di Maio

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

A elle l’acte calme (Samuel Beckett)

Posted by arbrealettres sur 24 octobre 2017



 

Bill Viola  incarnation e

à elle l’acte calme
les pores savants le sexe bon enfant
l’attente pas trop lente les regrets pas trop longs l’absence
au service de la présence
les quelques haillons d’azur dans la tête les points enfin
morts du Coeur

toute la tardive grâce d’une pluie cessant
au tomber d’une nuit
d’août

à elle vide
lui pur
d’amour

(Samuel Beckett)

Découvert chez Lara ici

Illustration: Bill Viola

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 8 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :