Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘rejoindre’

J’emprunte le chemin qui franchit l’horizon (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 24 juin 2021



J’emprunte le chemin
qui franchit l’horizon
pour rejoindre l’au-delà
et me retrouve au point de départ

(Jean-Baptiste Besnard)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’approche (Marguerite Clerbout)

Posted by arbrealettres sur 27 mai 2021



L’approche
rejoindre l’oiseau du soir dans l’étoile
entendre comme les bois écoutent…

(Marguerite Clerbout)


Illustration: Uemura Atsushi

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si tu m’entends chanter, sache que je viens de pleurer (Aksinia Mihaylova)

Posted by arbrealettres sur 25 janvier 2021




    
Si tu m’entends chanter, sache que je viens de pleurer.
CHANSON POPULAIRE

Pourquoi es-tu couché là,
comme la grosse poutre du parapet
qui m’empêchait de voir la femme claire ?
Sa voix m’arrivait saturée des odeurs d’autrui
et ça fait vingt ans que je ne peux pas traverser
la salle remplie,
rejoindre
ma féminité oubliée.

Parce que je sais que tu ne m’enjamberas pas
quand tu viens là-haut, répond-il,
et tes doigts, teints par des noix vertes,
vont m’apporter la douceur d’un jardin
que nous avons aimé ensemble.

Il est couché comme une conversation inachevée
à travers le couloir de ma maison paternelle,
emmailloté comme de langes
ou d’un linceul,
je sors mon sein pour nourrir le bébé
et la solitude de l’homme,
mais le lait tarit, la ganse rouge
serrant les couches se relâche
et une chanson se lève entre mes pleurs
comme du pain
pour rassasier
l’enfant et l’homme.

Une poutre lourde est couchée
au bout de mon songe,
un papillon noir est couché
sur ma poitrine.

On n’enjambe pas un corps mort.

(Aksinia Mihaylova)

 

Recueil: Le baiser du temps
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

MANGO (Adrien Jens)

Posted by arbrealettres sur 25 janvier 2021



Illustration

    
MANGO

Je m’appelle Mango et le soir tombe sur la lagune d’Ébrié.
Il n’y a que le bruit de ma pagaie dans l’eau à peine mouvante.
Et mon frère, derrière moi, qui essaie de me rejoindre,
Déjà confondu dans la mer des ombres, et détaché de ma solitude.

Je suis Mango, le pêcheur de carpes et je vais vers ma femme,
Vers mes enfants,
Vers ma paillote. Qui m’attendent.

Quelle est mon attente ?
Les jours sont pareils, pareilles sont les nuits, pareils les visages de ma vie.

Quelle est mon attente ?
L’obscurité déjà m’enveloppe, et je ne suis plus qu’une silhouette,
Sur la lagune d’Ébrié,
Sous le ciel encore mauve avant de s’éteindre dans mon coeur au sang noir.

Je n’étais plus Mango, tantôt, au milieu de la lagune d’Ébrié,
Mais l’air humide et lourd qui couvrait mon corps nu ;
Mais l’eau qui me portait ;
J’étais tout et l’infini de mes paysages,
J’étais la forêt et la savane.

Je n’étais plus Mango, mais le chant qui sourd au fond de moi,
Âme de toutes les âmes,
Respiration secrète du fromager et du feu flamboyant.

J’étais terre et eau, et la sève de l’arbre enraciné dans la vérité de ma nature.

Maintenant, je m’approche de la rive obscure,
Et je retournerai parmi vous, mes amis :
Vous me demanderez qui je suis ?

Je serai le matin où je vous ai quittés et la nuit de mon retour.
Je serai le lieu entre deux pôles et vêtu d’univers,
Ma voix montera des origines avec le murmure des sources.

J’ai peu du poids que je porte en moi :
C’est le poids de ma vérité et le poids du monde.

Je suis Mango, le pêcheur de la lagune d’Ébrié, et vous ne me reconnaîtrez pas.

(Adrien Jens)

 

Recueil: Je est un autre Anthologie des plus beaux poèmes sur l’étranger en soi
Traduction:
Editions: Seghers

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

TREMBLEMENTS (Zéno Bianu)

Posted by arbrealettres sur 30 novembre 2020



salicorne

TREMBLEMENTS

Marcher
marcher
jusqu’à disparaître

Petite grue du matin —
tes cendres
jetées au bout du monde

L’horizon bascule —
la pluie
et les larmes

Le chemin
que tu prenais —
dévasté de lumière grise

Des gifles de résine —
avancer
sans plus rien comprendre

Buisson de salicornes —
tes cendres
rejoignent tout

Souvenirs—
ensablés
à marée basse

je parle
avec une morte —
si vivante

Mémoire noyée —
tes cendres
me sourient

Élégante à jamais —
même
quand tes cendres s’envolent

(Zéno Bianu)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Comment le rejoindre (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 26 novembre 2020



comment le rejoindre
là-bas
en ce lointain obscur

comment le délivrer
et me délivrer

sans fin il retire
ce bâillon qui lui est
aussitôt réappliqué

de lui ne me parviennent
que des plaintes
à peine audibles

(Charles Juliet)


Illustration: Odilon Redon

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Etendu dans l’herbe (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 26 novembre 2020



étendu dans l’herbe
regard perdu dans l’azur

le ciel a rejoint
la terre

(Charles Juliet)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vacillant, découvert (Jacques Dupin)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2020



Illustration: ArbreaPhotos
    
Vacillant, découvert… Comme s’il n’avait
plus besoin d’un nom pour être perdu. Il
écoute la lumière patiemment le rejoindre.
La lumière, patiemment, l’absoudre.

(Jacques Dupin)

 

Recueil: Une apparence de soupirail
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Martin-pêcheur a plongé(François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 23 novembre 2020



Illustration
    
Martin-pêcheur a plongé ; l’eau de l’étang
Propage jusqu’aux bords ses cercles concentriques.
Rond est l’univers, maintenu par le souffle
Circulaire : nul coin perdu, tout rejoint tout.

(François Cheng)

 

Recueil: Enfin le royaume
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tout cri rejoint le cri originel (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 17 novembre 2020



Illustration
    
Tout cri rejoint le cri originel,
toute souffrance l’initiale souffrance.
Dans le gouffre sans fond, seule la Pitié sans fin
nous relie à la Vie qui toujours recommence.

(François Cheng)

 

Recueil: Enfin le royaume
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :