Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘paisible’

SOMEWHERE – WEST SIDE STORY (West Side Story)

Posted by arbrealettres sur 16 décembre 2021




    
SOMEWHERE – WEST SIDE STORY

Il existe un endroit pour nous,
Quelque part, un endroit pour nous.
Paisible et tranquille, en plein air
Nous attend
Quelque part.

Il existe un temps pour nous,
Un jour, un temps pour nous,
Du temps pour nous, à partager,
Du temps pour apprendre, du temps pour nous,
Un jour !

Quelque part.
Nous trouverons une nouvelle façon de vivre,
Nous trouverons un moyen de pardonner
Quelque part…

Il existe un endroit pour nous,
Un temps et un endroit pour nous.
Tiens-moi par la main, nous y sommes presque.
Prends ma main, je t’y amènerai
D’une manière ou d’une autre,
Un jour,

Quelque part !

(West Side Story)

***

WEST SIDE STORY – SOMEWHERE L

There’s a place for us,
Somewhere a place for us.
Peace and quiet and open air
Wait for us
Somewhere.

There’s a time for us,
Some day a time for us,
Time together with time to spare,
Time to learn, time to care,
Some day!

Somewhere.
We’ll find a new way of living,
We’ll find a way of forgiving
Somewhere . . .

There’s a place for us,
A time and place for us.
Hold my hand and we’re halfway there.
Hold my hand and I’ll take you there
Somehow,
Some day,

Somewhere!

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une paisible et jeune femme (André Dalmas)

Posted by arbrealettres sur 15 novembre 2021


bouteille

Dans la maison, repose une paisible et jeune femme.
De temps à autre, elle respire un des luxueux flacons
où sont enfermés de petits hommes:
le visage du petit homme se contracte
puis lui-même détendu
s’affaisse au fond du flacon.

(André Dalmas)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

LE TEMPS QUI PASSE (Jean-Pierre Michel)

Posted by arbrealettres sur 5 novembre 2021




LE TEMPS QUI PASSE

Comme des feuilles mortes
Emportées par le vent
De nos printemps fanés
S’en vont les ans qui passent
Et dans le temps qui file
Quand n’est plus de l’amour
Le chant des soupirs
S’écoutent, paisibles
Au clapotis des jours
Les heures parfumées
De l’infinie tendresse.

(Jean-Pierre Michel)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Maison à la campagne (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 26 juillet 2021



Maison à la campagne

Les routes s’égarent
Avant de traverser des villages accueillants
Au pied desquels coulent de paisibles rivières
Et des arbres vagabondent
Dans une campagne qui perle du silence
Le vent s’affûte sur un rocher
Pour aiguiser le bec de l’oiseau
Écorcher le champ
Et griffer le toit
En ricanant

Peu à peu le jour s’évanouit
Un reste de clarté se cramponne encore à la maison
Tandis que la vitre se glace
Qu’une étoile y glisse
Le sommeil caresse ton visage
Et baigne tes yeux sombres.

(Jean-Baptiste Besnard)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un homme voulait se faire ascète (Rabindranath Tagore)

Posted by arbrealettres sur 1 juillet 2021




    
Un homme voulait se faire ascète. Une belle nuit, il déclara :
« Le moment est venu pour moi d’abandonner ma demeure et de chercher Dieu.
Ah! qui donc m’a retenu si longtemps ici dans les trompeuses illusions? »

Dieu murmura : « Moi »; mais l’homme ne comprit pas.
Il dit : « Où es-tu, Toi qui t’es joué si longtemps de moi? »
A ses côtés sa femme était paisiblement étendue sur le lit, un bébé endormi sur son sein.

La voix reprit : «Dieu, il est là », mais l’homme n’entendit pas.
Le bébé pleura en rêve, se pelotonnant plus près de sa mère.

Dieu ordonna : « Arrête, insensé, ne quitte pas ta maison »
— mais il n’entendit pas encore.

Dieu soupira et dit avec tristesse :
« Pourquoi mon serviteur croit-il me chercher quand il s’éloigne de moi? »

(Rabindranath Tagore)

 

Recueil: Le jardinier d’amour La jeune Lune
Traduction: Mme Sturge Moore
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La passion de t’inventer d’un néant (António Ramos Rosa)

Posted by arbrealettres sur 21 juin 2021



 
    
La passion de t’inventer d’un néant me fait
écrire, un simple filament, bientôt un autre
signe, un tissu fébrile et nous avons un cheval
entier avec le son et l’exactitude du nom.

J’ignore ta robe, mais tu portes le champ,
la liberté et la force que j’expérimente en toi.
Là où tu vas, cheval, si rapide, si fougueux
ou trottant paisiblement sans selle et libre, libre !

Je parcours cette terre comme un sein amoureux,
tu cours déjà dans mon corps avec la vie du feu,
ta passion m’aveugle et embrase ma terre.

C’est toi qui me nourris avec les mots justes
qui émanent de ton élégance et de ton rythme,
et m’élèvent à une vie pure et verticale.

(António Ramos Rosa)

 

Recueil: Le cycle du cheval
Traduction: du portugais par Michel Chandeigne
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

RENCONTRE (Czeslaw Milosz)

Posted by arbrealettres sur 28 mars 2021



RENCONTRE

Avant l’aube, nous étions en route à travers les champs gelés.
L’aile rouge se levait. Encore la nuit.

Soudain un lièvre passa, tout près, devant nous,
Et l’un de nous le désigna de la main.

C’était, i1 y a longtemps. Aujourd’hui ne vivent plus
Ni le lièvre, ni celui qui le désigna.

Mon amour, où sont-ils donc, où vont-ils,
Geste de la main, trace de la course, et bruit des mottes de terre ?

Ce n’est point par regret que j’interroge, mais dans un songe paisible…

(Czeslaw Milosz)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Douce est la nuit (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 5 février 2021




    
Douce est la nuit
prise dans la spirale
L’été approche
mais je n’ai plus
à redouter
ses matins blêmes
ses jours de fatigue
et d’ennui pourris
par de mauvais
souvenirs
Douce et paisible
est la nuit
Je n’ai plus peur
Ma lumière
a de solides racines

(Charles Juliet)

 

Recueil: Moisson
Traduction:
Editions: P.O.L.

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Viens ! – une flûte invisible (Victor Hugo)

Posted by arbrealettres sur 5 janvier 2021




Illustration: Massart    

    
Viens ! – une flûte invisible

Viens ! – une flûte invisible
Soupire dans les vergers. –
La chanson la plus paisible
Est la chanson des bergers.

Le vent ride, sous l’yeuse,
Le sombre miroir des eaux. –
La chanson la plus joyeuse
Est la chanson des oiseaux.

Que nul soin ne te tourmente.
Aimons-nous! aimons toujours ! –
La chanson la plus charmante
Est la chanson des amours.

(Victor Hugo)

 

Recueil: Cent poèmes de Vivtor Hugo
Traduction:
Editions: Omnibus

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je m’éveillai heureux, la maison était étrange… (William Carlos Williams)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2020




Je m’éveillai heureux, la maison
était étrange…

Puis je me rappelai
ce que j’avais rêvé –
Une jeune fille
que je connaissais bien
se penchait à la portière de ma voiture
et me caressait la main –

Je la rencontrerai dans la rue
nous dirons des choses banales
elle et moi
Mais je ne cesserai jamais
de chercher dans ses yeux
ce regard paisible –

(William Carlos Williams)

Illustration: Marie-Christine Thiercelin

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :