Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘paisible’

LE VIEUX BAZAR (Skopje) (Germain Droogenbroodt)

Posted by arbrealettres sur 30 août 2022



Illustration: Satish Gupta
    
Poem in French, English, Spanish, Dutch and in Albanian, Arabic, Armenian, Bangla, Bosnian, Catalan, Chinese, Farsi, German, Greek, Hebrew, Hindi, Icelandic, Irisch (Gaelic), Indonesian, Italian, Japanese, Kiswahili, Kurdish, Malay, Polish, Portuguese, Romanian, Russian, Sicilian, Tamil

Satish Gupta

Poem of the Week Ithaca 736, ”OLD BAZAR (Skopje)”, GERMAIN DROOGENBROODT, Belgium/Spain

from: “The Ephemeral Flower of Time”

– All translations are made in collaboration with Germain Droogenbroodt –

***

LE VIEUX BAZAR (Skopje)

Comme cette soirée est paisible
qui ralentit
les ombres de la nuit

souvenirs
aussi purs que l’eau
de cette fontaine
qui bouillonne et ruisselle

bouillonne et ruisselle

comme si chaque goutte
était la même eau

non le constant retour
du souvenir.

(Germain Droogenbroodt)
Traduction Elisabeth Gerlache

***

OLD BASAR (Skopje)

How peaceful this evening
that slows down even
the shadows of the night

recollections
as clear as the water
of this fountain
which bubbles up and flows

bubbles up and flows

as if every drop
were the same water

not the continual repetition
of memory.

GERMAIN DROOGENBROODT
Translation Germain Droogenbroodt – Stanley Barkan

***

EL VIEJO BAZAR (Skopje)

Qué pacífica esta tarde
que retarda las sombras
de la noche

recuerdos
tan claros como el agua
de esta fuente
que burbujea y fluye

burbujea y fluye

como si cada gota
fuese la misma agua

no la constante repetición
del recuerdo.

GERMAIN DROOGENBROODT
Traduction del autor y Rafael Carcelén

***

DE OUDE BAZAAR (Skopje)
Hoe vredig deze avond
die van de nacht
de schaduwen vertraagt

herinneringen
zo helder als het water
van deze fontein
dat opborrelt en vloeit

opborrelt en vloeit

alsof iedere druppel
hetzelfde water zou zijn

niet de blijvende herhaling
van de herinnering.
Germain Droogenbroodt

***

PAZARI I VJETËR (shkup)

Sa e paqtë kjo mbrëmje
që ngadalëson madje
edhe hijet e natës

kujtimet
e pastra si uji
i këtij shatërvani
që pluskon dhe rrjedh

pluskon dhe rrjedh

sikur çdo pikë vjen
nga i njëjti ujë dhe

nuk është përsëritje
e kujtesës që s’resht kurrë.

GERMAIN DROOGENBROODT
Translation into Albanian: Irma Kurti

***

البَازَارُ القَدِيمُ (سكوبجي)

كَمْ هُو هَادِيءٌ هَذَا المَسَاءُ
وَهُو يُبْطِئُ ظَلاَمَ الليْلِ
ذِكْرَيَاتٌ وَاضِحَةٌ مِثْلَ مِيَاهِ هَذِه النَّافُورَةَ
التِي تَثُورُ عَالِيًا وَتَتَدَفَّقُ ؛
تَثُورُ عَالِيًا وَتَتَدَفَّقُ
كَأَنَّ كُلَّ قَطَرَةٍ هِي المَاءُ نَفْسُهُ
وَليسَتْ هِي نُسْخَةٌ مُتَكَرِّرَةٌ مِن الذَّاكِرَة.

جرماين دروغنبرود (Germain Droogenbroodt)
ترجمة للعربية: عبد القادر كشيدة
Translated into Arab by Mesaoud Abdelkader

***

ՀԻՆ ԲԱԶԱՐ (Սկոպյե)

Որքան խաղաղ է այս երեկոն
որից դանդաղում են
անգամ գիշերային ստվերները

հիշողություններ
պարզ, ինչպես այս
շատրվանի ջուրը
որ պղպջակներ է տալիս և հոսում

պղպջակներ է տալիս և հոսում

ասես ամեն կաթիլ
նույն ջուրն է

ոչ թե շարունակական կրկնությունը
հիշողության:

Հայերեն թարգմանությունը Արմենուհի Սիսյանի
Թարգմանությունը Գերման Դրոգենբրոդտի և Սթենլի Բարքանի
Translated into Armenian by Armenuhi Sisyan

***

পুরনো বাজার (স্কোপজে)

কত প্রশান্ত আজকের এই সন্ধ্যা।
যা স্তিমিত করে নিয়ে আসে
এমনকি রাতের অন্ধকারের ছায়া দের

স্মৃতি রোমন্থন
স্বচ্ছ পানির মতো
এই ঝরনার
যা বুদবুদ করে আর প্রবাহিত হয়

বুদবুদ করে আর প্রবাহিত হয়

ঠিক যেন প্রতিটি বিন্দু
একই পানির মধ্যে প্রবাহমান

নয় কোনো ধারাবাহিক পুনরাবৃত্তি
স্মৃতি গুলির

জার্মেইন ড্রোজেনব্রুডট
Bangla Translation: Tabassum Tahmina Shagufta Hussein

***

STARI BAZAR (skoplje)

kako je mirno večeras
to čak usporava
sjenke noći

sjećanja
bistra kao voda
ove fontane
koji mjehuri teku

mjehuriće i teče

kao svaka kap
bili su ista voda

neprekidno ponavljanje
memorije.

GERMAIN DROOGENBROODT
Prevod na bosanski MAID ČORBIĆ

***

EL VELL BASAR (Skopje)

Què pacífica aquesta tarda
que retarda les ombres
de la nit

records
tan clars com l’aigua
d’aquesta font
que bombolla i flueix

bombolla i flueix

com si cada gota
fos la mateixa aigua

no la constant repetició
del record.

GERMAIN DROOGENBROODT
Traducció al català: Natalia Fernández Díaz-Cabal

***

老巴扎(斯科普里)

今晚多平静啊
这甚至使
夜的阴影减速

回忆往事
像这冒着气泡
流动的喷泉
水一样清澈

冒着泡流动
好像每一滴
都是一样的水
不是记忆的连续
的重复。

原作:比利时 杰曼·卓根布鲁特
英译:杰曼·卓根布鲁特-斯坦利·巴坎
Translated into Chinese by Willam Zhou

***

بازار قدیمی

چه صلح آمیز است این غروب
که حتی سایه‌های شب را
آرام می‌کند

خاطرات
زلال چون
آب این فواره
که حباب می‌زند و جاری می‌شود

حباب می‌زند و جای می‌شود

گویی هر قطره
همان آب است

نه تکرار مداوم
حافظه.

جرمین دروگنبرودت
ترجمه: سپیده زمانی
Translated into Farsi by Sepideh Zamani

***

DER ALTE BASAR (Skopje)

Wie friedlich dieser Abend
der die Schatten
der Nacht verlangsamt

Erinnerungen
so hell wie das Wasser
dieses Brunnens
das aufsprudelt und fließt

aufsprudelt und fließt

als ob jeder Tropfen
das gleiche Wasser wäre

nicht die bleibende Wiederholung
der Erinnerung.

GERMAIN DROOGENBROODT
Übersetzung Germain Droogenbroodt – Wolfgang Klinck

***

ΟΑΛΙΟ ΠΑΖΑΡΙ (ΣΚΟΠΙΑ)

Πόσο ειρηνική είναι η εσπέρα
που αργοπορεί
ακόμα και τους ίσκιους

αναμνήσεις
ολοκάθαρες
σαν το νερό του συντριβανιού
που φτιάχνει φυσαλίδες και κυλά

φυσαλίδες και κυλά

σαν να `ταν το νερό πάντα το ίδιο

κι όχι η συνεχής επανάληψη
αναμνήσεων

Μετάφραση Μανώλη Αλυγιζάκη
Translated into Greek by Manolis Aligizakis

***

જુનું બજાર
(Old Bazar Skopje)

આ સાંજ કેટલી શાંતિપૂર્ણ છે
કે જે રાત્રિના પડછાયાને પણ
ધીમાં પાડી રહ્યાં છે.

સ્મરણો
પાણી જેટલાં સ્વચ્છ
આ ફુવારાના
કે જે પરપોટા બનાવી રહ્યાં છે અને વહી રહ્યાં છે.

પરપોટા બનાવી રહ્યાં છે અને વહી રહ્યાં છે.

જાણે કે દરેક ટીપું
એ એક જ પાણીનું બનેલું છે.

યાદોના એક અવિરત પુનરાવર્તન જેવાં નહિ.

GERMAIN DROOGENBROODT
Translated into Gujarati by Dr. Nirali Soni

***

הבזאר הגדול (סקופיה) / ג’רמיין דרוגנברודט

כַּמָּה שָׁלֵו עֶרֶב זֶה
שֶׁמֵּאֵט אֲפִלּוּ
אֶת צִלְלֵי הַלַּיְלָה

זִכָּרוֹן
צָלוּל כַּמַּיִם
שֶׁל מִזְרָקָה זוֹ
שֶׁמְּבַעְבֵּעַ וְזוֹרֵם
מְבַעְבֵּעַ וְזוֹרֵם
כְּאִלּוּ כָּל טִפָּה

לֹא הַחֲזָרָה הַמִּתְמַשֶּׁכֶת
שֶׁל זִכָּרוֹן.

תרגום לאנגלית: המשורר וסטנלי ברקן
תרגום מאנגלית לעברית: דורית ויסמן
הציור של
Satish Gupta
Translated into Hebrew by Dorit Weisman

***

पुराना बाजार (स्कोप्जे)

कितनी शांत है आज की शाम
जो धीमा भी करता है
रात की छाया

अनुस्मरण
पानी की तरह साफ
इस फव्वारे का
जो बुदबुदाती है और बहती है

बुलबुले उठते हैं और बहते हैं

मानो हर बूंद
वही पानी थे

लगातार दोहराव नहीं
स्मृति का।

जर्मेन ड्रोजेनब्रूड
GERMAIN DROOGENBROODT
Hindi translation by Jyotirmaya Thakur.

***

GAMLI BASAR (SKOPJE)

En hvað kvöldið er friðsælt
það hægir jafnvel á
skuggum næturinnar

minningar
jafn tærar og vatnið
í gosbrunninum
sem bullar og streymir

bullar og streymir

eins og hver dropi
sé sama vatnið

ekki samfelld endurtekning
minnisins.

GERMAIN DROOGENBROODT
Translated into Icelandic by Thor Stefansson

***

PASAR LAMA (SKOPJE)

Betapa syahdu malam ini
yang bergerak pelan bahkan
bayangan malam

kenangan
sejernih air
dari air mancur
yang menggelembung dan mengalir

menggelumbung dan mengalir

seolah-olah setiap tetes
adalah air yang sama

bukan pengulangan yang terus menerus
dari kenangan.

GERMAIN DROOGENBROODT
Translation Lily Siti Multatuliana (Indonesia)

***

IL VECCHIO BAZAR (SKOPJE)

Com’è tranquilla questa sera
che ritarda le ombre
della notte

ricordi
così chiari come l’acqua
di questa forntana
che gorgoglia e scorre

gorgoglia e scorre

come se ogni goccia
fosse la stessa acqua

non la costante ripetizione
del ricordo.

GERMAIN DROOGENBROODT
Traduzione di Emilio Coco

***

SEANBHASÁR (SCÓIPÉ)

Nach suaimneach an oíche seo
a mhoillíonn nochtú
na scáthanna fiú.

Cuimhní cinn
chomh glan le fíoruisce
an fhuaráin seo,
a bhorrann

is a bhrúchtann,

amhail is nach mbeadh ann
ach aon uisce amháin,

Aon fhoinse amháin
don chuimhne.

GERMAIN DROOGENBROODT
Aistrithe go Gaeilge ag Rua Breathnach

***

オールド・バザ
ール(スコピエ)

夜の闇さえしずまるほど
今夜は何て平和なのだ
回想はこの泉の水のように透き通っていて
ぶくぶくと泡立ち流れる
泡立ち流れる
まるで一つひとつすべての雫が
同じ水であるかのように
続いていく記憶の繰り返しではなく

ジャーマン・ドローゲンブロート
Translated into Japanese by Manabu Kitawaki

***

SOKO KUBWA LA ZAMANI (SKOPJE)

Amani iliyoje jioni hii ambayo hupunguza hata vivuli vya usiku
kumbukumbu wazi kama maji ya chemchemi hii
ambayo hububujika na kutiririka

hububujika na kutiririka

kama kwamba kila tone ni maji yale yale
sio kurudia mara kwa mara kwa kumbukumbu.

GERMAIN DROOGENBROODT
Watafsiri ni Germain Droogenbroodt na Stanley Barkan pamoja na Bob Mwangi Kihara
Translated into Kiswahili by Bob Mwangi Kihara

***

BAZARA KEVN (Skopyê)

Çiqas aştîxwaz e ev êvara
eva siya
şevê bereyî dike

Bîranîn
weha ruhn in mîna ava
vê çehvkaniyê
ku berjor hiltê û diherike

berjor hiltê û diherike

tibê her dilopek
mîna avê ye

ne mayîna dubarebûna
bîranînê ye.

Germain Droogenbroodt
Translation into Kurdish by Hussein Habasch

***

PASAR LAMA (SKOPJE)

Damainya petang ini
yang melalaikan termasuk
bayangan-bayangan malam

ingatan semula
sejernih air
di air pancut ini
yang berbuih naik dan mengalir

berbuih naik dan mengalir

seakan-akan setiap titik
ialah air yang sama

bukannya ulangan berterusan
ingatan

GERMAIN DROOGENBROODT
Translated into Malay by Irwan Abu Bakar

***

STARY BAZAR (SKOPJE)

Jaki spokojny ten wieczór
który spowalnia nawet
cienie nocy,

wspomnienia,
czyste jak woda
tej fontanny
która bulgocze i płynie

bulgocze i płynie

jak gdyby każda kropla
była tą samą wodą

nie stałą powtórką
pamięci.

GERMAIN DROOGENBROODT
Translated to Polish: Mirosław Grudzień – Anna Maria Stępień

***

O VELHO BAZAR (SKOPJE)

Que pacífica é esta tarde
que atrasa as sombras
da noite

recordações
tão claras como a água
desta fonte
que borbulha e flui

borbulha e flui

como se cada gota
fosse a mesma água

não a repetição constante
da memória.

GERMAIN DROOGENBROODT
Tradução portuguesa: Maria do Sameiro Barroso

***

VECHIUL BAZAR (Skopje)

Ce pașnică e seara
ce-ncetinește parcă
până și umbra nopții

amintiri cristaline
limpezi ca apa
din acest izvor
ce curge clipocind

bolborosește și se scurge

de parcă-n fiecare picătură
s-ar regăsi aceeași apă

și nu continua împrospătare
de amintiri.

Germain Droogenbroodt
Traducere: Gabriela Căluțiu Sonnenberg

***

СТАРЫЙ БАЗАР (Скопье)

Какой сегодня тихий вечер
он тени ночи
замедляет

воспоминания
прозрачны, как вода
того фонтана,
бурлит, течет

они бурлят, они текут

и словно капля каждая –
та самая вода

а не повтор опять
воспоминаний.

ГЕРМАЙН ДРОГЕНБРОДТ
Перевод на русский язык Дарьи Мишуевой
Translation: Daria Mishueva

***

STARA ČARŠIJA (skoplje)

Kako je spokojno ovo veče
koje usporava
čak i senke noći

sećanja
bistra kao voda
u fontani
koja se peni i teče

kao da je svaka kap

ista voda
a ne neprekidno ponavljanje
uspomena.

GERMAIN DROOGENBROODT
Sa engleskog prevela S. Piksiades

***

OLD BAZAR (Skopje)

Mircatu anticu
Chi sirata pacifica!
Rallenta puru

li ummiri di la notti
Mimorii
Limpidi comu l’acqua
Di sta funtana

Ca ribbugghi e scurri

Comu si ogni goccia
Fussi la stissa acqua

Non la cuntinua ripetizioni
Di la mimoria.

GERMAIN DROOGENBROODT
Traduzioni in sicilianu di Gaetano Cipolla

***

பழைய கடைவீதி

இன்றைய மாலை எவ்வளவு அமைதியானது

இறவின்நிழலைக் கூட மெள்ளச செய்கிறது

நினைவுகள் இந்த நீர் ஊற்றின் நீரைப் போல

தெளிவாக, குமிழகளாகி ஒரேநீரைப்போல
பொழிகிறது -தொடர் நினைவுகளாக இன்றி !

GERMAIN DROOGENBROODT
Translated into Tamil by DR. N V Subbaraman

Recueil: ITHACA 736
Editions: POINT
Site: http://www.point-editions.com/en/

FRIENDS ITHACA
Holland: https://boekenplan.nl
Poland: http://www.poetrybridges.com.pl
France: https://arbrealettres.wordpress.com
Poland: http://www.poetrybridges.com.pl
Romania: http://www.logossiagape.ro; http://la-gamba.net/ro; http://climate.literare.ro; http://www.curteadelaarges.ro.; https://cetatealuibucur.wordpress.com
Spain: https://www.point-editions.com; https://www.luzcultural.com
India: https://nvsr.wordpress.com; https://ourpoetryarchive.blogspot.com>
USA-Romania: http://www.iwj-magazine.com/journal02

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CLAIR DE LUNE (Franz Hellens)

Posted by arbrealettres sur 27 mai 2022



CLAIR DE LUNE

Tu es toute claire et certaine
Ouverte et sans quartiers,
Comme la lune quand elle est pleine
Tu brilles en ton entier.

Le soleil frappe au milieu ta face,
Aucune ombre ne ternit
Cette nette et paisible surface
Où tout commence et tout finit.

(Franz Hellens)

Illustration: Leon-Francois Comerre

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Jean-Daniel (Charles-Ferdinand Ramuz)

Posted by arbrealettres sur 6 mars 2022



Illustration: Marfa Indoukaeva
    
Jean-Daniel

I

Ce jour-là, quand je t’ai vue,
j’étais comme quand on regarde le soleil;
j’avais un grand feu dans la tête,
je ne savais plus ce que je faisais,
j’allais tout de travers comme un qui a trop bu,
et mes mains tremblaient.

Je suis allé tout seul par le sentier des bois,
je croyais te voir marcher devant moi,
et je te parlais,
mais tu ne me répondais pas.

J’avais peur de te voir, j’avais peur de t’entendre,
j’avais peur du bruit de tes pieds dans l’herbe,
j’avais peur de ton rire dans les branches;
Et je me disais: «Tu es fou,
ah! si on te voyait, comme on se moquerait de toi! »
Ça ne servait à rien du tout.

Et, quand je suis rentré, c’était minuit passé,
mais je n’ai pas pu m’endormir.
Et le lendemain, en soignant mes bêtes,
je répétais ton nom, je disais: « Marianne… »
Les bêtes tournaient la tête pour entendre;
je me fâchais, je leur criais: « Ça vous regarde?
allons, tranquilles, eh! Comtesse, eh! la Rousse… »
et je les prenais par les cornes.

Ça a duré ainsi trois jours
et puis je n’ai plus eu la force.
Il a fallu que je la revoie.
Elle est venue, elle a passé,
elle n’a pas pris garde à moi.

II

Les amoureux, c’est pour les filles
comme un écureuil dans un arbre;
elles s’amusent à le voir grimper:
sitôt qu’il est loin, il est oublié.
Elles ne pensent qu’à des bagues,
à des chapeaux, à des colliers;
qu’est-ce que çа leur fait qu’on souffre?
sitôt qu’on est loin, on est oublié.

C’est des miroirs à alouettes,
ça brille à distance, mais, quand on est près,
ça n’est plus rien que des morceaux de verre.
Il faut être bien fou pour leur courir après.

Ces filles, c’est comme des poupées
faites avec des ficelles et du carton;
ça a des joues en porcelaine,
ça a le ventre plein de son.

Mais on a beau dire et beau faire,
on n’y peut rien:
quand on est pris, c’est qu’on l’est bien.

III

Je lui demandé pardon dans mes pensées
de l’avoir ainsi méprisée.
Je sais qu’elle est douce et qu’elle a bon coeur.

Je sais qu’elle ne me connaît pas
et qu’il serait bien étonnant
qu’elle eût fait attention à moi
puisqu’elle ne me connaît pas.

Seulement il est dur d’être seul quand on aime.
On est comme fou, on se met en colère,
on pleure, on rit, sans savoir pourquoi.
On n’est pas juste quelquefois,
tant on a mal au coeur qui aime.

Mon coeur a mal, et moi je suis
comme un oiseau qui s’est envolé
et qui ne peut plus se poser,
et qui se sent bien fatigué
loin de son nid.

IV

Elle vit avec sa mère qui est vieille.
Elle l’aide à tenir le ménage.
Elle lave la vaisselle,
elle fait le dîner et les savonnages,
elle travaille du matin au soir:
il n’y a pas beaucoup de filles
qui font comme elle leur devoir.

Quand elle coud, ses doigts vont vite
comme au jeu de pigeon vole,
sa tête se penche sous la lampe,
sous la lampe sa tête se penche,
elle est appliquée et vaillante.

Elle laisse passer les jours
sans regret du temps qui s’en va,
ayant bien employé ses heures.
Le temps s’en va, elle demeure;
et sa vie est comme un ruisseau
qui coule d’un cours bien régulier,
sous les frênes et les noisetiers,
avec les oiseaux qui viennent y boire
et l’ombre errante vers le soir
des arbres noirs sur le ciel rose.

Et les mois et les mois viendront:
quand sera-t-elle comme elle est,
bonne et gaie, à coudre et à faire la cuisine,
dans une maison qui serait à nous,
dans une maison qui serait notre maison?

V

Car, moi, je suis pauvre et sa mère est riche.
Elle a une ferme et des champs,
elle a de l’argent
tout plein son armoire.

Elle a des chevaux, des boeufs et des vaches,
deux domestiques toute l’année,
des ouvriers quand l’ouvrage est pressant;
sa grange est pleine, ses étames de même;
et elle veut un gendre qui soit riche comme elle.

Il faudrait sans doute qu’on vienne
et qu’on lui dise: «Donnez-moi
votre fille, j’ai du bien
autant que vous;
j’ai comme vous des prés, des vaches et des bois,
alors c’est à égalité, n’est-ce pas ? »
Mais qu’on aime sa fille, elle n’y pense même pas.

Elle aura pour gendre un coureur d’auberges,
une espèce de beau parleur
qui fait briller ses écus
pour qu’on sache qu’il a de quoi…
Et je n’ai que mon amour, moi.

Seulement aussi amenez-m’en un
qui travaille davantage,
qui boude moins à l’ouvrage,
qui se lève de plus grand matin.

Je dis que des bons bras, c’est de l’argent comptant;
et je porterais des montagnes,
si on me disait: C’est pour Marianne.

VI

Quand le jour est mort, une lampe brille.
C’est la lampe, la petite lampe
que tu as à ta fenêtre,
Marianne, par les temps noirs,
pour les pauvres gens qui sont sur les routes.

On n’a plus peur; on voit de loin la lampe, on dit:
« C’est la lampe de Marianne,
elle est à coudre dans sa chambre avec sa mère »;
et on va vers la lumière,
parce qu’on sait que la porte s’ouvrira.

C’est comme une étoile, celle
qui guidait les bergers dans la nuit de Noël
et ils ont été amenés par elle
dans l’étable chaude où était la crèche
entre le boeuf et l’âne.

Là où la lampe brille, là aussi il fait chaud.
Celui qui vient pousse la porte et dit bonsoir.
On ne voit pas ses yeux sous son grand chapeau.
Sa moustache est givrée, il se fait déjà tard,
et il tient à la main un gros bâton d’épine.

Moi, je suis comme un papillon de nuit
qui tourne autour de la lumière.
Je me glisse le long des murs comme un voleur
pour te voir par la fenêtre.

Je n’ose pas entrer; je n’ose pas heurter;
je regarde de loin
le linge que tu tiens.
Je reste ainsi longtemps sans bouger de mon coin,
les yeux tendus vers toi,
mais c’est mon coeur qui va pour moi.

Il va vers toi, il se tient bien tranquille;
il est dans l’ombre de tes rideaux
il est dans l’aiguille qui brille,
il est dans le fil que tu casses
de temps en temps entre tes dents.

A quoi songes-tu? Sais-tu que je suis là?
Quand je te vois rêver, je pense que c’est à moi;
je ris ensuite de ma sottise.
Mais j’attends quand même
et sans savoir quoi,
jusqu’à ce que ta lampe s’éteigne.

VII

Le dimanche matin, elle va à l’église.
Le clocher a l’air d’un peu se pencher
pour mieux voir les fleurs dans les prés
comme ferait une petite fille
qui cueille un bouquet en chantant;
et la cloche dans le clocher
sonne d’abord un long moment.

Les femmes passent deux par deux;
elles sont en noir par respect pour le bon Dieu,
elles ont leur psautier dans la main.

Les hommes attendent qu’elles soient entrées
devant le porche en causant du beau temps,
du prix du bétail, des travaux des champs;
et il y a tant d’oiseaux dans les haies
que les branches se balancent
comme quand il fait du vent.

Alors, elle aussi, elle vient, elle a des gants blancs,
une robe bleue, un chapeau de paille;
elle traverse la place,
elle entre, je ne la vois plus.

La cloche se tait, le sonneur descend,
ses gros souliers dans l’escalier
font un bruit comme quand on bat en grange;
les gens dans l’église attendent en silence;
le pasteur, avec sa robe noire,
son chapeau de soie et son rabat blanc,
approche d’un air grave dans l’ombre des arbres.
Et je me sens si seul que je voudrais pleurer…

Je serais sur le banc, assis à côté d’elle;
quand elle chanterait, j’écouterais sa voix
et elle pencherait la tête pour prier.

VIII

Comme tu es jolie sur le petit sentier,
où tu vas, portant ton panier
avec le pain et le café
pour les quatre-heures.
L’ombre des cerisiers glisse sur tes épaules,
il fait chaud, les gens se reposent,
assis dans l’herbe, tout en causant,
et, te voyant venir, ils disent:

« Voilà Marianne avec son panier. »
Ils sont contents, parce qu’ils ont faim,
ayant travaillé qu’ils n’en peuvent plus
et le foin qui sèche sent fort au soleil.

Ils te disent: «Vous avez fait
la paresseuse! »
Tu dis: « Mais non, il n’est pas quatre heures. »
Un des ouvriers regarde à sa montre,
il dit: « Que si! il est quatre heures et cinq! »
Et tout le monde
éclate de rire sans savoir pourquoi.

C’est peut-être que le café
est meilleur quand tu le verses.
Tu fais plaisir à regarder
avec ton gros jupon d’indienne;
tu fais plaisir avec cette façon que tu as
de sourire en tendant la miche
et d’avoir soin qu’on soit toujours servi.

IX

Elle est venue un soir pour la première fois.
Il faisait nuit, elle est venue sans bruit.
Je regardais partout, je ne voyais personne
et j’entendais mon coeur battre dans le silence.
Mais, quand je l’ai vue, j’ai eu presque peur
et j’aurais voulu me sauver.

Elle venait entre les saules,
elle allait lentement, est-ce qu’elle avait peur aussi ?
Ou bien est-ce que c’était de l’ombre ?

Je suis allé vers elle, je lui ai dit bonjour.
« Alors, comme ça, ça va bien? »
« Oui, merci. » Nous n’avons plus su que dire.
Il y avait un arbre, l’étang était tout près,
le vent a passé dans les roseaux
et j’ai senti sa main trembler.
« Écoute, est-ce qu’on fait un petit tour? »
« On nous verrait, non, j’aime mieux… »
« On pourrait s’asseoir. » « Ce n’est pas la peine. »
J’ai voulu parler, mais je n’ai pas pu
et elle était déjà partie.

X

Elle m’a dit: «J’ai bien senti
tout de suite
que tu serais mon bon ami
N’est-ce pas? la première fois
qu’on se voit,
on ne s’aime pas,
pour bien dire, encore,
mais çа vient tout tranquillement
avec le temps.
Parce que, tu sais, ma mère est bien bonne
et je l’aime bien aussi,
mais ce n’est pas tout dans la vie.
On peut travailler du matin au soir
et être bien sage, çа n’empêche pas
qu’on pense parfois à des choses.

On se dit: «Il y en a qui ont des enfants,
il y en a qui se sont fait
des trousseaux d’une beauté
qu’on ne peut pas s’imaginer,
et on rêve à se marier
quand même. »

Elle m’a dit: «Je t’aime tellement
qu’il me faudrait bien venir à cent ans
pour t’aimer jusqu’au bout
et que je ne sais pas si j’y arriverais. »
Elle m’a dit: «Et toi, est-ce que tu m’aimes autant? »
« Ah! lui ai-je dit, qu’est-ce que tu penses? »
Et je lui ai serré la main
tellement fort qu’elle a crié.

XI

J’ai été au soleil et je pensais à toi.
Tu es toujours avec moi,
comme avant, mais avec un sourire,
à présent que je sais que, moi aussi, je vais
à tes côtés dans ta pensée.

Des oiseaux tombaient des branches,
l’herbe était fleurie, les foins mûrissaient;
j’avais ma faux, j’ai fauché,
ma faux allait toute seule.

Je suis revenu chercher la charrette,
j’ai chargé mon herbe; la roue grinçait
comme quand tu chantes pour le plaisir
ou pour te tenir compagnie.

Et puis le soir venu, j’ai pensé : « Que fait-elle? »
Je m’étais assis sur un banc,
j’avais mis mes mains dans mes poches;
je fumais ma pipe, je te voyais venir;
et tu étais dans la fumée
comme un de ces anges avec des ailes bleues
qui sont dans les livres.

XII

Je ne sais pas pourquoi
d’autres fois je suis triste
et je n’ai de coeur à rien faire.
Il faudrait faucher, il faudrait semer,
mais je dis: «Tant pis!» qu’il pleuve ou qu’il grêle,
ça m’est bien égal.
C’est ainsi quelquefois sans raison,
à cause d’une manière qu’elle a eue de me parler,
à cause d’un air qu’elle a eu de me regarder,
à cause de son rire,
à cause de sa voix qui était changée et de ses yeux
qui se sont baissés devant les miens,
comme si elle me cachait quelque chose.

Et pourtant je suis heureux quand même.
Je l’accuse à tort parce que je l’aime.
C’est pour me faire mal, et puis je me repens.
J’ai honte de moi, je me dis: «Tout va bien»;
et le bonheur me revient
comme quand la lune sort
de derrière un gros nuage.

XIII

Si ta mère savait pourtant que nous nous aimons,
et que le soir je viens t’accompagner
jusque tout près de la maison,
si elle savait que nous nous fréquentons
et que, cette fois, c’est pour de bon,
que dirait-elle ?

Elle qui a un front ridé,
des mains noires toutes tremblantes,
elle qui ne se souvient plus
de sa jeunesse;
elle qui a oublié le temps où elle allait danser,
et qui ne sait plus ce que c’est
tout le bonheur qu’on a d’aimer,
ta mère, qu’est-ce qu’elle penserait?

Nous ne parlons pas de ces choses
pour ne pas gâter notre bonheur;
nous nous regardons seulement
pour nous redonner du courage.
Car nous ne faisons rien de mal,
n’est-ce pas? il est naturel
d’être amoureux comme nous sommes;
ils ont tous été comme nous.
Et je dis: «Vois-tu, il faudra s’aimer d’autant plus,
d’autant plus fort, d’autant plus doux;
alors peut-être que ta mère aura pitié,
et elle nous laissera nous aimer. »

XIV

Marianne a pleuré, il faisait du soleil,
la cuisine était rose.
Ses larmes coulaient sur ses joues.
Elle a pris son mouchoir, elle a pleuré dedans,
elle s’est assise, n’ayant plus de force.

«Est-ce que c’est vrai que tu l’aimes tant? »
Marianne n’a rien répondu.
«J’aurais voulu pour toi quelqu’un d’autre. »

Marianne a secoué la tête.
«J’ai la raison que tu n’as pas,
j’ai connu la vie, je suis vieille.
Il n’y a pas que l’amour,
l’amour est beau, mais l’amour passe,
tandis que l’argent, ça dure une vie
et qu’on en laisse à ses enfants.»

Marianne a pleuré si fort
qu’on l’entendait depuis dehors.

« Mais maintenant que je t’ai dit ce que je pensais,
je ne voudrais pas te faire de la peine.
Prends ton amoureux si tu l’aimes… »

Marianne a levé la tête
et elle a cessé de pleurer.
« Je crois que c’est un bon garçon,
il aura soin de la maison,
il ne boit pas, il est sérieux,
eh bien, puisque tu le veux,
mariez-vous et soyez heureux. »

Elle a embrassé sa mère sur le front,
elle l’a prise par le cou:
«Tu permettras que je te l’amène?…
Tu verras que j’avais raison. »

XV

Le jour de notre noce, j’y pense tout le temps,
il fera un soleil comme on n’a jamais vu;
il fera bon aller en char
à cause du vent frais qui vous souffle au visage,
quand la bonne jument va trottant sur la route
et qu’on claque du fouet pour qu’elle aille plus fort.
On lui donnera de l’avoine,
en veux-tu, en voilà;
on l’étrillera bien qu’elle ait l’air d’un cheval
comme ceux de la ville;
et trotte! et tu auras ton voile qui s’envole,

et tu souriras au travers
parce qu’il aura l’air
de faire signe aux arbres
comme quand on agite un mouchoir au départ.

On se regardera, on dira: « On s’en va,
on commence le grand voyage;
heureusement qu’il n’y a pas
des océans à traverser. »
Et quand nous serons arrivés,
la cloche sonnera, la porte s’ouvrira,
l’orgue se mettra à jouer;
tu diras oui, je dirai oui;
et nos voix trembleront un peu
et hésiteront à cause du monde
et parce qu’on n’aime à se dire ces choses
que tout doucement à l’oreille.

XVI

Notre maison est blanche, elle est sous les noyers,
ta mère tricote près de la fenêtre;
iI fait chaud, on va moissonner,
mais, comme les foins sont rentrés,
on a un moment pour se reposer.

Tu mets les verres sur la table pour le dîner.
Du rucher, je te vois passer dans la cuisine,
et ta chanson me vient parmi
le bourdonnement des abeilles.

Ta mère s’est levée, elle a mis son tricot
et ses aiguilles dans la corbeille;
elle a l’air heureux de vivre avec nous,
nous sommes heureux de vivre avec elle.

Ne sommes-nous pas heureux de nous aimer,
d’être ensemble, de travailler,
de voir mûrir les foins, les moissons se dorer,
et, plus tard, vers l’automne,
les arbres plus lourds du poids de leurs fruits
jusqu’à terre se pencher?

Tu vas dans la maison, faisant un petit bruit,
et, du matin au soir, c’est toi qui veilles à tout;
pendant que, moi, je vais faucher
et que les chars rentrent grinçants,
hauts et carrés,
comme des petites maisons roulantes.

VII

Un jour je te verrai venir un peu plus lasse
et lourde d’un fardeau que tu n’as pas connu,
tandis que s’épaissit ta taille,
marchant dans le jardin où les roses fleurissent
et je t’aimerai encore un peu plus.

Je songe que tu portes deux vies
et qu’il me faut donc t’aimer doublement
pour toi-même et puis pour celui
qui va naître de tes souffrances.

Je sens que j’ai grandi vers de nouveaux aspects
d’où le monde paraît avec des tristesses,
mais missi avec des joies accrues en nombre;

et, quand je sens ta main s’appuyer sur mon bras,
et l’ombre de ton front se poser sur ma joue,
il me semble avancer sûrement avec toi
vers la réalisation d’une promesse.

XVIII

L’enfant que nous aurons ne nous quittera pas.
Il grandira dans la campagne.
Il sera paysan comme nous.
Il portera la blouse comme son père a fait,
et, comme son père, il traira les vaches;
il fera les moissons, il fera les regains,
il fauchera les foins;
il étendra peu à peu son domaine;
et, lorsque nous serons trop vieux,
quand l’heure du repos sera pour nous venue,
il nous remplacera, maître de la maison.

Il aimera comme nous avons aimé;
les jeux de nos petits-enfants
entoureront notre vieillesse.

Ce sera une après-midi de beau temps;
je serai assis au soleil,
j’aurai joint les mains sur ma canne,
il fera clair sur la campagne;
et toi, utile encore avec tes vieilles mains,
tu iras et viendras, tout près, dans le jardin,
nous acheminant ainsi ensemble
vers l’autre repos, qui est sans fin.

Nos derniers jours seront paisibles,
nous aurons fait ce que nous devions faire;
il y a une tranquillité qui vient,
une grande paix descend sur la terre.

Nous nous parlerons du passé:
te souviens-tu du jour où tu avais pleuré,
te souviens-tu du jour de nos noces?
on avait sonné les deux cloches
qu’on voyait bouger en haut du clocher.

Te souviens-tu du temps des cerises
et on se faisait avec des boucles d’oreilles,
et du vieux prunier qu’on secouait
pour en faire tomber les prunes?

Le cadet des garçons arrive alors et dit:
«Grand’mère, la poule chante,
elle a fait l’oeuf. »
«Va voir dans la paille, mon ami.»
Et nous sourions de le voir qui court
tant qu’il peut, à travers la cour,
sur ses grosses jambes trop courtes.

(Charles-Ferdinand Ramuz)

Recueil: Le Petit Village
Traduction:
Editions: Héros-Limite

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Pays (Charles-Ferdinand Ramuz)

Posted by arbrealettres sur 27 février 2022




    
Le Pays

C’est un petit pays qui se cache parmi
ses bois et ses collines;
il est paisible, il va sa vie
sans se presser sous ses noyers;
il a de beaux vergers et de beaux champs de blé
des champs de trèfle et de luzerne,
roses et jaunes dans les prés,
par grands carrés mal arrangés;
il monte vers les bois, il s’abandonne aux pentes
vers les vallons étroits où coulent des ruisseaux
et, la nuit, leurs musiques d’eau
sont là comme un autre silence.

Son ciel est dans les yeux de ses femmes,
la voix des fontaines dans leur voix;
on garde de sa terre aux gros souliers qu’on a
pour s’en aller dans la campagne;
on s’égare aux sentiers qui ne vont nulle part
et d’où le lac paraît, la montagne, les neiges
et le miroitement des vagues;
et, quand on s’en revient, le village est blotti,
autour de son église,
parmi l’espace d’ombre où hésite et retombe
la cloche inquiète du couvre-feu.

(Charles-Ferdinand Ramuz)

 

Recueil: Le Petit Village
Traduction:
Editions: Héros-Limite

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

MATIN PAISIBLE DANS L’HIMALAYA (Germain Droogenbroodt)

Posted by arbrealettres sur 31 janvier 2022




    
MATIN PAISIBLE DANS L’HIMALAYA

Il semble
que la nuit passée
ait assouvi chaque soif
le jour se lève plein de lumière
et de chants d’oiseaux
étranges à l’oreille
dans le lointain
le son incertain d’une flûte

une prière du matin
pour Shiva, pour Bouddha
ou tout autre divinité

ce matin semble si paisible
comme si après tant de siècles
l’humanité trouvait enfin la paix
enfin le repos.

(Germain Droogenbroodt)

Recueil: En la corriente del tiempo, Meditaciones en el Himalaya
Traduction:
Editions:

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SOMEWHERE – WEST SIDE STORY (West Side Story)

Posted by arbrealettres sur 16 décembre 2021




    
SOMEWHERE – WEST SIDE STORY

Il existe un endroit pour nous,
Quelque part, un endroit pour nous.
Paisible et tranquille, en plein air
Nous attend
Quelque part.

Il existe un temps pour nous,
Un jour, un temps pour nous,
Du temps pour nous, à partager,
Du temps pour apprendre, du temps pour nous,
Un jour !

Quelque part.
Nous trouverons une nouvelle façon de vivre,
Nous trouverons un moyen de pardonner
Quelque part…

Il existe un endroit pour nous,
Un temps et un endroit pour nous.
Tiens-moi par la main, nous y sommes presque.
Prends ma main, je t’y amènerai
D’une manière ou d’une autre,
Un jour,

Quelque part !

(West Side Story)

***

WEST SIDE STORY – SOMEWHERE L

There’s a place for us,
Somewhere a place for us.
Peace and quiet and open air
Wait for us
Somewhere.

There’s a time for us,
Some day a time for us,
Time together with time to spare,
Time to learn, time to care,
Some day!

Somewhere.
We’ll find a new way of living,
We’ll find a way of forgiving
Somewhere . . .

There’s a place for us,
A time and place for us.
Hold my hand and we’re halfway there.
Hold my hand and I’ll take you there
Somehow,
Some day,

Somewhere!

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une paisible et jeune femme (André Dalmas)

Posted by arbrealettres sur 15 novembre 2021


bouteille

Dans la maison, repose une paisible et jeune femme.
De temps à autre, elle respire un des luxueux flacons
où sont enfermés de petits hommes:
le visage du petit homme se contracte
puis lui-même détendu
s’affaisse au fond du flacon.

(André Dalmas)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

LE TEMPS QUI PASSE (Jean-Pierre Michel)

Posted by arbrealettres sur 5 novembre 2021




LE TEMPS QUI PASSE

Comme des feuilles mortes
Emportées par le vent
De nos printemps fanés
S’en vont les ans qui passent
Et dans le temps qui file
Quand n’est plus de l’amour
Le chant des soupirs
S’écoutent, paisibles
Au clapotis des jours
Les heures parfumées
De l’infinie tendresse.

(Jean-Pierre Michel)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Maison à la campagne (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 26 juillet 2021



Maison à la campagne

Les routes s’égarent
Avant de traverser des villages accueillants
Au pied desquels coulent de paisibles rivières
Et des arbres vagabondent
Dans une campagne qui perle du silence
Le vent s’affûte sur un rocher
Pour aiguiser le bec de l’oiseau
Écorcher le champ
Et griffer le toit
En ricanant

Peu à peu le jour s’évanouit
Un reste de clarté se cramponne encore à la maison
Tandis que la vitre se glace
Qu’une étoile y glisse
Le sommeil caresse ton visage
Et baigne tes yeux sombres.

(Jean-Baptiste Besnard)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un homme voulait se faire ascète (Rabindranath Tagore)

Posted by arbrealettres sur 1 juillet 2021




    
Un homme voulait se faire ascète. Une belle nuit, il déclara :
« Le moment est venu pour moi d’abandonner ma demeure et de chercher Dieu.
Ah! qui donc m’a retenu si longtemps ici dans les trompeuses illusions? »

Dieu murmura : « Moi »; mais l’homme ne comprit pas.
Il dit : « Où es-tu, Toi qui t’es joué si longtemps de moi? »
A ses côtés sa femme était paisiblement étendue sur le lit, un bébé endormi sur son sein.

La voix reprit : «Dieu, il est là », mais l’homme n’entendit pas.
Le bébé pleura en rêve, se pelotonnant plus près de sa mère.

Dieu ordonna : « Arrête, insensé, ne quitte pas ta maison »
— mais il n’entendit pas encore.

Dieu soupira et dit avec tristesse :
« Pourquoi mon serviteur croit-il me chercher quand il s’éloigne de moi? »

(Rabindranath Tagore)

 

Recueil: Le jardinier d’amour La jeune Lune
Traduction: Mme Sturge Moore
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :