Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘reste’

Les petits riens sont l’éternel (Antonio Porchia)

Posted by arbrealettres sur 13 avril 2018



 

Les petits riens sont l’éternel,
et le reste, tout le reste,
le bref, le très bref.

(Antonio Porchia)

 
Illustration: ArbreaPhotos

 

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Entailles (Paul Auster)

Posted by arbrealettres sur 6 avril 2018



 

Entailles
sur la croûte du champ — dans le jour
qui nous suit,
où tu as vu la terre
presque se reproduire : les sillons
l’un après l’autre se sont fermés,
et pour ce plus-de-vie, t’ont rançonné
contre le murmure avide
des faucilles. Continue, alors, à me compter
avec tes mots. Rien,
même aujourd’hui, ne changera.
Côte
à côte avec la poussière, avant
la lame, et au-delà
de la haute herbe sèche
qui vire avec moi, je suis
un reste balbutié de l’air.

(Paul Auster)

Illustration: Elvio Ricca

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA PAROLE VAINE (Claude Michel Cluny)

Posted by arbrealettres sur 1 avril 2018



 

Ana Cruz kws

LA PAROLE VAINE

Le coeur le lent orage
les visages éloignés de l’amitié
l’ombre de l’amour sur la terre
perdue dans l’ombre immense de la nuit qui monte
comme les feux morts de l’alcool
dans un reste de sang.

(Claude Michel Cluny)

Illustration: Ana Cruz

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous nous sommes dansés (Éric Ferrari)

Posted by arbrealettres sur 28 mars 2018




    
Nous nous sommes dansés
parce que le reste
est surplus.

(Éric Ferrari)

 

Recueil: Les Inventions
Traduction:
Editions: Cheyne

Posted in poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Le long serpent blanc des brebis (Jean Esponde)

Posted by arbrealettres sur 28 mars 2018




Illustration: ArbreaPhotos

 21/07/2015 5h30 VVF de Saint Jean Pied de Port -> 12h50 Roncevaux (27 kms durée 7h20 1300m positif 500m négatif)

    
le long serpent blanc des brebis
la prairie écoute impatiemment
le reste au parfum de réel

au-delà des images déshabillées
de chaque couleur la vibration
de chaque couleur le silence

(Jean Esponde)

 

Recueil: COULEURS HARAR et autres sujets d’inquiétude
Traduction:
Editions: Atelier de l’Agneau

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Seul (Antoine Emaz)

Posted by arbrealettres sur 28 mars 2018




    
seul
on ne se porte pas si mal
sans être vraiment léger

cela tient à cet air
qui aide

comme de la tendresse
diffuse la lumière
enrobe

bien sûr on ne va pas
en rester là

on sera rejoint

et ça s’en ira comme le reste
dans l’évier du soir
on le sait

reste que c’est

(Antoine Emaz)

 

Recueil: Peau
Traduction:
Editions: Tarabuste

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le mort (Pär Lagerkvist)

Posted by arbrealettres sur 17 mars 2018



Le mort

Tout est là, seul je ne suis plus,
tout est resté, l’odeur de la pluie sur l’herbe
telle qu’il me souvient et le murmure du vent dans les arbres,
la fuite des nuages et l’inquiétude au coeur de l’homme.

Seule n’est plus l’inquiétude de mon coeur.

***

Deir döde

Allting finns, blott jag ej längre finnes,
allt är kvar, den lukt av regn i gräset
som jag minns och vindens sus i träden,
molnens flykt och mänskohjärtats oro.

Blott mitt hjärtas oro forns ej längre.

(Pär Lagerkvist)


Illustration: Odilon Redon

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La floraison des cerisiers (Christian Bobin)

Posted by arbrealettres sur 7 mars 2018




    
La floraison des cerisiers ne dure pas.
L’essentiel on l’attrape en une seconde.
Le reste est inutile.

(Christian Bobin)

 

Recueil: La grande vie
Traduction:
Editions: Folio

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’air la prend par la taille (Michel Deguy)

Posted by arbrealettres sur 26 février 2018



Illustration: Pierre Corratgé
    
L’air la prend par la taille
Le reste amoureux lui souffle les joues
Un tourneur peu visible achève ses bras
L’entour règle sa ronde sur ses hanches

Elle transpose la douceur dont les murs sont capables
Les choses s’arrangent comme ses femmes de chambre
Elle resserre la douceur dont sont capables les couleurs

Sa taille est l’horizon ses jambes les chemins ses bras le ciel
Sa taille la lisière ses bras la perspective
Le vide lui fait des ailes
Les couleurs ses habits préparés sur les chaises son corset attentif

Le monde est son danseur

(Michel Deguy)

 

Recueil: Donnant Donnant
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le poème montre l’exemple (Michel Deguy)

Posted by arbrealettres sur 25 février 2018



Illustration: Vladimir Kush
    
Le poème montre l’exemple
un exemple suffit
À quoi ? À faire voir
Quoi ? Que le reste est comme ça.

Pas tout le tout, mais l’ensemble mis
en perspective par le rapprochement
L’imagination transporte, c’est son fort,
des choses en pensée par les mots
Vision et chose vue
se mettent en cercle

(Michel Deguy)

 

Recueil: N’était le coeur
Traduction:
Editions: Galilée

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :