Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘reste’

Je ne veux pas voir noir (Amir Gilboa)

Posted by arbrealettres sur 7 août 2017



Illustration: Edvard Munch
    
Je ne veux pas voir noir
mais

Je ne veux pas voir noir mais
le gris arrive de toutes parts et je sais ce que
je ne veux pas savoir et je n’enfouis même plus
ma tête dans le sable ici il faut que j’
arrête et je ne veux pas dire
le reste mais ce qui pleure en moi
est

(Amir Gilboa)

 

Recueil: Anthologie de la poésie en hébreu moderne
Traduction: E. Moses
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Où est le tendre bourgeon (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 31 juillet 2017




    
Des fenêtres ouvertes, un olivier
Et des restes éparpillés
Où est ta tige?
Où est le tendre bourgeon
Ô rose des souvenirs.

(Adonis)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SOUVENIR (Jacques Basse)

Posted by arbrealettres sur 29 juillet 2017



 Illustration

    

SOUVENIR

il est des souvenirs heureux
sous des horizons merveilleux

où les nuits sont pleines à ravir
de passion péché et désir

de baisers à n’en plus finir
qui font mourir de plaisir

des restes de pur bonheur
Cachés là dans mon coeur

mais il me souvient aussi
combien vous étiez jolie

le temps passe sans retenir
Une reste que le souvenir

il est des souvenirs heureux
sous des horizons merveilleux

il me revient cette euphorie
avec ses effluves d’empathie

(Jacques Basse)

 

Recueil: Le temps des Résonances
Editions: Rafaël de Surtis

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous ne vivons (Khalil Gibran)

Posted by arbrealettres sur 29 juillet 2017




Illustration: ArbreaPhotos
    
Nous ne vivons
que pour découvrir la beauté.

Tout le reste n’est qu’attente.

(Khalil Gibran)

 

Recueil: Le sable et l’écume

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Chanson à boire (Henri-Frédéric Blanc)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2017



Pieter_Bruegel_

 

Tant d’efforts, tant d’efforts
pour un jour être mort…
Le désespoir s’arrose,
bois du vin, bois du vin
à la santé des roses
car tout le reste est vain.

(Henri-Frédéric Blanc)

Illustration: Pierre Bruegel

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

UNIQUE (Carlos Drummond de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 8 mai 2017



Illustration
    
UNIQUE

L’unique affaire est Dieu
l’unique problème est Dieu
l’unique énigme est Dieu
l’unique possible est Dieu
l’unique impossible est Dieu
l’unique absurde est Dieu
l’unique coupable est Dieu
et tout le reste est hallucination.

(Carlos Drummond de Andrade)

 

Recueil: La machine du monde et autres poèmes
Traduction: Didier Lamaison et Claudia Poncioni
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Le vrai (Laurent Albarracin)

Posted by arbrealettres sur 21 avril 2017



 

Le vrai est le frais.
Tout le reste est vieilleries.

(Laurent Albarracin)

Illustration

 

Posted in humour, méditations, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

« Le reste » (Laurent Albarracin)

Posted by arbrealettres sur 20 avril 2017



« Le reste ».
Le reste c’est le monde, les autres.
C’est tout ce qui n’est pas moi.
Comme si le monde n’était qu’une chute
dans l’ouvrage de nous-mêmes.

(Laurent Albarracin)

 

 

Posted in humour, méditations | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

J’ai toujours pensé (Elise Turcotte)

Posted by arbrealettres sur 6 avril 2017



J’ai toujours pensé que toutes les choses étaient liées,
même si c’est parfois par un fil invisible,
et qu’il faut porter à tout une extrême attention
parce qu’en perdant une seule petite chose,
on pouvait laisser tomber tout le reste.

Je pensais qu’une chemise mal attachée
était liée au désordre de l’univers.

(Elise Turcotte)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Bien avant d’avoir pu contempler (Jean Richepin)

Posted by arbrealettres sur 2 avril 2017



 

Bien avant d’avoir pu contempler à mon gré
Ta statue en chair toute nue,
J’avais vu tout ton corps, quoiqu’il me fût muré.
Et sa beauté m’était connue.

Des corsages jaloux traversant les rideaux,
Mes yeux touchaient ta gorge blanche ;
Et j’avais deviné la chute de ton dos,
Ta croupe, ton ventre, ta hanche,

Ton mollet rond, ta cuisse au contour ferme et plein,
Rien qu’à voir ta cheville preste.
Le bas de jambe est comme un espion malin
Qui trahit les secrets du reste.

Depuis lors je t’ai tenue
Entre mes doigts curieux.
J’ai vu ta chair toute nue
Sous mes yeux.

J’avais bien deviné juste
Tes invisibles trésors,
Tes flancs, tes reins et ton buste.
Tout ton corps.

Il faudrait un dithyrambe
Pour célébrer tes appas.
Car, sang-dieu ! ton bas de jambe
Ne ment pas.

(Jean Richepin)

 Illustration: Charles Amable Lenoir

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :