Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘court’

VIEILLIR VI (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 15 janvier 2023



Illustration: Ron Mueck
    
VIEILLIR VI

Cette maladie
Si difficile
A affronter
Cette perte de liens
Avec l’univers
Cette confrontation
De la mort
Ce passage si bref
Cette demeure si close
Bientôt infinie

Cette perte des liens
Avec l’univers
Cette confrontation
De la mort
Ce temps si court
Ces souvenirs
Bientôt finis
Cette absurdité
Cette ouverture
Sur l’infini
Cette interruption

(Andrée Chedid)

 

Recueil: L’Étoffe de l’univers
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

JE M’ÉTRIQUE (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 10 janvier 2023




    
JE M’ÉTRIQUE

Je m’étrique
Dans l’éphémère
Je vis
En raccourcis

J’écourte
Le temps à vivre
J’improvise
Ma sortie

J’abrège
Je résume
Je tronque
Je me prends
Au dépourvu
Je réagis
À l’improviste
Je coupe court
A l’âme
J’épluche
Ce qui me reste
De vie

Trop loin
Est la ligne d’arrivée.

(Andrée Chedid)

 

Recueil: L’Étoffe de l’univers
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

IL EST COURT LE CHEMIN… (Jean Cocteau)

Posted by arbrealettres sur 9 janvier 2023




    
IL EST COURT LE CHEMIN…

Il est court le chemin de la flamme à la neige
Du rouge au blanc du blanc au bleu.
Si le feu brûlait ma maison, qu’emporterais-je ?
J’aimerais emporter le feu.

[…]

(Jean Cocteau)

 

Recueil: Clair-obscur
Traduction:
Editions: Points

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SIMPLICITÉ (Ernesto Lobo)

Posted by arbrealettres sur 17 décembre 2022



Illustration: Patrick Frischknecht
    
Poem in French, English, Spanish, Dutch and in Albanian, Arabic, Bangla, Bosnian, Catalan, Chinese, Farsi, German, Greek, Hebrew, Hindi, Icelandic, Indonesian, Irish, Italian, Japanese, Kiswahili, Kurdish, Polish, Portuguese, Romanian, Russian, Sardinian, Serbian, Sicilian, Tamil

Picture by Patrick Frischknecht
© http://www.naturephotography.ch

Poetry without borders
Ithaca 750 “SIMPLE” Ernesto Lobo, Peru

– All Translations are made in collaboration with Germain Droogenbroodt –

SIMPLICITÉ

Pour comprendre les choses ordinaires
les plus courtes et les plus élémentaires
j’ai bu à la source de l’ambition
gravi la montagne de l’impossible
sillonné labyrinthes et carrefours …

A la fin des chemins
les yeux fixés sur un gouffre sans fond
j’ai découvert l’erreur de suivre des traces grandioses …

Hier j’ai pris le risque
et pieds nus
je pense avoir réussi
et enfin compris
combien il est difficile
d’aborder au vaisseau de la simplicité …

(Ernesto Lobo)

, Pérou
Traduction Elisabeth Gerlache

***

SIMPLE

To understand the least things,
the briefest and the simplest,
I drank from the spring of pride,
climbed the mountain of the impossible,
crossed labyrinths and crossroads …

At the end of the roads
staring into a great abyss,
I discovered the error
of following magnificent footsteps …

Yesterday I ventured
and even barefoot,I think I succeeded
and at last I understood
how difficult it is
to board the ship of the simple …

Ernesto Lobo, Peru
Translation Germain Droogenbroodt-Stanley Barkan

***

SIMPLE

Para entender las cosas más simples
las más breves y sencillas
bebí del manantial de la soberbia
escalé la montaña de lo imposible
crucé laberintos y encrucijadas …

Al final de los caminos
mirando un gran abismo
encontré el error de seguir magnas huellas …

Ayer me aventuré
y aún descalzo
creo haberlo logrado
pues al fin comprendí
cuán difícil se hace
abordar la nave de lo simple …

Ernesto Lobo, Peru

***

EENVOUDIG

Om de gewone dingen te begrijpen
de kortste en eenvoudigste
dronk ik aan de bron van de trots
beklom de berg van het onmogelijke
doorkruiste labyrinten en kruispunten …

Aan het einde van de wegen
naar een grote afgrond starend
ontdekte ik de fout grootse sporen te volgen …

Gisteren waagde ik het
en op blote voeten
denk ik dat ik erin geslaagd ben
en uiteindelijk begrepen heb
hoe moeilijk het is
om het vaartuig van eenvoud te vervoegen …

Ernesto Lobo, Peru
Vertaling: Germain Droogenbroodt

***

E THJESHTË

Për të kuptuar gjërat minimale,
më të shkurtrat dhe më të thjeshtat,
unë piva nga burimi i krenarisë,
kapërceva malin e të pamundurës,
kalova labirinthe e udhëkryqe …

Në fund të rrugëve
duke fiksuar një humnerë të thellë,
unë zbulova gabimin
e ndjekjes së gjurmëve të mëdha …

Dje unë guxova
madje dhe këmbëzbathur,
mendoj se pata sukses
pse më në fund e kuptova
se është e vështirë
të hipësh në anijen e thjeshtësisë …

Ernesto Lobo, Peru
Translated into Albanian by Irma Kurti

***

بَسَاطَة
لِفَهْمِ الأَشْيَاءِ الحَقِيرَة
المُوجَزَةُ والبَسِيطَةُ
أَشْرَبُ مِن يُنْبُوع الكِبْرِياء
أَتَسَلَّقُ جَبَلَ المُسْتَحيلِ
أَعْبُرُ المَتَاهَاتِ وَمُفْتَرَقُ الطُرُق
لِأَصِلَ إِلى نِهَايَةِ الطَّرِيقِ

الآنْ
أُحَدِّقُ نَحْوَ الهَاوِيَة السَّحِيقَة
لِأكْتَشِفَ الأَخْطَاء
فِي تَتَبُّعِ آَثَارِي المَلْحَمِيَّة
وقد غَامَرتُ بالأمس وانا حَافِيُ القَدَمَين
وَأَظنُني قَد نَجَحْت فِي ذَلك
وَأدْرَكْتُ في الأَخِير صُعُوبَةَ القَفْز
عَلى مَتْنِ سَفِينة البَسَاطَة

ارنيستو لوبو (Ernesto Lobo)، البيرو
ترجمة للعربية: عبد القادر كشيدة
Translation into Arab: Mesaoud Abdelkader

***

সরল

সাধারন কিছু বুঝতে হলে,
সংক্ষিপ্ততম আর সাধারনতম,
আমি করি পান অহমিকার ঝর্ণা হতে,
করি আরোহন পর্বতমালার অসাধ্য
চূড়ায়,
পার হই গোলকধাঁধা আর চৌরাস্তা …
.
সব পথের শেষে
একদৃষ্টে চেয়ে থাকি এক বিশাল অতল গহ্বর পানে,
আমি করি আবিষ্কার
মহতের পদচিহ্ন অনুসরণ করার ভুল …

গতকাল আমি সাহস করে ছিলাম
এবং নগ্ন পায়ে,
আমি মনে করেছিলাম যে আমি হয়েছি সফল
এবং অবশেষে আমি বুঝতে পারলাম
কত কঠিন
সরলতার একটি জাহাজে উঠা

আর্নেস্টো লোবো, পেরু
Translation into Bangla: Tabassum Tahmina Shagufta Hussein

***

JEDNOSTAVNO

Da razumem najmanje stvari,
najkraći i najjednostavniji,
pio sam iz izvora ponosa,
popeo se na planinu nemogućeg,
ukršteni lavirinti i raskrsnice …

Na kraju puteva
zagledan u veliki ponor,
Otkrio sam grešku
slijeđenja veličanstvenih koraka …

Jučer sam se usudio
pa čak i bosi,
Mislim da sam uspeo
i konačno sam shvatio
kako je teško
ukrcati se na brod jednostavnog …

Ernesto Lobo, Peru
Translation Maid Corbic, Bosnia
Prevjod na bosanski: Maid Čorbić

***

SIMPLE

Per entendre les coses més simples
les més breus i senzilles
vaig beure de la font de la supèrbia
vaig escalar la muntanya de l’impossible
vaig creuar laberints i cruïlles …

Al final dels camins
mirant un gran abisme
vaig trobar l’error de seguir magnes empremtes …

Ahir em vaig aventurar
i encara descalç
crec haver-ho aconseguit
doncs per fi vaig comprendre
el difícil que es fa
abordar la nau d’allò simple …

Ernesto Lobo, Perú
Traducció al català: Natalia Fernández Díaz-Cabal

***

简 单

为懂得最微小的事情,
最简短和最简单的事理,
我喝了骄傲的泉水,
爬上不可能的山峰,
跨过曲径和十字路口······
在道路的尽头
盯着一个巨大的深渊,
我发现了追随
壮丽脚步的错误······
昨天我冒了险
甚至赤脚,
我想我成功了
且最后我明白了
要登上
简单的船有多难······

原 作:秘 鲁 埃内斯托·洛博
英 译:杰曼·卓根布鲁特-斯坦利·巴坎
汉 译:中 国 周道模 2022-11-13

Translation into Chinese: Willam Zhou

***

ساده

برای فهم کمترین چیزها،
کوناهترین و ساده‌ترین،
من از چشمه‌ی غرور می‌نوشم
از کوه‌های غیرممکن صعود می‌کنم
از هزارتوها و چهار‌راه‌ها عبور می‌کنم
و در پایان جاده
در حالیکه به پرتگاهی عمیق خیره‌ام،
کشف می‌کنم خطای
دنبال کردن جاپاهای باشکوه را
دیروز جرات کردم
و حتی پابرهنه شدم
و تصور میکنم موفق شده ام
که سرانجام بفهمم
چقدر سخت است
کشتی سادگی را به ساحل رساندن.

ارنستو لوبو، پرو
ترجمه: سپیده زمانی
Translation into Farsi: Sepideh Zamani

***

EINFACH

Um die einfachsten Dinge zu verstehen
die kürzesten und einfachsten
trank ich aus der Quelle des Hochmutes
bestieg ich den Berg des Unmöglichen
durchquerte ich Labyrinthe und Kreuzungen …

Am Ende der Wege
in einen großen Abgrund starrend
entdeckte ich den Fehler, großen Spuren zu folgen …

Gestern habe ich es gewagt
und sogar barfuß
glaube ich, dass es mir gelungen ist
und dass ich schließlich verstanden habe,
wie schwierig es ist,
das Schiff der Einfachheit zu betreten.

Ernesto Lobo, Peru
Übersetzung Germain Droogenbroodt Wolfgang Klinck

***

ΤΟ ΑΠΛΟ

Για να καταλάβω το πιο λίγο
το πιο λακωνικό το απλούστερο
ήπια απ’ την πηγή της περηφάνειας
σκαρφάλωσα στ’ αδύνατο του βουνού
διέσχισα λαβύρινθους και σταυροδρόμια
στο τέλος των δρόμων
κι ατενίζοντας την άβυσσο
από λάθος ανακάλυψα
πως μεγάλων ακολουθούσα μονοπάτια …

Χθες τόλμησα
ακόμα και ξυπόλητος
και πέτυχα νομίζω
και τελικά κατάλαβα
δύσκολο πως είναι
να επιβιβαστείς στο πλοίο
της απλότητας

ERNESTO LOBO, Peru
Μετάφραση Μανώλη Αλυγιζάκη
Translation into Greek: Manolis Aligizakis

***

פשוט / ארנסטו לובו
ERNESTO LOBO, Peru

כְּדֵי לְהָבִין אֶת הַדְּבָרִים הַפְּחוּתִים בְּיוֹתֵר
הֲכִי תַּמְצִיתִי וּפָשׁוּט
שָׁתִיתִי מִמַּעְיָן הַגַּאֲוָה
טִפַּסְתִּי עַל הַר הַבִּלְתִּי-אֶפְשָׁרִי,
חָצִיתִי מְבוֹכִים וּצְמָתִים…
בִּקְצֵה הַדְּרָכִים
בּוֹהֶה אֶל תְּהוֹם גְּדוֹלָה
גִּלִּיתִי אֶת הַטָּעוּת
שֶׁל הֲלִיכָה בְּעִקְּבוֹת צְעָדִים גְּדוֹלִים…
אֶתְמוֹל הֵעַזְתִּי
וַאֲפִלּוּ יָחֵף,
אֲנִי חוֹשֵׁב שֶׁהִצְלַחְתִּי
וְסוֹף סוֹף הֵבַנְתִּי
כַּמָּה זֶה קָשֶׁה
לַעֲלוֹת עַל סְפִינַת הַפְּשׁוּטִים…

תרגום מספרדית לאנגלית: ג’רמיין דרוגנברודט וסטנלי ברקן
תרגום מאנגלית לעברית: דורית ויסמן
Translation into Hebrew: Dorit Weisman

***

सरल

कम से कम चीजों को समझने के लिए,
सबसे संक्षिप्त और सबसे सरल,
मैंने गर्व के वसंत से पिया,
असंभव के पहाड़ पर चढ़ गए,
भूलभुलैया और चौराहे को पार किया। …

सड़कों के अंत में
एक महान रसातल में घूरना,
मुझे त्रुटि का पता चला
शानदार पदचिन्हों का पालन करना। …

कल मैंने हिम्मत की
और नंगे पैर भी,
मुझे लगता है कि मैं सफल हुआ
और अंत में मैं समझ गया
यह कितना कठिन है
सरल के जहाज पर सवार होने के लिए। …

अर्नेस्टो लोबो, पेरू
ज्योतिर्मय ठाकुर द्वारा हिंदी अनुवाद l
Translation into Hindi: Jyotirmaya Thakur

***

EINFALDLEIKINN

Til þess að skilja hið smæsta,
stysta og einfaldasta
drakk ég af lind stoltsins,
kleif ókleif fjöll,
fór gegnum völundarhús og yfir krossgötur …

Að leiðarlokum
starði ég ofan í hyldýpið mikla,
og gerði mér grein fyrir að það var rangt
að feta í glæsileg fótspor …

Í gær hætti ég á það,
meira að segja berfættur,
og hélt mér hefði tekist það
og loksins skildi ég
hvað það er erfitt
að stíga um borð í skip einfaldleikans …

Ernesto Lobo, Perú
Translation into Icelandic: Thor Stefansson

***

SEDERHANA

Untuk memahami hal terkecil,
paling singkat dan paling sederhana,
kuminum dari musim semi yang membanggakan,
mendaki gunung yang mustahil,
melintasi labirin dan persimpangan jalan …

Di ujung jalan
menatap jurang yang sangat dalam,
kusadari kesalahan
mengikuti jejak yang luar biasa …

Kemarin aku memberanikan diri
dan bahkan dengan bertelanjang kaki
Kupikir aku berhasil
dan akhirnya kumengerti
betapa sulit
untuk menaiki kapal sederhana …

Ernesto Lobo, Peru
Translation: Lily Siti Multatuliana (Indonesia)

***

SIMPLÍOCHT

Ag iarraidh na rudaí simplí a thuiscint,
na rudaí is giorra géire,
d’ólainn ó fhuarán an bhróid,
shiúlainn ar shliabh,
trí lúbraí is crosbhóithre …

Faoi dheireadh
gan fúm ach an áibhéis,
thuigeas an dul amú a bhí orm:
lorg na bhfáidhe móra a leanúint …

Inné a thug mé an chéad turas orm féin
gan bhróg gan ualach léinn,
sílim gur éirí liom
léargas éigin a fháil
ar a dheacra is atá sé
long na simplíochta a bhordáil …

Ernesto Lobo, Peiriú
Aistriúchán le Rua Breathnach
Translation into Irish (Gaelic): Rua Breathnach

***

SEMPLICI

Per capire le cose minime,
le più brevi e semplici,
ho bevuto alla sorgente dell’orgoglio,
scalato la montagna dell’impossibile,
attraversato bivi e labirinti …

Al termine di ogni sentiero
guardando in fondo al grande abisso,
ho trovato l’errore
di seguire grandi passi …

Ieri mi sono avventurato
e ancora scalzo,
ho pensato di esserci riuscito
perchè finalmente ho capito
quanto sia difficile
imbarcarsi sulla nave dei semplici …

Ernesto Lobo, Perù
Traduzione di Luca Benassi

***

簡素に生きること

最小限のことを理解し、
できるだけ短く、シンプルにするのだ
私はかつてプライドの泉から水を飲み
不可能という山を登った
迷宮を渡り歩き、そして岐路に立った
道の終わりに私は大きな奈落の底を見た
壮大なものを求めていくことの誤りに気づいた
昨日、私は裸足になり思いきって
前に進んだ
私は人生で成功し、そして理解したのだ
簡素という名の船に乗ることが
いかに難しいかを
エルネスト・ロボ(ペルー)

Translation into Japanese: Manabu Kitawaki

***

RAHISI

Ili kuelewa mambo madogo,
mafupi na rahisi zaidi,
Nilikunywa kutoka chemchemi ya kiburi,
nikapanda mlima usiowezekana,
nikavuka njia za mizunguko zilizo ngumu kufuata pamoja na njia panda.

Mwisho wa barabara kutazama ndani ya shimo kubwa,
Niligundua makosa ya kufuata nyayo nzuri …

Jana nilijitosa na hata bila viatu,
Nafikiri nilifaulu, na mwishowe nikaelewa
jinsi ilivyo ngumu kupanda meli ya rahisi …

Ernesto Lobo, Peru
Watafsiri na Bob Mwangi Kihara.
Translation into Kiswahili: Bob Mwangi Kihara

***

SADE

Taku tiştên tevî sade bêne têgihêştin
ên kurttirîn û sadetirîn
min ji çehvkaniya fêzîtiyê vexwar
hilkişîm çiyayê neguncawî

min lebîrênt û xaçerê derbaskirin …

Li dawiya rê
li nihêrîna nişîveke mezin
min şaşî dît; çûyîn li ser rêçên mezin …

Diho ez wêrek bûm
û bipêxasî
min bawerkir, ku ezê kanibim
lê li dawiyê ez têgihêştim,
ku çiqas dijwar e
siyarbûn li keştiya sadetiyê.

Ernesto Lobo, Perû
Translation into Kurdish: Hussein Habasch

***

PROSTOTA

By pojąć rzeczy najmniejsze,
najkrótsze i najprostsze
piłem ze źródła pychy,
wspinałem sie na górę niemożliwości,
przechodziłem labirynty i skrzyżowania dróg …

Na końcu dróg
wpatrując się w wielką otchłań,
odkryłem błąd
podążania wspaniałymi śladami …

Wczoraj się zaryzykowałem
i choć byłem boso
myślę że mi się udało
i w końcu zrozumiałem
jak trudno
wsiąść na statek głupców …

Ernesto Lobo, Peru
Translation to Polish: Mirosław Grudzień – Anna Maria Stępień

***

SIMPLES

Para entender as coisas mais simples
as mais breves e singelas
bebi da fonte da soberba
escalei a montanha do impossível
cruzei labirintos e encruzilhadas…

No fim dos caminhos
olhando para um grande abismo
encontrei o erro de seguir as grandes pegadas…

Ontem aventurei-me
e ainda descalço
acho que consegui
pois finalmente percebi
como se torna difícil
embarcar no navio do simples…

ERNESTO LOBO, Peru
Tradução portuguesa: Ramon

***

SIMPLITATE

Ca să înțeleg cele mai simple,
scurte și elementare lucruri,
sorbit-am din fântâna vanității,
escaladând muntele imposibil,
trecând prin labirinturi și răspântii …

La capătul acelor drumuri,
scrutând abisul nesfârșit,
am realizat că am greşit călcând pe urme grandioase …

Așa că ieri am cutezat
să merg desculț
și, într-un final,
cred că am izbutit să înțeleg
cât poate fi de greu
să te îmbarci pe nava simplității.

Ernesto Lobo, Peru
Traducere: Gabriela Căluțiu Sonnenberg

***

ПРОСТОТА

Чтобы обычные вещи понять,
самые краткие, самые простые,
я из ручья надменности пил,
покорял невозможные пики,
бродил по перекресткам и лабиринтам …

В конце всех дорог,
упираясь в глубокую бездну,
я осознавал –
ходить по великим следам – ошибка …

Вчера я осмелился
и пошел босиком,
думаю, я преуспел
и наконец понял,
как сложно
сесть на корабль простоты …

Эрнесто Лобо, Перу
Перевод Гермайна Дрогенбродта
Перевод на русский язык Дарьи Мишуевой
Translation into Russian: Daria Mishueva

***

SINTZILLOS

Pro cumprender sas cosas minujas,
sas pius piticas e sintzillas,
apo bìbidu a sa miza de s’artivesa,
iscaladu su monte de s’impossibile,

atruessadu bìvios e labirintos …
A s’acabada de cada caminera
mirande in fundu a s’abismu fungudu,
ap’acabadu
de sighire passos mannos …

Ariseru mi so’ abbenturadu
e galu iscultzu,
apo pessadu de b’èssere arrennèschidu
prite fintzamente apo intesu
cantu siat difitzile
a s‘imbarcare in sa navi de sos sintzillos.

Ernesto Lobo, Peru
Traduzione di Gianni Mascia (Sardinian)

***

JEDNOSTAVNO

Da bih razumeo jednostavne stvari,
na najlakši način,
pio sam sa izvora ponosa,
verao se uz planine nemogućnosti,
prešao lavirinte i raskršća …

Na kraju puteva,
gledajući u veliku provaliju,
uvideo sam svoju grešku:
pratio sam tragove velikana …

Juče sam se usudio
– i to bos-
da idem ličnim putem
i mislim da sam uspeo.
Najzad sam shvatio
koliko je teško ukrcavanje
na brod jednostavnosti.

Ernesto Lobo, Peru
Sa engleskog prevela S. Piksiades

***

SEMPLICI

Pi capiri li cosi minimi,
Li chiù curti li chiù semplici
Bivìju a la surgenti di l’orgogghiu
Scalaju la muntagna mpossibili,
Attravirsaju labirinti e crucivii …

A la fini di li strati,
Taliannu lu gran vacanti,
Scuprìju lu sbagghiu
Di sicutari appressu a pidati eccellenti …

Ajeri m’avvinturaju,
E puru scausu,
Criju ca ci rinisciju,
E all’urtimata capiju
Quantu difficili è
Nchianari supra la navi di lu semplici …

Ernesto Lobo, Peru
Traduzioni in sicilianu di Gaetano Cipolla

***

எளிமையான

சுருக்கமான, எளிமையான முறையில்
சில விஷயங்களை புரிந்து கொள்ள
கெளரவத்தின் ஊற்றிலிருந்து பருகினேன்
முடியாத மலையின் மேல் ஏறினேன்
வளைவுகளையும் குருக்குச சாலைகளையும்
கடந்தேன்!

சாலையின் இறுதியில்
ஒரு ஆழமான பள்ளத்தைபபார்த்து
அருமையான காலடிகளைக்க காணும் தவற்றை
கண்டு கொண்டேன்!

நேற்று துணிந்து முயற்சித்தேன் வெறுங்காலுடன்
நான் இறுதியில் வெற்றி கண்டேன்
என நினைக்கிறேன்
இறுதியில் அறிந்து கொண்டேன்
எளிமை என்ற கப்பலில் ஏறுவது
எவ்வளவு கடுமையென்று!
ஆக்கம், மொழிமாற்றம்

Ernesto Lobo, Peru
Translation into Tamil: DR. N V Subbaraman

Recueil: ITHACA 750
Editions: POINT
Site: http://www.point-editions.com/en/

FRIENDS ITHACA
Holland: https://boekenplan.nl
Poland: http://www.poetrybridges.com.pl
France: https://arbrealettres.wordpress.com
Poland: http://www.poetrybridges.com.pl
Romania: http://www.logossiagape.ro; http://la-gamba.net/ro; http://climate.literare.ro; http://www.curteadelaarges.ro.; https://cetatealuibucur.wordpress.com
Spain: https://www.point-editions.com; https://www.luzcultural.com
India: https://nvsr.wordpress.com; https://ourpoetryarchive.blogspot.com>
USA-Romania: http://www.iwj-magazine.com/journal02

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un songe de printemps (Jin Zan)

Posted by arbrealettres sur 8 décembre 2022



Illustration: Shan Sa
    
Un songe de printemps

Durant la nuit, un air de printemps est entré par la fenêtre.
Il sut gagner rapidement les profondeurs de ma chambre.
Il sut toucher mon âme et la fit convoler sur les bords du Yangzi.
Elle se tenait sur la rive, la belle que le printemps m’amène.
Il dura bien peu ce songe de printemps ;
Le temps d’un mouvement sur l’oreiller.
Mais cet instant si court me fit voyager cent lieues.

(Jin Zan)

(VIII siècle)

 

Recueil: Nuages immobiles Les plus beaux poèmes des seize dynasties chinoises
Traduction: Alexis Lavis
Editions: l’Archipel

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Assis avec ma femme au début du printemps (Xu Junqian)

Posted by arbrealettres sur 7 décembre 2022



Illustration: Shan Sa
    
Assis avec ma femme au début du printemps

Toilettes et parures audacieuses,
Tu t’apprêtes toujours d’avant-garde.
L’herbe encore courte perce au travers des sandales
Les prunes en promesse détachent leur parfum d’à venir
Les arbres s’inclinent pour cueillir ton châle de brocarts
Et l’air s’élève délicat puis dégage ton col écarlate
Remplis ma coupe de vin d’orchidée !
Cette seule vue fait chanter mon esprit.

(Xu Junqian)

(540-609)

Recueil: Nuages immobiles Les plus beaux poèmes des seize dynasties chinoises
Traduction: Alexis Lavis
Editions: l’Archipel

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Peut-être, quand viendra la nuit (Luc Bérimont)

Posted by arbrealettres sur 4 novembre 2022




Illustration
    
Peut-être, quand viendra la nuit
Vais-je poser mes mains autour de ton visage?
Une lampe assourdie balancera le vent
Qui monte des ravins d’octobre avec la pluie
Tu t’approcheras, nue, entre les murs bâtis
Mais je ne connaîtrai de toi que ton visage.
Je retiendrai l’instant comme une écluse haute
Capable d’emporter deux corps dans un courant
Je dirai la raison sourde des marécages
Croupis dans une attente à goût d’orage et d’eau.

Je tiens la nuit contre ma bouche
D’un souffle si léger, si pur
Qu’il entretient le feu des pierres.
Un geste pourrait dévaster
Les jardins en pente du jour;
Le plus court hasard nous tuerait
En ce territoire incertain.

Je reste en vie si loin de toi
Mon absente, ma déferlante
Parce qu’aux confins fous du sang
Luit le pavot bleu du plaisir.

(Luc Bérimont)

Recueil: Le sang des hommes
Traduction:
Editions: Bruno Doucey

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Elle est sauvage et craintive (Paul Nougé)

Posted by arbrealettres sur 28 septembre 2022



Elle est sauvage et craintive,
elle s’enferme dans ses mains de verre,
ses mains qui l’étonnent comme le passage des saisons,
les rébellions de sa chevelure et de ses rêves.
L’ombre de l’été est incertaine.
Elle s’épaissit mais devient courte.
Il ne lui reste qu’un liséré d’ombre.
Encore un peu, c’en est fait, la lumière la brûlera vive.
Ses yeux vont s’ouvrir, ses mains se briser,
si le paysage soudain gelé ne s’unissait au ciel
pour faire ainsi un bloc transparent,
pour les craintes d’Elise une prison de verre
jusqu’à la fin des temps.

(Paul Nougé)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Passé, présent, futur (José Saramago)

Posted by arbrealettres sur 14 mai 2022




    
Passé, présent, futur

Je fus. Mais ce que je fus je ne m’en souviens déjà plus :
Mille couches de poussière masquent, voiles,
Ces quarante visages inégaux,
Si marqués par le temps et les mascarets.

Je suis. Mais ce que je suis est si peu :
Grenouille échappée de la mare, qui a sauté,
Et lors du saut qu’elle fit, aussi haut qu’elle pouvait,
L’air d’un autre monde l’a fait éclater.

Il manque de voir, si cela manque, ce que je serai :
Un visage recomposé avant la fin,
Un chant de batracien, même rauque,
Une vie qui court comme ci comme ça.

***

Passado, presente, futuro

Eu fui. Mas o que fui já me não lembra:
Mil camadas de pó disfarçam, véus,
Estes quarenta rostos desiguais,
Tão marcados de tempo e macaréus.

Eu sou. Mas o que sou tão pouco é:
Rã fugida do charco, que saltou,
E no salto que deu, quanto podia,
O ar dum outro mundo a rebentou.

Falta ver, se é que falta, o que serei:
Um rosto recomposto antes do fim,
Um canto de batráquio, mesmo rouco,
Urna vida que corra assim-assim.

(José Saramago)

 

Recueil: Les poèmes possibles
Traduction: Nicole Siganos
Editions: Jacques Brémond

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Jean-Daniel (Charles-Ferdinand Ramuz)

Posted by arbrealettres sur 6 mars 2022



Illustration: Marfa Indoukaeva
    
Jean-Daniel

I

Ce jour-là, quand je t’ai vue,
j’étais comme quand on regarde le soleil;
j’avais un grand feu dans la tête,
je ne savais plus ce que je faisais,
j’allais tout de travers comme un qui a trop bu,
et mes mains tremblaient.

Je suis allé tout seul par le sentier des bois,
je croyais te voir marcher devant moi,
et je te parlais,
mais tu ne me répondais pas.

J’avais peur de te voir, j’avais peur de t’entendre,
j’avais peur du bruit de tes pieds dans l’herbe,
j’avais peur de ton rire dans les branches;
Et je me disais: «Tu es fou,
ah! si on te voyait, comme on se moquerait de toi! »
Ça ne servait à rien du tout.

Et, quand je suis rentré, c’était minuit passé,
mais je n’ai pas pu m’endormir.
Et le lendemain, en soignant mes bêtes,
je répétais ton nom, je disais: « Marianne… »
Les bêtes tournaient la tête pour entendre;
je me fâchais, je leur criais: « Ça vous regarde?
allons, tranquilles, eh! Comtesse, eh! la Rousse… »
et je les prenais par les cornes.

Ça a duré ainsi trois jours
et puis je n’ai plus eu la force.
Il a fallu que je la revoie.
Elle est venue, elle a passé,
elle n’a pas pris garde à moi.

II

Les amoureux, c’est pour les filles
comme un écureuil dans un arbre;
elles s’amusent à le voir grimper:
sitôt qu’il est loin, il est oublié.
Elles ne pensent qu’à des bagues,
à des chapeaux, à des colliers;
qu’est-ce que çа leur fait qu’on souffre?
sitôt qu’on est loin, on est oublié.

C’est des miroirs à alouettes,
ça brille à distance, mais, quand on est près,
ça n’est plus rien que des morceaux de verre.
Il faut être bien fou pour leur courir après.

Ces filles, c’est comme des poupées
faites avec des ficelles et du carton;
ça a des joues en porcelaine,
ça a le ventre plein de son.

Mais on a beau dire et beau faire,
on n’y peut rien:
quand on est pris, c’est qu’on l’est bien.

III

Je lui demandé pardon dans mes pensées
de l’avoir ainsi méprisée.
Je sais qu’elle est douce et qu’elle a bon coeur.

Je sais qu’elle ne me connaît pas
et qu’il serait bien étonnant
qu’elle eût fait attention à moi
puisqu’elle ne me connaît pas.

Seulement il est dur d’être seul quand on aime.
On est comme fou, on se met en colère,
on pleure, on rit, sans savoir pourquoi.
On n’est pas juste quelquefois,
tant on a mal au coeur qui aime.

Mon coeur a mal, et moi je suis
comme un oiseau qui s’est envolé
et qui ne peut plus se poser,
et qui se sent bien fatigué
loin de son nid.

IV

Elle vit avec sa mère qui est vieille.
Elle l’aide à tenir le ménage.
Elle lave la vaisselle,
elle fait le dîner et les savonnages,
elle travaille du matin au soir:
il n’y a pas beaucoup de filles
qui font comme elle leur devoir.

Quand elle coud, ses doigts vont vite
comme au jeu de pigeon vole,
sa tête se penche sous la lampe,
sous la lampe sa tête se penche,
elle est appliquée et vaillante.

Elle laisse passer les jours
sans regret du temps qui s’en va,
ayant bien employé ses heures.
Le temps s’en va, elle demeure;
et sa vie est comme un ruisseau
qui coule d’un cours bien régulier,
sous les frênes et les noisetiers,
avec les oiseaux qui viennent y boire
et l’ombre errante vers le soir
des arbres noirs sur le ciel rose.

Et les mois et les mois viendront:
quand sera-t-elle comme elle est,
bonne et gaie, à coudre et à faire la cuisine,
dans une maison qui serait à nous,
dans une maison qui serait notre maison?

V

Car, moi, je suis pauvre et sa mère est riche.
Elle a une ferme et des champs,
elle a de l’argent
tout plein son armoire.

Elle a des chevaux, des boeufs et des vaches,
deux domestiques toute l’année,
des ouvriers quand l’ouvrage est pressant;
sa grange est pleine, ses étames de même;
et elle veut un gendre qui soit riche comme elle.

Il faudrait sans doute qu’on vienne
et qu’on lui dise: «Donnez-moi
votre fille, j’ai du bien
autant que vous;
j’ai comme vous des prés, des vaches et des bois,
alors c’est à égalité, n’est-ce pas ? »
Mais qu’on aime sa fille, elle n’y pense même pas.

Elle aura pour gendre un coureur d’auberges,
une espèce de beau parleur
qui fait briller ses écus
pour qu’on sache qu’il a de quoi…
Et je n’ai que mon amour, moi.

Seulement aussi amenez-m’en un
qui travaille davantage,
qui boude moins à l’ouvrage,
qui se lève de plus grand matin.

Je dis que des bons bras, c’est de l’argent comptant;
et je porterais des montagnes,
si on me disait: C’est pour Marianne.

VI

Quand le jour est mort, une lampe brille.
C’est la lampe, la petite lampe
que tu as à ta fenêtre,
Marianne, par les temps noirs,
pour les pauvres gens qui sont sur les routes.

On n’a plus peur; on voit de loin la lampe, on dit:
« C’est la lampe de Marianne,
elle est à coudre dans sa chambre avec sa mère »;
et on va vers la lumière,
parce qu’on sait que la porte s’ouvrira.

C’est comme une étoile, celle
qui guidait les bergers dans la nuit de Noël
et ils ont été amenés par elle
dans l’étable chaude où était la crèche
entre le boeuf et l’âne.

Là où la lampe brille, là aussi il fait chaud.
Celui qui vient pousse la porte et dit bonsoir.
On ne voit pas ses yeux sous son grand chapeau.
Sa moustache est givrée, il se fait déjà tard,
et il tient à la main un gros bâton d’épine.

Moi, je suis comme un papillon de nuit
qui tourne autour de la lumière.
Je me glisse le long des murs comme un voleur
pour te voir par la fenêtre.

Je n’ose pas entrer; je n’ose pas heurter;
je regarde de loin
le linge que tu tiens.
Je reste ainsi longtemps sans bouger de mon coin,
les yeux tendus vers toi,
mais c’est mon coeur qui va pour moi.

Il va vers toi, il se tient bien tranquille;
il est dans l’ombre de tes rideaux
il est dans l’aiguille qui brille,
il est dans le fil que tu casses
de temps en temps entre tes dents.

A quoi songes-tu? Sais-tu que je suis là?
Quand je te vois rêver, je pense que c’est à moi;
je ris ensuite de ma sottise.
Mais j’attends quand même
et sans savoir quoi,
jusqu’à ce que ta lampe s’éteigne.

VII

Le dimanche matin, elle va à l’église.
Le clocher a l’air d’un peu se pencher
pour mieux voir les fleurs dans les prés
comme ferait une petite fille
qui cueille un bouquet en chantant;
et la cloche dans le clocher
sonne d’abord un long moment.

Les femmes passent deux par deux;
elles sont en noir par respect pour le bon Dieu,
elles ont leur psautier dans la main.

Les hommes attendent qu’elles soient entrées
devant le porche en causant du beau temps,
du prix du bétail, des travaux des champs;
et il y a tant d’oiseaux dans les haies
que les branches se balancent
comme quand il fait du vent.

Alors, elle aussi, elle vient, elle a des gants blancs,
une robe bleue, un chapeau de paille;
elle traverse la place,
elle entre, je ne la vois plus.

La cloche se tait, le sonneur descend,
ses gros souliers dans l’escalier
font un bruit comme quand on bat en grange;
les gens dans l’église attendent en silence;
le pasteur, avec sa robe noire,
son chapeau de soie et son rabat blanc,
approche d’un air grave dans l’ombre des arbres.
Et je me sens si seul que je voudrais pleurer…

Je serais sur le banc, assis à côté d’elle;
quand elle chanterait, j’écouterais sa voix
et elle pencherait la tête pour prier.

VIII

Comme tu es jolie sur le petit sentier,
où tu vas, portant ton panier
avec le pain et le café
pour les quatre-heures.
L’ombre des cerisiers glisse sur tes épaules,
il fait chaud, les gens se reposent,
assis dans l’herbe, tout en causant,
et, te voyant venir, ils disent:

« Voilà Marianne avec son panier. »
Ils sont contents, parce qu’ils ont faim,
ayant travaillé qu’ils n’en peuvent plus
et le foin qui sèche sent fort au soleil.

Ils te disent: «Vous avez fait
la paresseuse! »
Tu dis: « Mais non, il n’est pas quatre heures. »
Un des ouvriers regarde à sa montre,
il dit: « Que si! il est quatre heures et cinq! »
Et tout le monde
éclate de rire sans savoir pourquoi.

C’est peut-être que le café
est meilleur quand tu le verses.
Tu fais plaisir à regarder
avec ton gros jupon d’indienne;
tu fais plaisir avec cette façon que tu as
de sourire en tendant la miche
et d’avoir soin qu’on soit toujours servi.

IX

Elle est venue un soir pour la première fois.
Il faisait nuit, elle est venue sans bruit.
Je regardais partout, je ne voyais personne
et j’entendais mon coeur battre dans le silence.
Mais, quand je l’ai vue, j’ai eu presque peur
et j’aurais voulu me sauver.

Elle venait entre les saules,
elle allait lentement, est-ce qu’elle avait peur aussi ?
Ou bien est-ce que c’était de l’ombre ?

Je suis allé vers elle, je lui ai dit bonjour.
« Alors, comme ça, ça va bien? »
« Oui, merci. » Nous n’avons plus su que dire.
Il y avait un arbre, l’étang était tout près,
le vent a passé dans les roseaux
et j’ai senti sa main trembler.
« Écoute, est-ce qu’on fait un petit tour? »
« On nous verrait, non, j’aime mieux… »
« On pourrait s’asseoir. » « Ce n’est pas la peine. »
J’ai voulu parler, mais je n’ai pas pu
et elle était déjà partie.

X

Elle m’a dit: «J’ai bien senti
tout de suite
que tu serais mon bon ami
N’est-ce pas? la première fois
qu’on se voit,
on ne s’aime pas,
pour bien dire, encore,
mais çа vient tout tranquillement
avec le temps.
Parce que, tu sais, ma mère est bien bonne
et je l’aime bien aussi,
mais ce n’est pas tout dans la vie.
On peut travailler du matin au soir
et être bien sage, çа n’empêche pas
qu’on pense parfois à des choses.

On se dit: «Il y en a qui ont des enfants,
il y en a qui se sont fait
des trousseaux d’une beauté
qu’on ne peut pas s’imaginer,
et on rêve à se marier
quand même. »

Elle m’a dit: «Je t’aime tellement
qu’il me faudrait bien venir à cent ans
pour t’aimer jusqu’au bout
et que je ne sais pas si j’y arriverais. »
Elle m’a dit: «Et toi, est-ce que tu m’aimes autant? »
« Ah! lui ai-je dit, qu’est-ce que tu penses? »
Et je lui ai serré la main
tellement fort qu’elle a crié.

XI

J’ai été au soleil et je pensais à toi.
Tu es toujours avec moi,
comme avant, mais avec un sourire,
à présent que je sais que, moi aussi, je vais
à tes côtés dans ta pensée.

Des oiseaux tombaient des branches,
l’herbe était fleurie, les foins mûrissaient;
j’avais ma faux, j’ai fauché,
ma faux allait toute seule.

Je suis revenu chercher la charrette,
j’ai chargé mon herbe; la roue grinçait
comme quand tu chantes pour le plaisir
ou pour te tenir compagnie.

Et puis le soir venu, j’ai pensé : « Que fait-elle? »
Je m’étais assis sur un banc,
j’avais mis mes mains dans mes poches;
je fumais ma pipe, je te voyais venir;
et tu étais dans la fumée
comme un de ces anges avec des ailes bleues
qui sont dans les livres.

XII

Je ne sais pas pourquoi
d’autres fois je suis triste
et je n’ai de coeur à rien faire.
Il faudrait faucher, il faudrait semer,
mais je dis: «Tant pis!» qu’il pleuve ou qu’il grêle,
ça m’est bien égal.
C’est ainsi quelquefois sans raison,
à cause d’une manière qu’elle a eue de me parler,
à cause d’un air qu’elle a eu de me regarder,
à cause de son rire,
à cause de sa voix qui était changée et de ses yeux
qui se sont baissés devant les miens,
comme si elle me cachait quelque chose.

Et pourtant je suis heureux quand même.
Je l’accuse à tort parce que je l’aime.
C’est pour me faire mal, et puis je me repens.
J’ai honte de moi, je me dis: «Tout va bien»;
et le bonheur me revient
comme quand la lune sort
de derrière un gros nuage.

XIII

Si ta mère savait pourtant que nous nous aimons,
et que le soir je viens t’accompagner
jusque tout près de la maison,
si elle savait que nous nous fréquentons
et que, cette fois, c’est pour de bon,
que dirait-elle ?

Elle qui a un front ridé,
des mains noires toutes tremblantes,
elle qui ne se souvient plus
de sa jeunesse;
elle qui a oublié le temps où elle allait danser,
et qui ne sait plus ce que c’est
tout le bonheur qu’on a d’aimer,
ta mère, qu’est-ce qu’elle penserait?

Nous ne parlons pas de ces choses
pour ne pas gâter notre bonheur;
nous nous regardons seulement
pour nous redonner du courage.
Car nous ne faisons rien de mal,
n’est-ce pas? il est naturel
d’être amoureux comme nous sommes;
ils ont tous été comme nous.
Et je dis: «Vois-tu, il faudra s’aimer d’autant plus,
d’autant plus fort, d’autant plus doux;
alors peut-être que ta mère aura pitié,
et elle nous laissera nous aimer. »

XIV

Marianne a pleuré, il faisait du soleil,
la cuisine était rose.
Ses larmes coulaient sur ses joues.
Elle a pris son mouchoir, elle a pleuré dedans,
elle s’est assise, n’ayant plus de force.

«Est-ce que c’est vrai que tu l’aimes tant? »
Marianne n’a rien répondu.
«J’aurais voulu pour toi quelqu’un d’autre. »

Marianne a secoué la tête.
«J’ai la raison que tu n’as pas,
j’ai connu la vie, je suis vieille.
Il n’y a pas que l’amour,
l’amour est beau, mais l’amour passe,
tandis que l’argent, ça dure une vie
et qu’on en laisse à ses enfants.»

Marianne a pleuré si fort
qu’on l’entendait depuis dehors.

« Mais maintenant que je t’ai dit ce que je pensais,
je ne voudrais pas te faire de la peine.
Prends ton amoureux si tu l’aimes… »

Marianne a levé la tête
et elle a cessé de pleurer.
« Je crois que c’est un bon garçon,
il aura soin de la maison,
il ne boit pas, il est sérieux,
eh bien, puisque tu le veux,
mariez-vous et soyez heureux. »

Elle a embrassé sa mère sur le front,
elle l’a prise par le cou:
«Tu permettras que je te l’amène?…
Tu verras que j’avais raison. »

XV

Le jour de notre noce, j’y pense tout le temps,
il fera un soleil comme on n’a jamais vu;
il fera bon aller en char
à cause du vent frais qui vous souffle au visage,
quand la bonne jument va trottant sur la route
et qu’on claque du fouet pour qu’elle aille plus fort.
On lui donnera de l’avoine,
en veux-tu, en voilà;
on l’étrillera bien qu’elle ait l’air d’un cheval
comme ceux de la ville;
et trotte! et tu auras ton voile qui s’envole,

et tu souriras au travers
parce qu’il aura l’air
de faire signe aux arbres
comme quand on agite un mouchoir au départ.

On se regardera, on dira: « On s’en va,
on commence le grand voyage;
heureusement qu’il n’y a pas
des océans à traverser. »
Et quand nous serons arrivés,
la cloche sonnera, la porte s’ouvrira,
l’orgue se mettra à jouer;
tu diras oui, je dirai oui;
et nos voix trembleront un peu
et hésiteront à cause du monde
et parce qu’on n’aime à se dire ces choses
que tout doucement à l’oreille.

XVI

Notre maison est blanche, elle est sous les noyers,
ta mère tricote près de la fenêtre;
iI fait chaud, on va moissonner,
mais, comme les foins sont rentrés,
on a un moment pour se reposer.

Tu mets les verres sur la table pour le dîner.
Du rucher, je te vois passer dans la cuisine,
et ta chanson me vient parmi
le bourdonnement des abeilles.

Ta mère s’est levée, elle a mis son tricot
et ses aiguilles dans la corbeille;
elle a l’air heureux de vivre avec nous,
nous sommes heureux de vivre avec elle.

Ne sommes-nous pas heureux de nous aimer,
d’être ensemble, de travailler,
de voir mûrir les foins, les moissons se dorer,
et, plus tard, vers l’automne,
les arbres plus lourds du poids de leurs fruits
jusqu’à terre se pencher?

Tu vas dans la maison, faisant un petit bruit,
et, du matin au soir, c’est toi qui veilles à tout;
pendant que, moi, je vais faucher
et que les chars rentrent grinçants,
hauts et carrés,
comme des petites maisons roulantes.

VII

Un jour je te verrai venir un peu plus lasse
et lourde d’un fardeau que tu n’as pas connu,
tandis que s’épaissit ta taille,
marchant dans le jardin où les roses fleurissent
et je t’aimerai encore un peu plus.

Je songe que tu portes deux vies
et qu’il me faut donc t’aimer doublement
pour toi-même et puis pour celui
qui va naître de tes souffrances.

Je sens que j’ai grandi vers de nouveaux aspects
d’où le monde paraît avec des tristesses,
mais missi avec des joies accrues en nombre;

et, quand je sens ta main s’appuyer sur mon bras,
et l’ombre de ton front se poser sur ma joue,
il me semble avancer sûrement avec toi
vers la réalisation d’une promesse.

XVIII

L’enfant que nous aurons ne nous quittera pas.
Il grandira dans la campagne.
Il sera paysan comme nous.
Il portera la blouse comme son père a fait,
et, comme son père, il traira les vaches;
il fera les moissons, il fera les regains,
il fauchera les foins;
il étendra peu à peu son domaine;
et, lorsque nous serons trop vieux,
quand l’heure du repos sera pour nous venue,
il nous remplacera, maître de la maison.

Il aimera comme nous avons aimé;
les jeux de nos petits-enfants
entoureront notre vieillesse.

Ce sera une après-midi de beau temps;
je serai assis au soleil,
j’aurai joint les mains sur ma canne,
il fera clair sur la campagne;
et toi, utile encore avec tes vieilles mains,
tu iras et viendras, tout près, dans le jardin,
nous acheminant ainsi ensemble
vers l’autre repos, qui est sans fin.

Nos derniers jours seront paisibles,
nous aurons fait ce que nous devions faire;
il y a une tranquillité qui vient,
une grande paix descend sur la terre.

Nous nous parlerons du passé:
te souviens-tu du jour où tu avais pleuré,
te souviens-tu du jour de nos noces?
on avait sonné les deux cloches
qu’on voyait bouger en haut du clocher.

Te souviens-tu du temps des cerises
et on se faisait avec des boucles d’oreilles,
et du vieux prunier qu’on secouait
pour en faire tomber les prunes?

Le cadet des garçons arrive alors et dit:
«Grand’mère, la poule chante,
elle a fait l’oeuf. »
«Va voir dans la paille, mon ami.»
Et nous sourions de le voir qui court
tant qu’il peut, à travers la cour,
sur ses grosses jambes trop courtes.

(Charles-Ferdinand Ramuz)

Recueil: Le Petit Village
Traduction:
Editions: Héros-Limite

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :