Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘naître’

Tu as erré (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 17 juillet 2018




    
tu as erré
souvent perdu pied
connu des heures
d’épouvante

tu allais crever là
sans avoir rien compris
rien vécu rien accompli

crever de n’avoir pu
te faire naître

un jour
le chemin
s’est ouvert

tu n’as plus fait
que marcher
et au sortir
de la forêt
ayant vaincu
la peur
un autre regard
t’a été donné

(Charles Juliet)

 

Recueil: L’Opulence de la nuit
Traduction:
Editions: P.O.L.
Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Métaphores de la métamorphose (Teresa Rita Lopes)

Posted by arbrealettres sur 9 juillet 2018



Métaphores de la métamorphose

I

Becqueter
l’oeuf

déchirer
le voile

naître
à nouveau

de son libre
vol

II

Sortir
du ventre
de la nuit

d’un jet
déboucher
sur le jour

pauvre
giron

tablier
de deuil

Et malgré tout
aimer

téter
goulûment
la vie

***

Metâforas da metamorfose
I

Bicar
o ovo

romper
o véu

nascer
de novo

de seu livre
voo

II

Sair
da barriga
da noite

de jacto
desembocar
no dia

regaço
pobre

avental
de luto

E apesar de tudo
amar

mamar
corn gula
a vida

(Teresa Rita Lopes)


Illustration: Vladimir Kush

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

L’ABSENCE (Ewa Lipska)

Posted by arbrealettres sur 7 juillet 2018



Illustration: Rafal Olbinski
    
L’ABSENCE

Ton Absence fleurit.
Un avion de reconnaissance sans pilote
tournoie au-dessus de moi.

Un mixer bat la mousse des nuages.
Parfum épique de la rose à cent feuilles
après quoi n’est restée que la confiture.

D’un vol d’oiseau naît une chanson d’amour.
Tu me remets au bon soin de la vie
je te confie au jardin d’Eden.

(Ewa Lipska)

 

Recueil: Moi ailleurs l’écharde
Traduction: Isabelle Macor-Filarska et Irena Gudaniec-Barbier
Editions: Grèges

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

AVOINE (Jean Grosjean)

Posted by arbrealettres sur 6 juillet 2018



 

Illustration: Claude Monet    
    
AVOINE

L’avoine est coupée d’hier.
Ce jour est pareil aux autres.
La grande herbe se balance
depuis les débuts du monde.

Le ruisseau des heures ne cesse
de fuir et de naître.

La brise oublie dans le ciel
un nuage hirsute.
Rien ne quitte les yeux
sans fréquenter l’âme.

(Jean Grosjean)

 

Recueil: Nathanaël
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ritou (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 5 juillet 2018




    
Ritou, ta tête est belle sous des cheveux
où le soleil est pris comme dans un filet
et le soir les lampes s’allument plus douces
au contact de tes boucles et de ton regard.

Sûre de toi, tu tends les mains à la pluie
et tu t’étonnes de ne pouvoir la retenir.
Les mots sont dans ta bouche comme les pousses
qui trouent la terre dans la fraîcheur du matin.

Les herbes font contre ton visage
leurs bonnes caresses de bêtes
et toutes les fleurs te fêtent
comme si le monde venait de naître avec toi.

Quand tu entres dans la mer,
tu ris de n’avoir plus de jambes
et l’eau que tu fais jaillir
retombe sur toi comme un feuillage.

Les papillons te poursuivent
pour se poser sur tes yeux
et la rosée est pour tes joues
ton premier baiser d’amour.
dont il ne connaît que les bords
et où il se cogne jusque dans ses rêves.

Enchaîné à ses pas, il reste sur place
malgré l’appel amical du couchant
et son désespoir est si grand
qu’il ne peut, même en pleurant, perdre la face.

Il n’a plus que la ressource
de ramener les limites de l’horizon
à celles de son lit où, plomb,
il descend au fond de la plus noire des sources.

(Lucien Becker)

 

Recueil: Rien que l’amour
Editions: La Table Ronde

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce n’est pas moi (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 4 juillet 2018



Illustration: Philippe Legoubin
    
Ce n’est pas moi qui mourrai
dans mon mourir.

Est-ce moi qui naquis
dans mon naître?

(Roberto Juarroz)

 

Recueil: Martine Broda pour Roberto Juarroz
Traduction: Martine Broda
Editions: José Corti

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Amsterdam (Jacques Brel)

Posted by arbrealettres sur 4 juillet 2018



Amsterdam

Dans le port d’Amsterdam
Y a des marins qui chantent
Les rêves qui les hantent
Au large d’Amsterdam
Dans le port d’Amsterdam
Y a des marins qui dorment
Comme des oriflammes
Le long des berges mornes

Dans le port d’Amsterdam
Y a des marins qui meurent
Pleins de bière et de drames
Aux premières lueurs
Mais dans le port d’Amsterdam
Y a des marins qui naissent
Dans la chaleur épaisse
Des langueurs océanes

Dans le port d’Amsterdam
Y a des marins qui mangent
Sur des nappes trop blanches
Des poissons ruisselants
Ils vous montrent des dents
A croquer la fortune
A décroisser la Lune
A bouffer des haubans
Et ça sent la morue
Jusque dans le coeur des frites
Que leurs grosses mains invitent
A revenir en plus
Puis se lèvent en riant
Dans un bruit de tempête
Referment leur braguette
Et sortent en rotant

Dans le port d’Amsterdam
Y a des marins qui dansent
En se frottant la panse
Sur la panse des femmes
Et ils tournent et ils dansent
Comme des soleils crachés
Dans le son déchiré
D’un accordéon rance
Ils se tordent le cou
Pour mieux s’entendre rire
Jusqu’à ce que tout à coup
L’accordéon expire
Alors le geste grave
Alors le regard fière
Ils ramènent leur batave
Jusqu’en pleine lumière

Dans le port d’Amsterdam
Y a des marins qui boivent
Et qui boivent et reboivent
Et qui reboivent encore
Ils boivent à la santé
Des putains d’Amsterdam
De Hambourg et d’ailleurs
Enfin ils boivent aux dames
Qui leur donnent leur joli corps
Qui leur donnent leur vertu
Pour une pièce en or
Et quand ils ont bien bu
Se plantent le nez au ciel
Se mouchent dans les étoiles
Et ils pissent comme je pleure
Sur les femmes infidèles

Dans le port d’Amsterdam
Dans le port d’Amsterdam.

(Jacques Brel)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

L’état auquel je me trouvai (Jean-Jacques Rousseau)

Posted by arbrealettres sur 29 juin 2018



Illustration
    
L’état auquel je me trouvai dans cet instant est trop singulier
pour n’en pas faire ici la description.

La nuit s’avançait.
J’aperçus le Ciel, quelques étoiles, et un peu de verdure.

Cette première sensation fut un moment délicieux.
Je ne me sentais encore que par là.

Je naissais dans cet instant à la vie,
et il me semblait que je remplissais de ma légere existence
tous les objets que j’apercevais.

Tout entier au moment présent je ne me souvenais de rien ;
je n’avais nulle notion distincte de mon individu,
pas la moindre idée de ce qui venait de m’arriver ;

je ne savais ni qui j’étais, ni où j’étais ;
je ne sentais ni mal, ni crainte, ni inquiétude.

Je voyais couler mon sang,
comme j’aurais vu couler un ruisseau,
sans songer seulement que ce sang m’appartînt en aucune sorte.

Je sentais dans tout mon être un calme ravissant,
auquel chaque fois que je me le rappelle je ne trouve rien de comparable
dans toute l’activité des plaisirs connus.

(Jean-Jacques Rousseau)

 

Recueil: Les Rêveries du promeneur solitaire / Deuxième Promenade

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je n’ai pas peur de la mort (Mark Twain)

Posted by arbrealettres sur 27 juin 2018



 

Brendan Monroe _Gastrointestinal_Gas_with_Particles_2007_992_97

Je n’ai pas peur de la mort.
J’ai été mort
pendant des milliards
et des milliards d’années avant de naître,
et je n’en ai pas souffert
le moins du monde.

(Mark Twain)

Illustration: Brendan Monroe

 

Posted in humour, méditations | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Le centre de l’amour (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 26 juin 2018



    

Le centre de l’amour
ne coïncide pas toujours
avec le centre de la vie.

L’un et l’autre centre
se cherchent alors
comme deux animaux affligés.
Mais presque jamais ne se trouvent,
car la clef de la coïncidence est autre :
naître ensemble.

Naître ensemble,
comme devraient naître et mourir
tous les amants

(Roberto Juarroz)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :