Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘temple’

MANDALA (Pierre Jean Jouve)

Posted by arbrealettres sur 15 juin 2018



Illustration: Fabrice Vacherot
    
MANDALA

Dans une contrée étrangère
Entretien sur ce qui n’est pas :
Recherche du Nom sans personne
Et de la Personne sans nom

Recherches des routes sans pont
Et de lacs où nulle eau ne sonne
Des temples bâtis sans lumière
Nuit où le soleil ruissela

Désir du membre sans moteur
De l’action sans corps de bête
De l’éternité sans pâleur

Et par le silence des fêtes
Faim du Souverain qui là-bas
Se dérobe dedans l’état.

(Pierre Jean Jouve)

 

Recueil: Diadème suivi de Mélodrame
Traduction:
Editions: Gallimard
Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le temple blanc (Anise Koltz)

Posted by arbrealettres sur 8 juin 2018




Illustration: Chris Peters  
    
Le temple blanc
de mes os
fut érigé
pour qui?

(Anise Koltz)

 

Recueil: Somnambule du jour Poèmes choisis
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

La vieille dame (Franck André Jamme)

Posted by arbrealettres sur 26 mai 2018




    
La vieille dame se rassemble,
en fait un petit baluchon :

« Un soir, sur un mulet argent,
elle partit méditer près de son temple préféré.

Là, au coeur de la nuit, elle eut un rêve :
elle se vit soudain prise par le vent.

Au matin, une pensée qui n’était plus une pensée
vint se poser sur son épaule. »

(Franck André Jamme)

 

Recueil: La récitation de l’oubli
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La cloche du temple s’est tue (Bashô)

Posted by arbrealettres sur 15 mai 2018




    
La cloche du temple s’est tue.
Dans le soir, le parfum des fleurs
En prolonge le tintement.

(Bashô)

 

Recueil: Haïku
Traduction: Philippe Jaccottet
Editions: Fata Morga

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le temple (Jean Grosjean)

Posted by arbrealettres sur 14 mai 2018



Illustration
    
Le temple

Les nuages déploient leurs courses au-dessus de nous
sans voir que notre vie est un travail interminable criblé
de fêtes éternelles.

Ce chemin le long de la barrière оù se penchent des fleurs d’iris
ne mène pas au temple, il est lui-même le temple.
Et ta main sur mon épaule avant que j’aie pu tourner la tête.

(Jean Grosjean)

 

Recueil: Arpèges et paraboles
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES MURS NE CROULENT PAS (Hilda Doolittle)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2018



 

LES MURS NE CROULENT PAS

Il existe, par exemple, une formule
en chaque coquillage :

la mer pousse, continuelle,
et ne peut rien contre corail,

os, pierre, marbre
taraudés du dedans par cet artisan,

l’hôte de la coque :
huître, palourde, mollusque,

c’est un maître-maçon qui façonne
la merveille de pierre :

oui, cet ermite amorphe, flasque
là-dedans, comme la planète

pressent le fini,
il limite l’orbite

de son être, sa maison,
temple, sanctuaire, lieu saint :

il délivre les portails
à intervalles fixes :

tiraillé par la faim,
il s’ouvre au flux de la marée :

mais l’infini ? non,
de rien-de-trop :

je ressens ma propre limite,
les mâchoires de ma coque claquent

et refusent l’invasion du sans-limite,
le poids de l’océan ; l’infinité de l’eau

ne peut me briser, moi œuf dans ma coquille ;
cercle clos, immortel, complète

plénitude, je sais la force
de la marée, et la bonace

tout autant que la lune ;
le poulpe et son obscurité

sont sans pouvoir contre
sa froide immortalité ;

de même moi à ma façon, je sais
que la baleine

ne peut me digérer :
tiens bon dans ton orbite limitée, statique,

toute petite, et les mâchoires de requin
de ce qui dehors t’entoure

te recracheront :
sois indigeste, dur, sans cœur,

et ainsi vivant en dedans,
engendre-toi, toi-même de toi-même,

et sans toi,
cette perle-de-grand-prix.

***

THE WALLS DO NOT FALL

There is a spell, for instance,
in every sea-shell:

continuous, the seathrust
is powerless against coral,

bone stone marble
hewn from within by that craftsman,

the shell-fish:
oyster, clam, mollusc

is master-mason planning
the stone marvel:

yet that flabby, amorphous hermit
within, like the planet

senses the finite,
it limits its orbit

of being, its house,
temple, fane, shrine:

it unlocks the portals
at stated intervals:

prompted by hunger,
it opens to the tide-flow:

but infinity? no,
of nothing-too-much:

I sense my own limit,
my shell-jaws snap shut

at invasion of the limitless,
ocean-weight; infinite water

can not crack me, egg in egg-shell;
closed in, complete, immortal

full-circle, I know the pull
of the tide, the lull

as well as the moon;
the octopus-darkness

is powerless against
her cold immortality;

so I in my own way know
that the whale

can not digest me:
be firm in your own small, static, limited

orbit and the shark-jaws
of outer circumstances

will spit you forth:
be indigestible, hard, ungiving

so that, living within,
you beget, self-out-of-self,

selfless,
that pearl-of-great-price.

(Hilda Doolittle)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Notre amour (Bruno Grégoire)

Posted by arbrealettres sur 27 avril 2018




    
Notre amour moins un temple
qu’une piste à contempler ?
où la pierre n’est de part et d’autre
que liberté de rocailles.

(Bruno Grégoire)

 

Recueil: L’épingle du jeu suivi de Sans
Traduction:
Editions: Obsidiane

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Comme un oeil (Ludovic Janvier)

Posted by arbrealettres sur 24 avril 2018



Comme un oeil

Le rien à faire à la taille du vent
les gris les rauques au silence impossible
les cris d’enfants qui dansent le départ
les vols de mouettes aux longs temples de bleu
ce temps couché dont la mer est la table
lorsque debout dans l’éternel retour
jambe tendue tu cherches à déchiffrer
comme en rêvant la figure du sable
ou pris de sel couché dans les éclats
entre le ciel et l’ombre sous les ombres
nageur tu gagnes et tu fends la fraîcheur
le corps dans l’eau comme un oeil grand ouvert

(Ludovic Janvier)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Lavé des pluies (Anne Goyen)

Posted by arbrealettres sur 23 avril 2018



Illustration    
    
à la mémoire de Jean Baucomont

Lavé des pluies
Brassé des vents
Brûlé des feux du jour
Jusqu’à la fibre ultime

Stèle ou colonne
De temple antique

Tu ne dis plus de toi
Que la pure durée
D’une voix qui acquiesce
Au cœur patient du monde

(Anne Goyen)

 

Recueil: Arbres, soyez
Traduction:
Editions: Ad Solem

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans la semence (Anne Goyen)

Posted by arbrealettres sur 22 avril 2018



Illustration: Simon Glaubert
    
Dans la semence
Te voici arbre dormant

Dans la racine
Arbre qui songe
Songe de vie

Dans le tronc
Te voici colonne
De temple universel

Dans la sève
Tu danses
Danse de vie

Dans le feuillage
Tu chantes
Chant d’épousailles

Dans l’écorce
Te voici arbre qui prie
Prière d’ange.

(Anne Goyen)

 

Recueil: Arbres, soyez
Traduction:
Editions: Ad Solem

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :