Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘frais’

C’est l’histoire d’une petite fille (Bruno Grégoire)

Posted by arbrealettres sur 25 avril 2018




    
C’est l’histoire d’une petite fille
qui, plongeant ses mains dans l’eau fraîche
de l’étang,
aimante les libellules,
étrangement.

(Bruno Grégoire)

 

Recueil: L’épingle du jeu suivi de Sans
Traduction:
Editions: Obsidiane
Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La tristesse dans le parc (Anna de Noailles)

Posted by arbrealettres sur 22 avril 2018




    
La tristesse dans le parc

Entrons dans l’herbe florissante
Où le soleil fait des chemins
Que caressent, comme des mains,
Les ombres des feuilles dansantes.

Respirons les molles odeurs
Qui se soulèvent des calices,
Et goûtons les tristes délices
De la langueur et de l’ardeur.

Que nos deux âmes balancées
Se donnent leurs parfums secrets,
Et que le douloureux attrait
Joigne les corps et les pensées…

L’été, dans les feuillages frais,
S’ébat, se délasse et s’enivre.
Mais l’homme que rien ne délivre
Pleure de rêve insatisfait.

Le bonheur, la douceur, la joie,
Tiennent entre les bras mêlés ;
Pourtant les coeurs sont isolés
Et las comme un rameau qui ploie.

Pourquoi est-on si triste encor
Quand le destin est favorable,
Et pourquoi cette inéluctable
Inclination vers la mort ?…

(Anna de Noailles)

Découvert ici: https://eleonoreb.wordpress.com/

Recueil: Le cœur innombrable
Traduction:
Editions:

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le gouffre du jour (Henri Thomas)

Posted by arbrealettres sur 20 avril 2018



    

Le gouffre du jour

A chaque aube étonnant de son cri de colombe
un silence où dormaient les fougères du givre,
le même somnambule ouvre ses grands yeux ivres
et droit dans l’inconnu glisse comme une bombe,

sa clameur en tombant dissipe les forêts,
déchire les filets où s’agitent nos rêves
et dans un grand remous mille maisons se lèvent
et la neuve clarté se tache d’un sang frais ;

villas, palais marins qui buvez la lumière
par toutes vos blancheurs dès l’aurore ravies,
sentez-vous le soleil ourdissant dans la pierre
un réseau frémissant qui capture la vie ?

Les dormeurs de midi verront ces fables sourdes
déchirer leur sommeil en un fiévreux sillage,
à peine s’arrêter pour jeter leur message
et couler dans le sang comme barques trop lourdes.

(Henri Thomas)

 

Recueil:
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

PENSÉES DU SEPTIÈME MOIS (Li Taï Po)

Posted by arbrealettres sur 20 avril 2018



vieille femme316

PENSÉES DU SEPTIÈME MOIS

Au milieu des fleurs de mon jardin,
je songe, en buvant un vin,
frais et transparent comme le jade.
Le vent me caresse doucement les joues
et rafraîchit l’air brûlant ;
mais, quand l’hiver viendra,
comme je ramènerai mon manteau !

La femme, dans la splendeur de sa beauté,
est pareille au vent tiède d’août :
elle rafraîchit et parfume notre vie ;
Mais, lorsque la soie blanche de l’âge couvre sa tête,
nous la fuyons comme le vent d’hiver.

(Li Taï Po)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce matin qui vient se poser (Lorand Gaspar)

Posted by arbrealettres sur 18 avril 2018



Illustration: Katarina Smuraga
    
ce matin qui vient se poser si frais dans tes yeux
tout pleins encore de fragiles porcelaines
le jour poreux
son long baiser de laine
tout ce corps resté pour nuit quelque part.

(Lorand Gaspar)

 

Recueil: Sol absolu et autres textes
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Frais agenouillement (Béatrice Douvre)

Posted by arbrealettres sur 17 avril 2018



Illustration: Julia Perret
    
Frais agenouillement sur les dalles;
la pierre est nue;
la lumière perce le carreau comme une peau.

(Béatrice Douvre)

 

Recueil: Oeuvre poétique
Traduction:
Editions: Voix d’Encre

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

PENSÉES DU SEPTIÈME MOIS (Textes chinois)

Posted by arbrealettres sur 10 avril 2018



 


    
PENSÉES DU SEPTIÈME MOIS
Li-Taï-Pé

Au milieu des fleurs de mon jardin,
je songe, en buvant un vin, frais et transparent comme le jade.

Le vent me caresse doucement les joues et rafraîchit l’air brûlant ;
mais, quand l’hiver viendra, comme je ramènerai mon manteau !

La femme, dans la splendeur de sa beauté, est pareille au vent tiède d’août :
elle rafraîchit et parfume notre vie ;

Mais, lorsque la soie blanche de l’âge couvre sa tête,
nous la fuyons comme le vent d’hiver.

(Textes chinois)

 

Recueil: Le Livre de Jade
Traduction: Judith Gautier
Editions: Plon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

POUR OUBLIER SES PENSÉES (Textes chinois)

Posted by arbrealettres sur 10 avril 2018




    
POUR OUBLIER SES PENSÉES
Ouan-Oui

Réjouissons-nous ensemble
et remplissons de vin tiède, nos tasses de porcelaine.

Le frais printemps s’éloigne,
mais il reviendra ;
buvons tant que nos lèvres auront soif.

Et peut-être oublierons-nous,
que nous sommes à l’hiver de notre âge.
Et que les fleurs se fanent.

(Textes chinois)

 

Recueil: Le Livre de Jade
Traduction: Judith Gautier
Editions: Plon

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SORTILÈGES VUS DE LOIN (Maurice Fombeure)

Posted by arbrealettres sur 10 avril 2018




    
SORTILÈGES VUS DE LOIN

Choses pleines de douceur,
Choses pleines de tendresse,
— Les grenouilles, les souris —
Je songe à vous quand m’oppressent
Les caresses de Paris.

Aux poissons dans les clairières
Et dans l’aube des rivières,
Au bruit des écluses d’eau…
Les cloches au bord du soir
Et les forêts immobiles
Où chassent trop de regards.

Cette mer des sortilèges
A tant baigné mon enfance
Que je reste sans défense
Devant ses bateaux de liège,
Contre ses armées de roses,
Sur ses abîmes où rôde
Une salamandre d’or…

Une chanson d’étincelles
Naît du feu, monte et s’endort.
Les roses tremblent dans l’eau,
Sur ce jardin qu’elle émeut,
En riant de ses pieds nus
Et de barques sur les fleuves
Fraîches de chants reconnus.

(Maurice Fombeure)

 

Recueil: A dos d’oiseau
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

AGONIE (Maurice Fombeure)

Posted by arbrealettres sur 10 avril 2018



Illustration: Jacqueline Fabbri
    
AGONIE

Au chevet du sommeil c’est la porte du mort
Par où l’âme s’en va sans bruit.
Une agonie d’aigles de feu
S’ébat sur la blancheur des draps.
Il faudrait un peu d’eau fraîche;
Il faudrait qu’une main
Caresse ce visage
Déjà mordu, la peur au coeur et l’angoisse à la gorge.
Il faudrait qu’un soleil le prenne dans ses yeux,
Il faudrait qu’une mer l’arrose de ses cruches,
Il faudrait qu’un buisson de nos prairies mortelles
Le cache à son regard anxieux.

Songe aux fumées perdues dans la douceur des soirs,
Blé du ciel immobile et fauché par les cloches;
Songe aux bruits de la vie, songe à l’amour, ô coeur,
Ô coeur qui ne veut pas se rompre, ô coeur de proie.

Mais te voilà déjà tout blanc, comme un baigneur
Pris dans les harpes d’eau, la lumière éternelle.

(Maurice Fombeure)

 

Recueil: A dos d’oiseau
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :