Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Alain Borne)’

La plaidoirie de la brûlure (Alain Borne)

Posted by arbrealettres sur 10 septembre 2018


Matteo-Voyageur-de-I-Infini-45686

Je me couche dans la poussière, les yeux fermés
La nuit sera totale, tant que l’aube
Et le grand jour de ta chair
Ne passeront pas au-dessus de moi
Comme un vol de soleils.

(Alain Borne)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

TE DÉVÊTIR (Alain Borne)

Posted by arbrealettres sur 21 mai 2018



Anna Razumovskaya  1600_629

Te dévêtir
aller vers encore plus de lumière et de brûlure
alors que tu m’aveugles déjà
et que tout de moi se calcine.

Et pourtant
il faut bien après cent chevauchées
que les nues de ma foudre
descendent vers la terre.

Il faut bien que je tombe
adorer tes genoux
et toucher la tiédeur scandaleuse
de ce nid de soleils.

(Alain Borne)

Illustration: Anna Razumovskaya

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

La main touche une jupe (Alain Borne)

Posted by arbrealettres sur 1 mai 2018


Réussite_Malinowsky

La main touche une jupe,
muguets fanés, je me souviens,
tiède comme un début de peau,
un feu de sang brûle les os.
Les joncs craquent sous le corps souple,
et le miel bout dans l’oeillet pourpre,
sur le brasier de myosotis
là-haut où les oiseaux s’étirent.
Carrière de braise rouge,
près d’une eau non doublée de tain
où toute pudeur expire
au vent venu de Si loin,
Sous août bruissant, la fièvre est fraîche,
et la brûlure encore glacée
des lèvres fanées de soif,
et du corps torride de sang.
Voici la baie de tes jambes,
avant cette île foudroyée
où peut-être un peu de neige
attend ma tête sans pensée.

(Alain Borne)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Aucun bonheur aucun malheur (Alain Borne)

Posted by arbrealettres sur 24 décembre 2017




Illustration: ArbreaPhotos
    
Aucun bonheur
aucun malheur
la pierre tranquillisée n’attend plus rien
passent les fleuves.
passent les sangs.

Le rire dans la pâleur humaine
s’est hissé mille fois.

Les larmes mille fois
ont relayé les mers.

et le soleil
tente d’user de son plomb d’or
le lasso qui le tient.

La pierre est là tranquille
grande envie grand exemple
grande promesse sûre.

Mais qui
mais qui quand même
ôtera de mon coeur
cette pierre qui le devient ?

(Alain Borne)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Curandera

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Fidèle à quel nuage (Alain Borne)

Posted by arbrealettres sur 24 décembre 2017




Illustration: ArbreaPhotos
    
Fidèle à quel nuage
à quelle eau sourde
à quel sang fade ?

Un lit se dresse
un ciel s’éveille
un oiseau luit.

Je vis de rêve
je rêve d’îles
je lie avril.

Je vois une ombre
et je me couche
sous son sable.

Portez mes yeux
plus loin que moi
mes sûrs amis.

Si vous m’aimez
pleurez déjà
de mon passage.

(Alain Borne)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Curandera

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Froide l’âme froide (Alain Borne)

Posted by arbrealettres sur 24 décembre 2017



    

Froide
l’âme froide
ne sera par dépaysée
quand l’ange noir écartera
sur le vide les rideaux du fruit.

Que quelqu’un
prenne en pitié le désert
prenne en pitié
le sable teint.

Le sang de la colombe
tombe plus vite que sa neige.

(Alain Borne)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Curandera

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La verdure est posée sur le monde (Alain Borne)

Posted by arbrealettres sur 24 décembre 2017




    
La verdure est posée sur le monde
comme une écharpe de vent clair

Les ruisseaux cherchent le silence
en murmurant entre les pierres

Les feuilles contemplent au fond de l’onde
le fond du ciel et leur image

Le grillon chante de douleur
— il est poète — parmi l’été

(Alain Borne)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Curandera

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les regards oubliés (Alain Borne)

Posted by arbrealettres sur 24 décembre 2017



Illustration: Claude Monet
    
Les regards oubliés sont sur mon coeur
comme des nénuphars sur un lac asséché

(Alain Borne)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Curandera

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

L’automne (Alain Borne)

Posted by arbrealettres sur 24 décembre 2017



Illustration: Pascal Renoux
    
l’
automne
goûte déjà
les premières feuilles
il broutera bientôt
de son mufle roux
toutes les émeraudes
de la sève.

une
femme
n’est pas un lis
et pourtant
lis lis
son amertume
est bien ta tige
mille fois mordue.

immense
neige
où court l’aiguille
de la foudre
ta nudité
comme un vertige.

(Alain Borne)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Curandera

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tu étais jeune (Alain Borne)

Posted by arbrealettres sur 24 décembre 2017



 

Illustration: Edmond Grandjean
    
tu
étais jeune
les seins dormaient
paupières closes
sur l’oeil du lait
et j’avais faim
près de ces roses
roses et noires.

j’
avais
dix doigts pareils
j ‘avais
deux marguerites
j’avais deux plaies
j’avais deux puits
noyant la source.

(Alain Borne)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Curandera

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :