Arbrealettres

Poésie

Mémoire (François Teyssandier)

Posted by arbrealettres sur 11 novembre 2016



Tu écoutes le langage
De l’herbe
Qui bruit doucement
Comme un insecte friand
D’écorce
Et de mots simples

Ici s’éploie
Le bond de l’être
Au champ clos de la mort
L’éclair s’étonne
De cet infini de bleu
Que la lumière
N’épuise pas encore
Au dernier matin de la Terre

(François Teyssandier)

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :