Arbrealettres

Poésie

Je te ferais asseoir au bord de mon lit (Nâzim Hikmet)

Posted by arbrealettres sur 9 octobre 2016



 

Je te ferais asseoir au bord de mon lit
je mettrais sous tes pieds ma peau de loup
Et je resterais devant toi mains jointes et tête baissée
je te regarderais, ô joie, je te regarderais émerveillé
Que tu es belle, mon Dieu, ah que tu es belle
L’air et l’eau d’lstanbul à ton sourire
La volupté de ma ville à ton regard
0 ma sultane, Ô ma Maîtresse, si tu permettais
et si ton esclave Nâzim Hikmet l’osait
Ce serait comme s’il respirait et embrassait Istanbul sur ta joue.

Mais garde-toi
garde-toi de me dire  » approche  »
Il me semble que si ta main touchait ma main
je tomberais mort sur le béton.

(Nâzim Hikmet)

Illustration: Alberto Gálvez

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :