Arbrealettres

Poésie

SANS CADASTRE (Marie-Claire Bancquart)

Posted by arbrealettres sur 6 novembre 2016



SANS CADASTRE

De la rose à l’inadmissible
l’espace étroit comme une trace d’ange
est arpenté par le poète.

depuis les origines il sait
une géométrie plus furtive qu’Euclide.

Toujours tremblent les lieux. La marge
envahit le centre incertain de notre parole.

Et notre double
très doucement se décale de nous
dévoyant notre corps vers le vertige d’intervalles incommensurables
où le Cyclope vit cette chose nocturne
nommé Personne.

(Marie-Claire Bancquart)

Illustration: Salvador Dali

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :