Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Derek Walcott)’

Le temps viendra (Derek Walcott)

Posted by arbrealettres sur 23 février 2019


 


Sylvie Lemelin _Danse Arlequinweb

 

Le temps viendra
où, avec allégresse,
tu t’accueilleras toi-même, arrivant
à ta propre porte
et chacun sourira et souhaitera la bienvenue à l’autre
et dira, assieds-toi là. Mange.
Tu aimeras à nouveau l’étranger que tu étais.
Donne du vin. Donne du pain. Redonne ton coeur
à toi-même, à l’étranger qui t’a aimé
toute ta vie, que tu as ignoré
qui te connaît par coeur.
Assieds-toi, Fais-toi une fête de ta vie.

(Derek Walcott)

Illustration: Sylvie Lemelin

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je scrute l’eau noire (Derek Walcott)

Posted by arbrealettres sur 27 août 2017



Je scrute l’eau noire
où les coques des navires bercent le ciel
sauf, sauf pour une étoile éteinte,
et je pense à la main d’une femme qui en vain se tend hors du lit,
puis se retire, se rappelant où tu es.

***

I stare into black water by whose hulls
heaven is rocked like a cradle,
except, except for one extinguished star,
and I think of a hand that stretches out from her bedside for nothing,
and then is withdrawn, remembering where you are

(Derek Walcott)

Illustration: Ikenaga Yasunari

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il me faut mettre les petits galets froids de la source sur ma langue (Derek Walcott)

Posted by arbrealettres sur 12 juillet 2017



Il me faut mettre les petits galets froids de la source
sur ma langue pour apprendre son langage,
parler en tremble ou en bouleau, avec assurance.
Je frapperai à la porte veuve
de l’un de ces villages
où elle m’accueillera comme une large prairie,
un espace bleu entre les montagnes,
et tenant ses bras par les coudes rompus
je relèverai ses cheveux moites sur un front
aussi chaud que du pain ou un retour au pays.

***

I must put the cold small pebbles from the spring
upon my tongue to learn her language,
to talk like birch or aspen confidently.
I will knock at the widowed door
of one of these villages
where she will admit me like a broad meadow,
like a blue space between mountains,
and holding her arms at the broken elbows
brush the dank hair from a forehead
as warm as bread or as a homecoming.

(Derek Walcott)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :