Arbrealettres

Poésie

Marilyn (Zéno Bianu)

Posted by arbrealettres sur 8 août 2017




    
je m’appelle Norma Jeane Baker
petite soeur absolue
sainte Marilyn

petite soeur de toutes les femmes
j’ai donné
donné sans retour

J ai signé
j’ai payé
diamant sur l’ongle

j’ai cherché
la grande consolation
toujours cherché autre chose

au-delà de tout
jusqu’à me rencontrer
là où les corps célestes brillent en enfer

dans le choeur des damnés
des désaccordés
jusqu’à me rencontrer

et comprendre
qu’une goutte de sang pouvait
se transformer en fleur

qu’un désespoir en talons aiguilles
pouvait défier
le monde

je suis la présence je suis
la pureté
mais la pureté blue-jean bop

la pureté valium
la pureté
cadillac

avec mes frissons d’ange
avec ma peau aux arcs-en-ciel fragiles
avec ma voix aux yeux si tristes

avec mon étourdissant besoin d’enfance
quand ai-je commencé
ma chute en paradis

je fonds sans fin
je suis
un sucre d’amour

je fonds en larmes internes
je suis la douceur de la jouissance
je pourrais faire mourir quelqu’un d’émotion

(Zéno Bianu)

 

Recueil: Satori Express
Editions: Le Castor Astral

Publicités

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :