Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘spécialiste’

Dans ma poitrine (Serge Sautreau)

Posted by arbrealettres sur 23 octobre 2017




    
Dans ma poitrine il y a trois hommes –
un qui ne voudrait pas mourir
maintenant

mais plus tard
plus loin
plus avant –

un autre un aventurier un fou
qui voudrait bien
qui voudrai tout de suite

qui le désire en liberté
si je l’écoute il n’attend que ça
depuis toujours

et il trouve que ça traîne que ça tarde il
me conjure d’accélérer d’abréger
d’asphyxier une bonne fois qu’on passe à autre chose

enfin la fin
s’exclamera-t-il en spécialiste
meurtri de n’avoir pu vérifier ses talents plus tôt

(Serge Sautreau)

 

Recueil: L’ANTAGONIE
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une spécialiste (Pnina Amit)

Posted by arbrealettres sur 3 octobre 2017



Une spécialiste ès pertes
autrefois j’échangeais l’océan par une montagne lointaine
une montagne
par un vrai désert un désert par l’amour fugace d’un homme
lui-même par l’espoir et l’espoir par un oiseau proche de mon âme

la nuit des biches traversent la place Habimah
la rosée matinale témoigne de l’essence du courir

et si je désire la douceur de l’eau
pas d’échange possible

(Pnina Amit)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un scarabée s’est mis au soleil (Tomas Tranströmer)

Posted by arbrealettres sur 20 mai 2016




Sur le pylône bourdonnant d’une ligne à haute tension,
un scarabée s’est mis au soleil.
Sous ses élytres luisants, les ailes reposent, aussi judicieusement repliées
qu’un parachute empaqueté par un spécialiste.

(Tomas Tranströmer)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

SPÉCIALISTE (Georges L. Godeau)

Posted by arbrealettres sur 18 septembre 2015



feu t [800x600]

SPÉCIALISTE

Les feux verts que tu manipules sur le trottoir sont plus lourds que toi.
Pourtant, tu les hisses à l’épaule et tranquille
tu les mets en place, tu les visses, tu les synchronises.
J’ai envie de rester jusqu’au bout pour comprendre.
Moins la mécanique des feux que la tienne.
Car tu vins en ville à trente ans sans l’idée d’un métier.
Quelle marche dans l’ombre as-tu faite pour ce droit de dresser au soleil
et tout seul un carré de machines qui fonctionnent au micron ?

(Georges L. Godeau)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :