Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘épouvantail’

Enfin (Abbas Kiarostami)

Posted by arbrealettres sur 20 mai 2021



Enfin
Un après-midi d’été
Je peux parler à un épouvantail

(Abbas Kiarostami)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | 8 Comments »

Quelle que soit la façon dont on le regarde (Shiki)

Posted by arbrealettres sur 10 février 2021



    

quelle que soit la façon dont on le regarde
il tourne toujours le dos
l’épouvantail

***

どちらから見てもうしろの案山子哉

(Shiki)

 

Recueil: Ah! Le printemps
Traduction: Cheng Wing fun & Hervé Collet
Editions: Moundarren

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Jour de vent (Chiyo-ni)

Posted by arbrealettres sur 4 novembre 2020



Illustration
    
Jour de vent
Il travaille chez le voisin
l’épouvantail

***

風の日はよその仕事を鳴子かな
kaze no hi wa / yoso no shigoto wo / naruko kana

(Chiyo-ni)

 

Recueil: Chiyo-ni Une femme éprise de poésie
Traduction: Grace Keiko / Monique Leroux Serres
Editions: Pippa

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Champs et rizières (Issen)

Posted by arbrealettres sur 24 septembre 2020



Illustration
    

Champs et rizières
à lui seul sont confiés
ah l’épouvantail

(Issen)

 

Recueil: Friches
Traduction: René Sieffert
Editions: Verdier poche

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Drôle de bruit (Bonchô)

Posted by arbrealettres sur 3 juillet 2020




Drôle de bruit
L’épouvantail
Dégringole tout seul

(Bonchô)

Illustration

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

LA MOISSON (Mihai Beniuc)

Posted by arbrealettres sur 17 juin 2020



Illustration: Joseph Matar
    
LA MOISSON

Des coquelicots, fleurs du sommeil,
Envahirent les blés.
L’éclat de la faucille, un sifflement dans les champs de blé mûr,
Une rumeur dans l’air que le feu torture.

O la joie folle dans l’ivresse de la mort,
Mais la tristesse plus encore.
Roi de l’étendue, l’épouvantail balance
Sa tête de chiffons, ses bras de bâtons.

Qui vient pour allaiter les sanglots de l’enfant
Oublié là, dans la terre à sillons ?
Donnez-moi la cruche avec l’eau tiède,
Faites encore des liens pour les gerbes.

Dans la plaine il y a, sur le ciel embrasé, le mirage
Un mensonge aux couleurs criardes.
A l’abri du soleil le boyard
Veille sur sa belle récolte.

Vent, où donc iras-tu pour calmer la douleur
Des plaies, le feu des fronts ridés ?
Roi de l’étendue, l’épouvantail regarde.
En chiffons la tête, en bâtons les bras.

(Mihai Beniuc)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le présent (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 21 avril 2020


Les basques d’une vêture d’épouvantail
battent au vent terrien
s’écroule un mur de tessons
les fins lézards
n’en meurent pas
non plus les enfants acharnés
lançant des pierres au ciel
le présent fulgure
comme lorsqu’il était
désert d’hommes.

(Jean Follain)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un épouvantail sans manteau (Abbas Kiarostami)

Posted by arbrealettres sur 18 avril 2019



Un épouvantail sans manteau
Dans une nuit froide d’hiver

(Abbas Kiarostami)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 1 Comment »

Les premiers épis (Micheline Boland)

Posted by arbrealettres sur 15 janvier 2019



 

épouvantail

Les premiers épis
ici et là des oiseaux
~ l’épouvantail veille

(Micheline Boland)

 

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , | 1 Comment »

PASSAGES D’OISEAUX (Ernest Delève)

Posted by arbrealettres sur 21 août 2018



 

Léopold Survage 6

PASSAGES D’OISEAUX

La nuit plus rien que la fascination immense
De tous les feux perdus mais toujours allumés
Ailleurs et maintenant ce sont comme des lampes
Ses larmes qu’il suspend sur ce qu’il a aimé
On lui prend le soleil qu’il avait amassé

Rien les cendres qui volent ce sont les abattis
Noircis du bel oiseau qui fut un incendie
Le phénix est éteint peut-être pour toujours
Il n’y a plus qu’oiseaux de nuit des oiseaux lourds

Je renaîtrai je renaîtrai l’amour me fera brûler
Rien ce bruit c’est la nuit battante sur la porte
Faisant jaillir le sang et la lumière folle
De la coquecigrue offerte à la huaille
Hibou livré aux clous pour être épouvantail

Je partirai je volerai avec mes ailes déchirées

Rien cette obscurité toutes couleurs perdues
L’oiseau de la couleur nécessaire à la vue
N’est plus beau tout oiseau disparaît avec lui
Invisibles oiseaux sans pouvoirs dans la nuit

Tu me verras tu me verras bientôt l’amour me parera

(Ernest Delève)

Illustration: Léopold Survage

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :