Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Elise Turcotte)’

Je me souviens de poèmes sauvages (Élise Turcotte)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2018



Illustration: Élise Turcotte
    
Je me souviens
de poèmes sauvages
peu nombreux
telles des plantes nouées
qui naissent
sous la véranda
je les récite
sans bouger les lèvres
sous l’eau
ma peau a changé
je ne crois pas aux baisers

Des jours entiers
à fouiller
dans les cendres
volantes

J’arrache un poème
sur le dos
de l’inhumanité

La violence
possède aussi
un déguisement
c’est l’esprit
de nouveauté

J’ai cru dormir un instant
un miracle se produisait
je courais
en suivant des pistes de loups
le temps était aussi complexe
que lumineux
mais c’est faux
je ne dors pas
la fatigue
ne m’atteint plus

(Élise Turcotte)

Découvert ici: https://desmotsetdesnotes.wordpress.com/

Recueil: Sombre ménagerie
Traduction:
Editions: du Noroît

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce n’est pas un voyage (Elise Turcotte)

Posted by arbrealettres sur 6 juin 2017



 

Illustration: Ryszard Miłek

    

Ce n’est pas un voyage

Plusieurs fois je suis partie
entraînant avec moi des segments de récits.
Une armée de voix livrées sur la scène.
Comme à l’intérieur d’un puits.

N’emporte rien avec toi.
Le mot le plus pauvre attend ton retour.
Mort plusieurs fois,
et revenu à la vie.

Une pauvre lueur.
Sans parler d’éternité.

(Elise Turcotte)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’accomplissais tous les gestes d’usage (Elise Turcotte)

Posted by arbrealettres sur 5 juin 2017



Illustration: Erica Hopper
    
J’accomplissais tous les gestes d’usage,
servir, relancer la conversation, changer la musique,
mais en arrière-plan
il y avait une scène de désolation.

(Elise Turcotte)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quelquefois (Elise Turcotte)

Posted by arbrealettres sur 5 juin 2017



    

Quelquefois, elle (Maria, sa fille)
s’arrête de jouer et me demande de venir la consoler.
Je la console.
Même si je ne sais pas de quoi.

C’est une chose que son père n’a jamais su faire pour moi.
Ni aucun homme d’ailleurs.

Quand on pleure, il faut passer une sorte d’examen,
être capable de dire pourquoi, et, si on réussit,
on a le droit d’être serrée dans leurs bras.

(Elise Turcotte)

Illustration: Edvard Munch

Posted in méditations, photos | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une chose qui n’existe pas (Elise Turcotte)

Posted by arbrealettres sur 4 juin 2017



 

    

Une chose qui n’existe pas
ne peut nous être enlevée !

(Elise Turcotte)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , | 2 Comments »

L’amour s’est donc épanoui (Elise Turcotte)

Posted by arbrealettres sur 4 juin 2017



 

Illustration: Marc Chagall
    
L’amour s’est donc épanoui
pendant quelques jours seulement.

Mais c’est assez, quelques jours.

Parfois même quelques heures sont suffisantes
pour transformer une vie.

(Elise Turcotte)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Ainsi, le rêve court (Elise Turcotte)

Posted by arbrealettres sur 6 avril 2017



Ainsi, le rêve court
dans une chambre de satin rouge.
Rubans d’histoire.
Décor de pluie.

Il n’y a pas d’hôtel
pour la solitude :

le sable paraît lointain,
la peau s’échange
contre le ciel.

Peau lactée.
Je grandis près de toi
Le matin
ne revient pas.

(Elise Turcotte)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’ai toujours pensé (Elise Turcotte)

Posted by arbrealettres sur 6 avril 2017



J’ai toujours pensé que toutes les choses étaient liées,
même si c’est parfois par un fil invisible,
et qu’il faut porter à tout une extrême attention
parce qu’en perdant une seule petite chose,
on pouvait laisser tomber tout le reste.

Je pensais qu’une chemise mal attachée
était liée au désordre de l’univers.

(Elise Turcotte)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous aimons donc, finalement, les aiguilles qui tournent (Elise Turcotte)

Posted by arbrealettres sur 6 avril 2017



Nous aimons donc, finalement,
les aiguilles qui tournent.
Nous aimons qu’il soit l’heure de quelque chose,
après le hasard et l’amour
qui sépare en deux la maison.

Nous dînons avec des amis,
ajoutant des livres sur les étagères;
cela nous remplit de paysages.

Un dimanche, il y a des larmes,
la vie qui arrête
et qui brûle près de nous.

Nous regardons,
finissons notre repas
dans les ténèbres.

(Elise Turcotte)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans la vraie vie (Elise Turcotte)

Posted by arbrealettres sur 6 avril 2017



Dans la vraie vie,
on entre souvent dans les histoires d’amour
par le milieu.

C’est pour cela que les choses
mettent tellement de temps à commencer.

(Elise Turcotte)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :