Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘acclamer’

Notre Dame des Neiges (Hilda Doolittle)

Posted by arbrealettres sur 19 janvier 2019



Ingres  sainte-marie-mere-de-dieu

Hommage aux anges
[30]

Nous voyons sa main sur son giron,
lissant la soie vert pomme

ou la soie reinette grise ;
nous voyons sa main sur sa gorge,

touchant un talisman
rapporté de Jérusalem par un croisé ;

nous voyons sa main dénouer un voile syrien
ou poser un châle vénitien

sur une table polie qui reflète
une demi colonne miniature brisée ;

nous la voyons regarder au-delà d’un miroir
par une fenêtre ouverte,

où barque suit barque lente sur le lagon ;
il y a des fleurs blanches sur l’eau.

[31]

Mais aucune d’elles, aucune d’elles
ne l’évoque comme je l’ai vue,

bien que nous atteignions peut-être
un peu de sa bienfaisance tranquille

dans la gracieuse gentillesse
des sirènes de marbre de Venise,

qui grimpent l’escalier de l’autel
à Santa Maria dei Miracoli,

ou nous l’acclamons sous le nom
d’une autre à Vienne,

Maria von dem Schnee,
Notre Dame des Neiges.

[32]

Car je peux dire en vérité,
ses voiles étaient aussi blancs que neige,

tellement qu’il n’y a foulon au monde
qui sût ainsi blanchir ; je peux dire

qu’elle avait l’air belle, avait l’air jolie,
elle était vêtue d’une robe longue

jusqu’aux talons, mais pas
ceinte d’une ceinture d’or,

il n’y avait ni or, ni couleur,
il n’y avait pas de reflet dans l’étoffe,

ni ombre d’ourlet et de couture,
dans le drapé jusqu’au sol ; elle ne portait

aucun de ses attributs habituels ;
l’Enfant n’était pas avec elle.

***

But none of these, none of these
suggest her as I saw her,

though we approach possibly
something of her cool beneficence

in the gracious friendliness
of the marble sea-maids in Venice,

who climb the altar-stair
at Santa Maria dei Miracoli,

or we acclaim her in the name
of another in Vienna,

Maria von dem Schnee,
Our Lady of the Snow.

For I can say truthfully,
her veils were white as snow,

so as no fuller on earth
can white them; I can say

she looked beautiful, she looked lovely,
she was clothed with a garment

down to the foot, but it was not
girt about with a golden girdle,

there was no gold, no colour
there was no gleam in the stuff

nor shadow of hem and seam,
as it fell to the floor; she bore

none of her usual attributes;
the Child was not with her.

We see her hand in her lap,
smoothing the apple-green

or the apple-russet silk;
we see her hand at her throat,

fingering a talisman
brought by a crusader from Jerusalem;

we see her hand unknot a Syrian veil
or lay down a Venetian shawl

on a polished table that reflects
half a miniature broken column;

we see her stare past a mirror
through an open window,

where boat follows slow boat on the lagoon;
there are white flowers on the water.

(Hilda Doolittle)

Illustration: Ingres

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je l’aime (Albert Lozeau)

Posted by arbrealettres sur 9 juillet 2018




    
Je l’aime et le lui dis toujours en mêmes mots,
Avec de vieux frissons toujours, toujours nouveaux.
Mon cœur changeant, pour elle est demeuré le même ;
C’est mon ancienne voix qui lui dit que je l’aime ;
Et de l’accueil heureux le baiser coutumier,
Ô mystère d’amour ! est toujours le premier !
Ma pauvre âme blasée aux choses de la vie,
Dès que je la revois, en est toute ravie !
C’est elle qu’en mon rêve attendri j’acclamais ;
Et celle-là qui m’est si douce, et plus encore,
Celle-là que d’un cœur toujours jeune j’adore,
Je ne l’aurai peut-être à moi, jamais, jamais !…

(Albert Lozeau)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Ce n’est pas difficile (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2016



Ce n’est pas difficile
Dans une touffe d’herbe
De voir un incendie
Où s’exaltent des cathédrales,

De voir un fleuve qui se presse
Pour les sauver.

Pas difficile
D’y voir des filles nues
Faire la nique aux cathédrales
Et danser sur le fleuve
Qui chante l’incendie,

D’y voir venir l’armée
Crachant par tous ses tanks
Pour, sur le dos du fleuve,
Acclamer sa victoire.

– Mais voir la touffe d’herbe.

(Guillevic)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

RIEN QUE MESSAGE (Jacques Rabemananjara)

Posted by arbrealettres sur 5 janvier 2016




RIEN QUE MESSAGE

Je t’apporte, Déesse, un salut blanc comme la neige.
Un salut nouveau comme le printemps.
Je te l’apporte
riche de tous mes souhaits, de tous mes voeux inavoués.

Mais quel message inédit
récitera l’Oracle du Nord ?

Chaque parole atteint mon coeur d’une lueur de certitude
Manne combien précieuse
dont comble l’affamé du désert ta bouche d’or,
ta bouche de miel
promise au seul baiser de l’extase…

Depuis avant l’aube,
l’attente de l’instant divin
ronge,
fait défleurir l’arbre de la solitude.

Le feu d’un lent tourment
monte de la racine au col des sommets.
L’incendie avance
aussi certain que la marée ;
et toute la plaine s’embrase
mouvante où souffle le Vent nouveau de la Frontière.

Depuis l’aube d’hier,
depuis les chants du Premier Jour,
la terre s’interroge : image de l’âme en éveil.
Et l’oeil hanté
du pâtre-errant a perdu le fil du sommeil.

Les pieds du pèlerin
saignent encore sur la ronce et les os durs des carrefours.
Les perfides poussières
en ont limé la force vive avant l’Etape.

Lassitude ! Lassitude !
Rien que lassitude
sur les sables blancs de l’étendue.

La mort
a d’une main sûre lancé la foudre en flamme,
lancé jusqu’au-delà de la prairie,
sur l’herbe rouge des savanes !

Et m’a ravi le brusque orage
comme l’Aigle la douce Colombe.

Et les ténèbres
ont englouti les cris de mon sang,
ont couvert l’abîme septuple
de l’Angoisse et de l’amertume.

Et j’ai dévoré mes larmes jusqu’à la source,
et j’ai dévoré mes doigts jusqu’aux ongles.

Qui n’a pas reconnu le mendiant,
l’Aveugle à la voix rauque,
assis aux bornes du sentier ?

Le mendiant d’Amour
qui s’en allait pieds nus à travers l’ortie et l’épine,
qui s’en allait quêter la joie au bras de l’horizon !

Voici
qu’au tournant de la nuit
le geste d’un dieu propice
suscite l’Archange clair au bord du précipice !

Et c’est toi que j’acclame, faste de l’aube seconde !
Azur frais et lisse d’un ciel lavé tes yeux d’iris et de béryl.
Plus fabuleux que l’or du Rhin,
que la perle rouge à Golconde !
Irrésistibles
comme l’appel de la magie ou le signe du destin !

[…]
(Jacques Rabemananjara)

Illustration: Andrzej Malinowski

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :