Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘faste’

FEMME FUSÉE (André Pieyre de Mandiargues)

Posted by arbrealettres sur 10 novembre 2018



Illustration: Carole Cousseau
    
FEMME FUSÉE

Flamme t’exaltes-tu
Les plumes de ton envolée
N’émouvront nulle cendre,
Mais si s’embrase ta nacre
Entre le corail et la touffe
Je poserai au point focal
De là où le plaisir bouillonne
Un galet poli comme toi
Par des remous de baisers,
Pour le faste et pour l’abondance
Pour le lest que tu jetteras
Femme fusée ma fleur
Quand tu t’enverras dans les verts
Bien plus tiens que le bleu d’en haut.

(André Pieyre de Mandiargues)

 

Recueil: Ecriture ineffable
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

QUELQUES MOTS (Claude Prouvost)

Posted by arbrealettres sur 11 juillet 2018



 

Gabriel Ferrier  l

QUELQUES MOTS

Je t’écris quelques mots de nuit
Quelques fragments de ma banquise
Un flot d’espoir trop vite enfui
En laissant des mots de hantise

Je t’écris quelques mots de fleurs
Quelques parfums de pétulance
Un peu de faste et de couleurs
Pour peindre mes mots d’espérance

Je t’écris quelques mots d’azur
Quelques vigueurs de forteresse
Un incendie sur le futur
Pour brûler des mots d’allégresse

Je t’écris quelques mots d’amour
Quelques fournaises de ma vie
Ton souvenir en chaque jour
Habillant mes mots d’ambroisie

(Claude Prouvost)

Illustration: Gabriel Ferrier

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DRAGON (Pierre Jean Jouve)

Posted by arbrealettres sur 15 juin 2018



Illustration: William Blake
    
DRAGON

L’angoisse ne me quitte avec ses bouts dorés
Ses lignes ses terrasses
La peur de ce néant que j’ai toujours couché
Dans les cheveux des mortes fastes

un cauchemar géant déploie ses replis verts
Dans sa gueule le feu des pays sous les voiles
De l’amour — et l’inutile ardeur des bleus divers
Fume vers le ciel gouffre où le jour tue l’étoile

Ô midi! c’est ici dame que tu mourus
Digne mémoire et méditation des formes
Que je n’eus point sinon par nostalgies énormes.

(Pierre Jean Jouve)

 

Recueil: Diadème suivi de Mélodrame
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

FASTES (René Char)

Posted by arbrealettres sur 30 décembre 2017




    
FASTES

L’été chantait sur son roc préféré quand tu m’es apparue,
l’été chantait à l’écart de nous qui étions silence, sympathie, liberté triste,
mer plus encore que la mer dont la longue pelle bleue s’amusait à nos pieds.

L’été chantait et ton cœur nageait loin de lui.
Je baisais ton courage, entendais ton désarroi.
Route par l’absolu des vagues vers ces hauts pics d’écume
où croisent des vertus meurtrières pour les mains qui portent nos maisons.
Nous n’étions pas crédules.
Nous étions entourés.

Les ans passèrent.
Les orages moururent.
Le monde s’en alla.
J’avais mal de sentir que ton cœur justement ne m’apercevait plus.
Je t’aimais.
En mon absence de visage et mon vide de bonheur.
Je t’aimais, changeant en tout, fidèle à toi.

(René Char)

 

Recueil: Fureur et mystère
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

A midi durant l’été (Georges Bonnet)

Posted by arbrealettres sur 16 février 2017



hortensia-m

A midi durant l’été
l’ombre du marronnier
atteignait près du seuil de la maison
un géranium aux pâles couleurs
un hortensia protégeant son espace
une poupée abandonnée
aux fastes d’une poussière ancienne

(Georges Bonnet)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mon coeur avait en lui les douleurs de Venise (Georges Rodenbach)

Posted by arbrealettres sur 12 juillet 2016



 

Mon coeur avait en lui les douleurs de Venise
Une ville déchue, une ville qui meurt,
Une ville où le soir lentement s’éternise
La voix d’or du passé dont s’éteint la rumeur,

Une ville de rêve où des canaux prolongent
Leur chemin de silence et de froide douleur
Entre des quais de pierre abandonnés qui songent.
Et mettent dans l’eau sombre un peu de leur pâleur.

Mais voici que, soudain, la cité de mon Ame
A reconquis son faste et son orgueil ancien
Quand vous avez relui, faits d’amour et de flamme,
Soleil roux, toison d’or, drapeau vénitien !

Et mes rêves, baignés du feu des girandoles,
Ont repincé le luth sous la lune en halo,
Et j’ai senti le soir des fuites de gondoles
Qui passaient sur mon coeur étoilé comme l’eau !

(Georges Rodenbach)

Illustration: Roger Suraud

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

FASTE DES GRANDS BEAUX JOURS (Louis Calaferte)

Posted by arbrealettres sur 28 avril 2016



Elles sont vertes et mauves et minérales
les jeunes filles
Certaines sont d’un blond
de blond soleil

FASTE DES GRANDS BEAUX JOURS

(Louis Calaferte)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Retouche à l’en-cas (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 26 avril 2016


oeuf

hirondelles aux oreilles
le soleil en déshabillé
quitte le harem des marguerites
le jour en chat sur la pelouse

ces fastes n’émeuvent pas l’oeuf
dans son coquetier sur le banc
prêt au sacrifice
et blanc pour la nuit qu’il appelle

(Daniel Boulanger)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

MARGUERITE (Jacques Rabemananjara)

Posted by arbrealettres sur 24 décembre 2015




MARGUERITE

I

Mon jardin est peuplé de chimère et de fleurs :
Maturité des fruits ou promesse des roses ?
Marchant dans la blancheur des lis, mon ange en pleurs
Murmure des secrets au seuil des printemps roses.

Azure d’un vol bleu les confins de l’enclos !
Ah ! comme la beauté triste de tes murmures
Adoucirait mon coeur, si l’aveu des sanglots,
Ange, pouvait s’entendre au-delà des ramures !

Renaissantes splendeurs des lunes sur le parc !
Refrains des soleils morts qui traînent sous les branches !
Réveillez-vous, Espoirs, et soutenez un arc
Richement triomphal sur les pelouses blanches.

II

Guide-moi vers l’ombrage où nous attend l’Amour.
Garde bien l’oasis et les floraisons vertes :
Glorifiant la nuit sur la tombe du jour,
Glanons de beaux rayons aux murailles désertes.

Un astre que nos voeux sauront longtemps bénir
Unira nos destins flambants de feux de cierges.
Unique volupté ! Frissons de souvenir !
Ubéreuse aventure à travers les champs vierges !

Est-ce que je devrais, à l’ombre du bonheur,
Effeuiller de nouveau les peines et les larmes ?
Errants dans la forêt où chasse la Douleur,
Emploierons-nous la vie à conquérir des charmes ?

III

Rêves que j’ai formés depuis que ton regard
Remplace au firmament les miracles stellaires !
Reposons-nous tardifs dans la paix des remparts
Roses de crépuscule et de visions claires…

Il me faut t’ériger un temple de bambous,
Immoler à tes pieds ma plus tendre génisse.
Ivre, je répandrai son sang sur tes genoux :
Immobile elle aura l’ardeur du sacrifice.

Tenterai-je l’assaut des autels que défend
Ton geste impérial de sibylle et de reine ?
Tu fixeras plutôt dans mes songes fervents,
Timides et pieux notre heure souveraine.

Enlacés dans le faste et l’éclat du matin,
Ensemble nous lierons les gerbes du destin :
Et nous irons cueillir des fleurs de « Marguerite »
Enceintes de parfum, de silence et de rite…

(Jacques Rabemananjara)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES PÉTALES DE JUIN (Henry Bauchau)

Posted by arbrealettres sur 19 novembre 2015




LES PÉTALES DE JUIN

La pivoine déliée
Par un geste de silence
Abandonne sur la table
Les pétales odorants
De la divine abondance

Et dans l’autre liturgie
Grands dieux animaux rêvant
Dans l’ombre aux fastes cruels
Aux vestiges adorants
De la caverne abolie

(Henry Bauchau)

Illustration: Edouard Manet

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :