Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Mawlana Rûmî)’

Quelle joie (Mawlana Rûmî)

Posted by arbrealettres sur 4 octobre 2017




   
Quelle joie,
lorsqu’à la perle je fus uni,

Telle une vague, avec le vent,
tout mon être fut dispersé.

Dispersé comme l’éclair, de la mer,
j’ai révélé les secrets,

Puis, comme un nuage vidé,
au bord de l’eau, je me suis couché

(Mawlana Rûmî)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je suis un rayon du Soleil (Mawlana Rûmî)

Posted by arbrealettres sur 4 octobre 2017



    

Je suis un rayon du Soleil,
bien que j’erre parmi toutes ces demeures.

Je suis cornaline, or et rubis,
bien que je sois né d’eau et d’argile.

Quelle que soit la perle que tu vois,
cherche-en une autre en elle.

Chaque atome de poussière dit:
« Intérieurement je suis un trésor ».

Chaque joyau te dit:
« Ne te contente pas de ma beauté,car la lumière de ma face
provient de la chandelle de ma réalité intérieure ».

Je me tairai,
car tu ne peux comprendre.

Ne secoue pas la tête,
n’essaie pas de me tromper,
car mon œil discerne l’intelligence

(Mawlana Rûmî)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous sommes tous des lions (Mawlana Rûmî)

Posted by arbrealettres sur 4 octobre 2017




Illustration: ArbreaPhotos
    
Nous sommes tous des lions,
mais sur une bannière :

nous ne bougeons
qu’à cause du vent

(Mawlana Rûmî)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Hier soir j’ai donné à une étoile (Mawlana Rûmî)

Posted by arbrealettres sur 4 octobre 2017



 

Illustration
    
Hier soir j’ai donné à une étoile un message pour Toi :
« Présente », lui dis-je, « mon hommage à cette beauté de lune ».

Je m’inclinai, et dis : « Apporte cet hommage au Soleil
Qui dore l’ âpre roc de sa brûlure ».

Je dénudai ma poitrine, je lui montrai mes blessures.
« Donne des nouvelles de moi », dis-je, « à cet Aimé qui s’abreuve de mon sang ».

De çà de là me balançai, pour que l’enfant — mon coeur — s’apaise,
— Bercé, l’enfant s’endort dans son berceau —.

Ô toi qui à chaque instant soulages cent déshérités comme moi,
Donne à mon coeur-enfant le lait, délivre-nous de ses pleurs !

La demeure du coeur, de toute éternité, est la cité de l’union.
Combien de temps laisseras-tu dans l’exil ce coeur désolé ?

(Mawlana Rûmî)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pourquoi, mon coeur (Mawlana Rûmî)

Posted by arbrealettres sur 4 octobre 2017




    
Pourquoi, mon coeur,
rester captif dans la terre éphémère ?

Envole-toi de ta prison :
tu es un oiseau du monde spirituel.

Tu es un tendre ami,
toujours au delà du voile secret :

Pourquoi faire ta maison
de ce monde périssable ?

Vois ta misère,
et élance-toi !

Quitte Cette prison du monde formel
pour la prairie des Idées !

(Mawlana Rûmî)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si tu veux être à l’abri de tout mal (Mawlana Rûmî)

Posted by arbrealettres sur 4 octobre 2017



Illustration
    
Si tu veux être à l’abri de tout mal,
ferme tes yeux à tout ce que tu perçois de prime abord,
et regarde au loin.

Vois que toutes les choses non-existantes existent en réalité!
Vois que toutes les choses existantes sont assurément viles.

Vois au moins que quiconque possède l’intelligence
cherche le non-être jour et nuit.

En mendiant, ils cherchent un bienfait qui n’existe pas;
au bazar, ils cherchent un profit qui n’existe pas.

Dans les champs, ils cherchent une récolte qui n’existe pas;
dans les bosquets, ils cherchent un palmier qui n’existe pas.

Dans les écoles, ils cherchent un savoir qui n’existe pas;
dans les monastères,ils cherchent une abstinence qui n’existe pas.

Ils ont jeté les choses existantes derrière eux,
ils sont les chercheurs et les esclaves de choses qui n’existent pas.

Car la mine et le trésor des actes divins
n’est autre que le non-être se manifestant.

(Mawlana Rûmî)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un matin (Mawlana Rûmî)

Posted by arbrealettres sur 4 octobre 2017




    
Un matin, une bien-aimée dit à son amant pour le mettre à l’épreuve :
«Ô homme de douleur, qui aimes-tu le plus de moi ou de toi ?»

Il répondit: «J’ai tellement été anéanti en toi,
que je suis rempli de toi de la tête aux pieds!

Rien ne reste de mon propre être, hormis le nom.
Dans mon être, ô ma douce,il n’y a que toi.
J’ai été annihilé comme le vinaigre dans un océan de miel».

De même, une pierre transformée en rubis parfait
se remplit des attributs du soleil.
(…)

Même si elle s’aimait elle-même,
ce serait de l’amour pour le soleil, ô jeune homme.

Même si elle aimait le soleil du plus profond de son âme,
elle serait assurément amoureuse d’elle-même

(Mawlana Rûmî)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’étais mort (Mawlana Rûmî)

Posted by arbrealettres sur 4 octobre 2017



 


    
J’étais mort, je devins vivant;
j’étais en pleurs, je devins rires

Le règne de l’amour est venu,
et mon règne devint durable
(…)

Il me dit: tu n’es pas fou,
tu n’es pas digne de cette maison!

Je partis, je devins fou,
je me chargeai de chaînes

Il me dit: tu n’es pas ivre, va-t-en,
tu ne fais pas partie de la bande!

Je partis, je devins ivre
et rempli d’allégresse

Il me dit: tu n’es pas mort,
cela ne cadre pas avec l’allégresse!

Devant sa face de résurrection,
je devins mort, renversé

Il me dit: tu es un petit malin,
plein d’illusions et de doutes

Je devins bête, hébété,
de tout je me suis détaché

Il me dit : tu es bougie,
devenu pôle de cette assemblée

Je ne suis ni assemblée, ni bougie,
je devins fumée dispersée

Il me dit: tu es maître et seigneur,
tu es chef de file et guide

Je ne suis ni maître ni chef,
je ne suis que ton serviteur

(Mawlana Rûmî)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’amour (Mawlana Rûmî)

Posted by arbrealettres sur 4 octobre 2017



 


    
L’amour, c’est s’envoler vers le ciel;
l’amour, c’est déchirer cent voiles à chaque souffle

Dès le premier souffle, interrompre le souffle;
dès le premier pas, se couper des pas

Regarder ce monde comme rien, et regarder son propre regard
Je dis: «ô mon cœur, sois le bienvenu, pour ton arrivée au cercle des amants»

Regarder au-delà du regard,
courir dans les ruelles des poitrines
(…)

S’il n’aimait pas d’amour,
le firmament ne contiendrait pas en son sein la pureté

Si le soleil lui-même n’aimait pas d’amour,
sa face n’aurait pas en elle cette clarté

Si la terre et les montagnes n’aimaient pas d’amour,
les plantes, de leur ventre, ne pourraient pas pousser

Et si la mer n’avait eu vent de l’amour,
elle aurait trouvé une attache où se poser

Toi, aime d’amour afin de connaître l’amour,
sois fidèle pour voir la fidélité

Ce fardeau du dépôt, le ciel l’a refusé,
car il aimait d’amour, il eut peur de manquer

(Mawlana Rûmî)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Regarde (Mawlana Rûmî)

Posted by arbrealettres sur 4 octobre 2017




    
Regarde, chamelier, d’un bout à l’autre de la caravane,
les chameaux sont ivres!
Ivre le prince, ivre le seigneur,
ivres le compagnon et l’étranger
Ô jardinier, le tonnerre du musicien est devenu nuage de l’échanson
Et sont devenus ivres jardins et pelouses,
ivres, boutons de rose et épines
Ô ciel,combien de temps tourneras-tu ?

Regarde le mouvement des quatre éléments !
L’eau est ivre, le vent est ivre,
la terre et le feu sont ivres
Tu vois dans quel état est la forme,
ne demande rien sur l’essence!

L’âme est ivre et la raison de même,
ivre est la terre et ivres sont les secrets
Va, abandonne ta toute puissance,
deviens poussière afin de voir
Atome après atome,
chaque poussière remplie du Créateur Tout Puissant, et ivre !

(Mawlana Rûmî)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :