Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘fourmiller’

La matière-existence (Yves Simon)

Posted by arbrealettres sur 2 septembre 2018




    
La matière-existence est partout,
à l’intérieur,
à l’extérieur des corps,
tramée de pensée,
de carbone et de temps.
Elle est,
et se déploie
afin que chacun
vienne y puiser son dû.
Ondulante et imaginative,
elle fourmille de protubérances,
de réseaux
et d’étincelants départs.
Les êtres vivants y puisent,
à chaque pico-seconde,
l’élan
qui fera que le processus vital
se déroulera
comme imprévu,
que les artistes tisseront là
le taffetas de leurs rêves,
en mots,
formes et couleurs,
la matière
des cauchemars de la nuit,
des espoirs du jour.

(Yves Simon)

 

Recueil: Le souffle du monde
Traduction:
Editions: Grasset

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

MAI (François Vacher)

Posted by arbrealettres sur 1 mai 2018




MAI

Les arbres en fleurs
Fourmillent d’oiseaux.
Une brise effleure
Et plie les roseaux.
Cette haleine douce
Agite les feuilles.
Allons sur la mousse
Nous étendre ! Cueille
Le premier muguet,
Dont l’odeur enivre !
Le beau mois de mai
Enfin nous délivre
Du vent, de la pluie
Et de la froidure.
Le soleil qui luit,
Toute la verdure
Caressent nos âmes
Ainsi que nos corps.
Pour peu qu’une femme
Entre en ce décor,
Nous voici renaître
Et nous exalter.
Chacun veut en être !
Le prochain été
Tiendra les promesses
De ce printemps-là.
On vit d’allégresse
Au temps du lilas !

(François Vacher)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

VIE IV (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 28 mars 2018



 

Léon Spilliaert  (23)

VIE IV

Quand le rêve allume nos corps opaques
Soudain règne la vie

L’enfance surgit de ses trappes
Tu fourmilles de fini et d’infini ensemble

L’hiver avance
Sans détruire.

(Andrée Chedid)

Illustration: Léon Spilliaert

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Plus près (Edward Estlin Cummings)

Posted by arbrealettres sur 1 février 2018



Illustration
    
plus près:souffle de mon souffle:n’enlève qui fourmillent
tes membres:fais leur repas fou de ma souffrance
que tes tigres de lisse douceur lentement pillent
en des floraisons muettes aux nouveaux mélanges:
plus profond:sang de mon sang:avec de vifs replis
ascendants plonge ces léopards de rêve blanc
dans la chair ravie de ma peur:creuse plus nette
cette moelle d’obscurité:sculpte une fleur de folie
frangée de mal sur des lèvres grinçantes
et sur des yeux rampants crispés de lumière démente
cisèle l’assassine flamme qui saisit de vertige.

Des gris perplexes frisent avides entre de béantes

maisons. Les étoiles mortes puent. l’aube. Inepte,

la carcasse poétique d’une fille

***

nearer:breath of my breath:take not thy tingling
limbs from me:make my pain their crazy meal
letting thy tigers of smooth sweetness steal
slowly in dumb blossoms of new mingling:
deeper:blood of my blood:with upwardcringing
swiftness plunge these leopards of white dream
in the glad flesh of my fear:more neatly ream
this pith of darkness:carve an evilfringing
flower of madness on gritted lips
and on sprawled eyes squirming with light ins ane
chisel the killing flame that dizzily grips.

Querying greys between mouthed houses curl

thirstily. Dead stars stink. dawn. Inane,

the poetic carcass of a girl

(Edward Estlin Cummings)

 

Recueil: Erotiques
Traduction: Jacques Demarcq
Editions: Seghers

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

D’après tes cheveux rougeoyants (Edward Estlin Cummings)

Posted by arbrealettres sur 1 février 2018



    
D’après tes cheveux rougeoyants s’instaure
Un crépuscule,en gage de quelles perles implorantes;
D’après la vigne charnelle ta beauté se retord
Sur moi,avec des opiums aussi fourmillants
Qu’immobile attend ma chair littérale;
Déjà tournoie l’attentif vent spirituel
Sur le massacre des grives et des merles
De cette rapide forêt que ton sourire dévoile;

M’arrêtant,je lève les yeux du mieux que je puis,
Où se referme l’arc de deux bougies frêles
Au-dessus d’une cézannienne aquarelle.
Mais,d’amour assoiffée,tu souffles ce qui luit;
En totale terreur de l’obscurité réelle
Changeant l’équivalent timide d’un rêve.

***

After your poppied hair inaugurates
Twilight,with earnest of what pleading pearls;
After the camal vine your beauty curls
Upon me,with such tingling opiates
As immobile my literal flesh awaits;
Ere the attent wind spiritual whirls
Upward the murdered throstles and the merles
Of that prompt forest which your smile creates;

Pausing,I lift my eyes as best I can,
Where twain frail candles close their single arc
Upon a water-colour by Cezanne.
But you,love thirsty,breathe across the gleam;
For total terror of the actual dark
Changing the shy equivalents of dream.

(Edward Estlin Cummings)

 

Recueil: Erotiques
Traduction: Jacques Demarcq
Editions: Seghers

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cette pierre (Luc Dietrich)

Posted by arbrealettres sur 9 septembre 2016




Campagnes liquides entre les murailles des mers, villes, vivants…
Tout cela doué de formes, tout cela s’animant sous les lois,
tout cela disposé selon l’ordre,
tout cela lié par la même volonté d’échange
qui veut que tout se transfigure et que rien ne demeure.

Cette pierre que je vais jeter fourmille en son dedans de mille vies de pierre.
Et ce corps qui me donne conscience ne doit peut-être sa chaleur
qu’à quelque pierre du premier âge, l’âge où tout était boue,
où la pierre et la graine étaient liées en une même pâte.

L’eau n’était pas séparée.

(Luc Dietrich)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

POÈTE NOIR (Antonin Artaud)

Posted by arbrealettres sur 6 décembre 2015




POÈTE NOIR

Poète noir, un sein de pucelle
te hante,
poète aigri, la vie bout
et la ville brûle,
et le ciel se résorbe en pluie,
ta plume gratte au coeur de la vie.

Forêt, forêt, des yeux fourmillent
sur les pignons multipliés ;
cheveux d’orage, les poètes
enfourchent des chevaux, des chiens.

Les yeux ragent, les langues tournent,
le ciel afflue dans les narines
comme un lait nourricier et bleu;
je suis suspendu à vos bouches
femmes, coeurs de vinaigre durs.

(Antonin Artaud)

Illustration: Alexander Sigov

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :