Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘accident’

Diamant brisé (Mathieu Bénézet)

Posted by arbrealettres sur 17 mai 2018



Diamant brisé

te rencontrer – doux intérieur approché

l’accident d’un amour ouvre en toi une lèvre de solitude –

une ombre passe sans but elle ébauche un ange qui veille –
pur espace

ô le sourire d’une pensée patiente dans le poème te parler –

comme la mort est rouge sous les épaules
profond le commencement du sens

geste des mains – hirondelle qui hésite
parfois le regard ancien plus doucement se dresse

poète – un diamant brisé

(Mathieu Bénézet)


Illustration: René Baumer

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’accident d’un amour (Mathieu Bénézet)

Posted by arbrealettres sur 29 avril 2018


 


Anne-Marie Zilberman (23)

 

l’accident d’un amour
ouvre en toi
une lèvre de solitude –

(Mathieu Bénézet)

Illustration: Anne-Marie Zilberman

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

LE PASSÉ AVEC L’AVENIR (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 9 avril 2018



Illustration: Gilles Demarteau
    
LE PASSÉ AVEC L’AVENIR

Il y a bien sûr l’accident
à quoi pensent ceux qui sont frêles et tristes
quand au-dessus des clochers et des dômes
un jour se lève
alors les étreint le Temps
empli de tous les uniformes du passé
des blouses d’anciens ouvriers raisonneurs
mais aussi l’impénétrable splendeur
d’un corps féminin de l’avenir
que détient en puissance une fillette penchée
sur le bassin ovale
d’un jardin muré
aux parterres encore froids.

(Jean Follain)

 

Recueil: Des Heures
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Avec une auto… (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 20 février 2018




    
Avec une auto…

1
Avec une auto
On va tout de go
S’casser la figur’ contre un poteau
Si pour éviter
Un’ vieille, un curé
On fait un virage un peu forcé
Ou on s’ fait descendr’ par un taxi
Ah! quelle affair’!
Mais c’est bien plus rupin qu’ les acci…
Dents d’ chemin d’ fer!
C’est charmant,
Épatant
Une auto!
Une auto!
C’est le confort,
Le dernier mot du sport!
C’est pratique
Ultra chic
Viv’ l’auto!
Viv’ l’auto!
Viv’ la poussièr’
Et viv’ les courants d’air!
La quatrièm’ vitesse
Est vraiment un régal
Qui s’ termin’, je l’ confesse
Sur un lit d’hôpital
C’est rapid’
C’est splendid’
Une auto!
Une auto!
L’ dernier bateau
C’est un’ quarant’ chevaux!

(Robert Desnos)

 

Recueil: Les Voix intérieures
Traduction:
Editions: L’Arganier

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je crois que la beauté du monde est partout (Etty Hillesum)

Posted by arbrealettres sur 5 février 2018


 



    
De l’autre côté de cette tente, le soleil nous offre soir après soir le spectacle d’un coucher inédit.
Ce camp perdu dans la lande de Drenthe abrite des paysages variés.
Je crois que la beauté du monde est partout,
même là où les manuels de géographie nous décrivent la terre comme aride, infertile et sans accidents.
Il est vrai que la plupart des livres ne valent rien, il nous faudra les réécrire.

(Etty Hillesum)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ma dame nue (Edward Estlin Cummings)

Posted by arbrealettres sur 2 février 2018




    
ma dame nue sur fond
de crépuscule est un accident

dont l’agrément dépasse aisément l’intention
du génie—
toute peinture se sent honteuse
devant cette musique,et la poésie n’arrive
à s’en approcher tant elle est craintive.

et pourtant toutes deux la disent merveilleuse
Mais moi(dans mes bras ayant pris

le tableau)je le presse lentement

contre ma bouche,goûte le rythme précis
féroce
et sage d’une
impeccable
nonchalance. Savoure le prix

d’un geste inimaginable

chaud exact impie

***

my naked lady framed
in twilight is an accident

whose niceness betters easily the intent
of genius—
painting wholly feels ashamed
before this music,and poetry cannot
go near because perfectly fearful.

meanwhile these speak her wonderful
But i(having in my arms caught

the picture)hurry it slowly

to my mouth,taste the accurate demure
ferocious
rhythm of
precise
laziness. Eat the price

of an imaginable gesture

exact warm unholy

(Edward Estlin Cummings)

 

Recueil: Erotiques
Traduction: Jacques Demarcq
Editions: Seghers

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans chaque paroi (Silvia Baron Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 3 août 2017



Illustration: Gao Xingjian
    
dans chaque paroi
de la cabine

dans chaque instant
de l’invisible

un accident sans
témoin a lieu
par erreur

(Silvia Baron Supervielle)

 

Recueil: Sur le fleuve
Editions: Arfuyen

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

LE PASSE AVEC L’AVENIR (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 24 mai 2017



LE PASSE AVEC L’AVENIR

Il y a bien sûr l’accident
à quoi pensent ceux qui sont frêles et tristes
quand au-dessus des clochers et des dômes
un jour se lève
alors les étreint le Temps
empli de tous les uniformes du passé
des blouses d’anciens ouvriers raisonneurs
mais aussi l’impénétrable splendeur
d’un corps féminin de l’avenir
que détient en puissance une fillette penchée
sur le bassin ovale
d’un jardin muré
aux parterres encore froids.

(Jean Follain)

Illustration: Charles Augustin Lhermitte

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Printemps (Jean-Claude Touzeil)

Posted by arbrealettres sur 12 mars 2017



Printemps
(A Jean L’Anselme)

Avec la montée de la sève
Mon Dieu ! Quelle circulation dans les bois !
On nous signale
De très nombreux accidents dans les cassis
Des ralentissements dans les frênes
Et
Du côté des chênes-lièges
Quinze kilomètres de bouchons

(Rosny-sous-bois – Avril 1983)

(Jean-Claude Touzeil)

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , | 1 Comment »

En la chose aimée l’amant se transforme (Anna Akhmatova)

Posted by arbrealettres sur 8 mars 2017



 

 

En la chose aimée l’amant se transforme,
Par vertu de grande imagination;
Plus rien alors désirer je n’ai,
Puisqu’est en moi la partie désirée.

Si en elle mon âme est transformée,
Que d’autre désire le corps atteindre?
En lui-même seul il peut reposer,
Puisqu’avec lui cette âme est attachée.

Mais cette divinité belle et pure
Qui, comme un accident en son sujet,
Ainsi avec mon âme se conforme,

Comme une idée se tient dans ma pensée:
Le vif et pur amour dont je suis fait,
Tel matière simple, cherche la forme.

(Anna Akhmatova)

Illustration: Maria Amaral

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :