Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘poêle’

UNE NUIT DE PLUIE EN AUTOMNE (Bai Juvi)

Posted by arbrealettres sur 4 juillet 2018



feuilles gelées [800x600]

UNE NUIT DE PLUIE EN AUTOMNE

A la fin de l’automne la nuit est froide
Oisif, le vieillard veille tard
La lampe éteinte
Il se met au lit
En écoutant le bruit agréable de la pluie

Le fagot dans le poêle est déjà réduit en cendres
Le parfum du bois donne encore de la chaleur
Le lendemain matin il fait beau et froid
Le vieux tarde encore dans la chaleur du lit
Les feuilles rouges givrées jonchent le perron

(Bai Juvi)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

En rêve je te sens mienne (Attila Jozsef)

Posted by arbrealettres sur 12 juin 2018



En rêve je te sens mienne

Muet, notre bonheur vibrait tout doucement,
Nous nous taisions dans le silence et les mystères,
Et le feu jouait dans notre poêle, or dansant,
Et l’amour avait desséché nos lèvres chères.
Et blancs et fiers, les murs étonnés se dressaient,
Et les murmures s’effaçaient
De la grave pendule ancienne.

Quand je rêve, vois-tu, je te sens toujours mienne,
Et je crois,
Dans la nuit avancée,
Quand je veille, parfois,
T’avoir longuement embrassée.

(Attila Jozsef)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La poésie (Wallace Stevens)

Posted by arbrealettres sur 10 juin 2018



Illustration: Wallace Stevens
    
La poésie est le thème du poème,
C’est d’elle
que part le poème,
Vers elle qu’il retourne

***

Poetry is the subject of the poem,
From this the poem issues and
To this return

(Wallace Stevens)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

J’étais son hochet (Attila Jozsef)

Posted by arbrealettres sur 6 avril 2018



J’étais son hochet

Moi le hochet de ma Luce – devant
Tout un chacun ma Luce m’agitait…
Pour ma chérie, mes trésors s’épuisant,
Meilleur amant jamais je ne trouvais.
Et moi, poêle fêlé tremblant de froid,
Juste nourri par le lait que je bois…
Plus souffrant que moi, point n’en existait!

C’est Dieu qui garde – et j’en ai grand besoin –
Mon cœur, pauvre bol déjà ébréché.
Qu’on vienne à le prendre entre ses deux mains,
Qu’on l’attire à soi, c’est toujours chagrin…
Humain en somme, il est bon et mauvais,
Cette fois pourtant, bon ou pas, sachez
Que c’est tendrement qu’il faudrait l’aimer.

(Attila Jozsef)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cette rue, je la connais (Sergueï Essénine)

Posted by arbrealettres sur 4 avril 2018




    
Cette rue, je la connais,
je la connais, cette maisonnette.
Le chaume bleu de ses chenaux
a glissé par-dessus la fenêtre.

Il y eut les années de détresse,
le déchaînement de forces insensées.
Je me suis souvenu de ma jeunesse,
souvenu de ma campagne bleue.

Je n’ai cherché ni la tranquillité
ni la gloire, dont je connais la vanité.
Aujourd’hui si je ferme les yeux
je ne vois que la maison paternelle.

Je vois le jardin sous la bruine bleue,
août en silence tapi contre la haie.
Et les saules dont les pattes vertes
abritent le ramage des oiseaux.

Si je l’ai aimée, notre maison de bois
aux poutres craquelées, inquiétantes !
Les nuits de pluie, notre vieux poêle
poussait d’étranges plaintes sauvages.

Râles déchirants, voix puissante
comme d’un vivant à l’agonie.
Que voyait-il, notre chameau de briques,
à travers le gémissement de la pluie ?

Quelque pays lointain sans doute,
rêves d’antan, époques florissantes,
les sables d’or d’Afghanistan,
les soirs cristallins de Boukhara.

Ces pays, je les connais aussi.
Que de chemin n’y ai-je parcouru.
Mais aujourd’hui je n’ai qu’un souhait :
Revoir les lieux de mon enfance

Pourtant ce tendre espoir n’est plus,
n’est plus que cendres dans la brume bleue.
Paix à toi, chaume de mes champs
paix à toi, ma maison de bois !

***

(Sergueï Essénine)

Recueil: Journal d’un poète
Traduction: Christiane Pighetti
Editions: De la Différence

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je suis arrivé le matin c’était trop tard (Raymond Queneau)

Posted by arbrealettres sur 14 décembre 2017




Je suis arrivé le matin c’était trop tard
il y avait de la rouille autour de l’évier
le poids du poêle pesait sur le parquet
ça se gondolait même les tuiles il était trop tard
je n’aurais pu redresser tout ça même avec
des cabestans des poulies des objets dont je ne connais
pas le mot qui les désigne et que je ne saurais
utiliser efficacement
les champignons poussaient sur la faïence de la vaisselle
la vaisselle croupissait dans la paille des fauteuils
les fauteuils s’endormaient sur le poil des ténèbres
les ténèbres mâchaient le chouigne gueumme des morts
je suis arrivé trop tard c’était le lendemain

(Raymond Queneau)

Illustration: Geneviève Borschneck

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Retouche à l’artiste (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 1 décembre 2017



Illustration: Marc Chagal
    
retouche à l’artiste

Il fait le feu du monde dans son poêle
qu’il ne quitte pas
car dès qu’il sort
la terre prend froid.

(Daniel Boulanger)

 

Recueil: Les dessous du ciel
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Étude de voix d’enfant (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 27 octobre 2017




    
Étude de voix d’enfant
Rengaine pour piano mécanique
(Comme un rémouleur superbe et désabusé.)

Dépêche-toi de rire
il en est encor temps
bientôt la poêle à frire
et adieu le beau temps.

D’autres viendront quand même
respirer le beau temps
c’est pas toujours les mêmes
mais y a toujours des gens.

Sous le premier empire
y avait des habitants
sous le second rempire
y en avait tout autant.

Même si c’est plus les mêmes
tu t’en iras comme eux
tu t’en iras quand même
tu t’en iras chez eux.

C’est pas moi c’est mes frères
qui vivront après moi
même chose que mon grand-père
qui vivait avant moi.

Même si c’est plus les mêmes
on est content pour eux
nous d’avance on les aime
sans en être envieux.

Dépêche-toi de rire
il en est encor temps
bientôt la poêle à frire
et adieu le beau temps…

(Jean Tardieu)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le ronron de chat (Jean-Hugues Malineau)

Posted by arbrealettres sur 9 septembre 2017



Le vieux poêle impuissant
c’est le ronron de chat
qui réchauffe la chambre.

(Jean-Hugues Malineau)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 2 Comments »

Les brumes se sont dissipées (Jack Kerouac)

Posted by arbrealettres sur 19 août 2017



Les brumes se sont dissipées, j’ai
Fermé les yeux -,
Le poêle a fait la conversation

***

Mists blew by, I
Closed my eyes, –
Stove did the talking

(Jack Kerouac)

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , | 4 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :