Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘ensoleillé’

L’ATTENTE (Mihai Beniuc)

Posted by arbrealettres sur 9 mai 2020



Illustration: Tamara Lunginovic
    
L’ATTENTE

Des attentes sans nombre
Parcourent les jungles du coeur.
Les unes hurlent comme les loups.
Qu’elle arrive une bonne fois, elle,
La femme, colonne en marbre de la lune,
Dansant sur des alpages ensoleillés;
D’autres guettent aux alentours de ponts
Pour vous attirer dans le gouffre;
D’autres dorment, ours dans leur tanière
Ou serpents engourdis
Par les brumes de l’automne;
Les unes croisent votre sentier,
Lapins effrayés,
Et courent, courent à travers champs.
Mais il y a une grande attente
Qui ressemble à l’ombre.
Elle est tantôt devant, tantôt derrière,
Elle se roule à vos pieds,
Elle s’apprête à vous saisir la nuque,
Elle s’arrête, vous abandonne
Puis se remet à vous pister.
Parfois vous l’oubliez, elle commence alors
A suinter doucement sur votre cerveau
Sa pluie froide.
Vous vous secouez, elle s’enfuit.
Une fois,
Quand vous ne serez pas sur vos gardes,
Elle jettera sur vous ses filets
Où se brisent désespérées
Toutes les flèches de la lumière.

(Mihai Beniuc)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE DERNIER POÈME (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 23 février 2020




Illustration: ArbreaPhotos
    
LE DERNIER POÈME

J’ai rêvé tellement fort de toi,
J’ai tellement marché, tellement parlé,
Tellement aimé ton ombre,
Qu’il ne me reste plus rien de toi.
Il me reste d’être l’ombre parmi les ombres,
D’être cent fois plus ombre que l’ombre,
D’être l’ombre qui viendra et reviendra
Dans ta vie ensoleillée.

(Robert Desnos)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Printemps du corps (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 21 mars 2019



Printemps du corps

Mon corps ici, mon corps ailleurs, mon corps
Ensoleillé par la mort et qui glisse
De source en fleuve et de fleuve en caresse
Pour se mêler à d’autres floraisons.

Que ma non-mort en ses terres vitales
Soit cet oiseau, ce poisson, ces parures
De fleurs et d’ors dans le jardin des mots
Et que ma nuit ne soit qu’une apparence.

Ma bouche parle en d’intenses corolles,
Mon oeil regarde au-delà du rosier,
Mes bras unis sont rives de l’étang
Où nénuphar je chante au ras des eaux.

Ainsi mes mains, les ultimes semeuses,
Sont la semence éparse du blé noir
Et mon échine à tous les vents frissonne
La mort en moi, la mort qui danse encore.

Ce doux pollen aux ailes de l’abeille :
Un peu de moi. Ce bourgeon qui s’entrouvre :
Mon vieux délire ici ressuscité
Par le savoir infini de l’aurore.

Mon corps en moi, mon corps en vous, mon corps,
Cette parcelle éminente du jour,
Pour t’affranchir frère de la durée
Et composer la musique des gestes.

(Robert Sabatier)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

De tout notre monde ensoleillé (Edith Södergran)

Posted by arbrealettres sur 20 février 2019




Illustration: ArbreaPhotos
    
De tout notre monde ensoleillé
Je ne désire qu’un banc de jardin
Où un chat se chauffe au soleil…
C’est là que je m’assoirais,
Une lettre dans mon corsage,
Une seule petite lettre.
Tel est mon rêve…

(Edith Södergran)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Qui aime qui? (Jacqueline Risset)

Posted by arbrealettres sur 1 janvier 2019



Illustration: Edward Hopper
    
Ainsi dans la pièce
au soleil à Paris le matin
attente
bonheur d’attente ensoleillée
silence par la fenêtre dans la cour

et tout à coup : secousse
secousse de bonheur dans l’attente
pas vif et léger

Surprise : on peut aimer un pas ?
le pas de ce toi qui s’approche vite
— doucement

qui aime?

Qui aime qui? »

(Jacqueline Risset)

 

Recueil: L’Amour de loin
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Ton âme était un chaton (Christian Bobin)

Posted by arbrealettres sur 27 août 2018




    
Ton âme était un chaton qui poussait la pelote ensoleillée de la vie,
reculant parfois une seconde de stupeur,
reprenant son jeu à la seconde suivante.

(Christian Bobin)

 

Recueil: Carnet du soleil
Traduction:
Editions: Lettres Vives

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Contre le souffle (Petr Král)

Posted by arbrealettres sur 23 juillet 2018



Illustration: Marthe Bonnard

    

Contre le souffle dans le fond de l’abîme,
rien que le frisson léger de la nappe devant la taverne,
sur le rebord ensoleillé de sa terrasse.

(Petr Král)

 

Recueil: Cahiers de Paris
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Retouche à la sagesse (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 24 juin 2018



étang

 

sur l’étang où le temps fait des cercles
dans la paresse ensoleillée
jamais regret ne fut plus vain
d’une oeuvre sans défaut

(Daniel Boulanger)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La rose (Pascal Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 24 juin 2018



La rose ensoleillée sera
en tous lieux
la poésie dans une autre

(Pascal Boulanger)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

L’amande (Muhammad al-Amir ibn Shâraz)

Posted by arbrealettres sur 24 juin 2018




L’amande

Au coeur de l’amande dort
la fortune secrète
de l’amour.

Sous l’odorant velours
qui verdit
le coin ensoleillé du désir,
la lune parfois est douce,
parfois distille de l’amertume.

(Muhammad al-Amir ibn Shâraz)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :