Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘barbare’

LES HÉRAUTS NOIRS (César Vallejo)

Posted by arbrealettres sur 8 juin 2020




    
LES HÉRAUTS NOIRS

Il y a des revers dans la vie, si violents…Je ne comprends pas !
Des revers tels la haine de Dieu ; comme si jadis le ressac avait
entassé dans l’âme toute la douleur…Je ne comprends pas !

Il y en a peu, mais ils existent. Ils ouvrent de sombres cicatrices dans le
visage le plus endurci et le dos le plus solide. Ils sont peut-être les
poulains des barbares d’Attila ; ou les hérauts noirs
que la mort nous a envoyés.

C’est la chute profonde des rédempteurs de l’âme, une adorable croyance
que le Destin a maudite. Ces revers sanglants ressemblent au
grésillement d’un morceau de pain calciné à la porte du four.

Et l’homme…pauvre…pauvre humain ! Ses yeux se révulsent,
comme s’il recevait un coup sur l’épaule et il crie ; ses yeux fous
se révulsent et tout ce qu’il a vécu se presse
dans son regard tel un bourbier de remords.

Il y a des revers dans la vie, si violents…Je ne comprends pas !

Traduction en Français: Germain Droogenbroodt – Elisabeth Gerlache

***

LOS HERALDOS NEGROS

Hay golpes en la vida, tan fuertes… ¡Yo no sé! Golpes como del odio
de Dios; como si ante ellos, la resaca de todo lo sufrido se
empozara en el alma… ¡Yo no sé!

Son pocos; pero son… Abren zanjas oscuras en el rostro más fiero y
en el lomo más fuerte. Serán tal vez los potros de bárbaros atilas; o
los heraldos negros que nos manda la Muerte.

Son las caídas hondas de los Cristos del alma, de alguna fe
adorable que el Destino blasfema. Esos golpes sangrientos son las
crepitaciones de algún pan que en la puerta del horno se nos quema.

¡Y el hombre … Pobre … pobre! Vuelve los ojos, como cuando por
sobre el hombro nos llama una palmada; vuelve los ojos locos, y
todo lo vivido se empoza, como un charco de culpa, en la mirada.

Hay golpes en la vida, tan fuertes … ¡Yo no sé!

Espagnol (original) César Vallejo

***

THE BLACK HERALDS
A protest for the killing of George Floyd

There are blows in life, so hard . . . I don’t know! Blows like the hate
of God; as if before them, the undertow of everything suffered is
embedded in the soul . . .I don’t know!

They are few; but they exist . . . They open dark furrows in the fiercest
face and on the strongest back. Perhaps they are the foals of barbaric
Attilas; or the black heralds sent to us by Death.

They are the deep falls of the Christs of the soul, of some adorable faith,
blasphemed by Destiny. Those bloody blows are the crackling of
some bread that burns at the oven door.

And the man . . . the poor, the poor man! He turns his eyes, as when a
slap on the shoulder summons us; he turns his crazed eyes, and
all that he has lived wells up, like a pool of guilt in his gaze.

There are blows in life, so hard . . . I don’t know!

Traduction en Anglais Stanley Barkan

***

GLI ARALDI NERI

Una protesta per l’uccisione di George Floyd

Ci sono colpi nella vita, così forti… non so! Colpi come l’odio di Dio;
come se davanti ad essi, il riflusso di tutto ciò che soffriva fosse
incastonato nell’anima… non so!

Sono pochi; ma sono loro…aprono solchi scuri nella faccia più feroce e
sulla schiena più forte. Forse saranno i puledri dei barbari Attila; o gli
araldi neri mandati a noi dalla Morte.

Essi sono le profonde cadute dei Cristi dell’anima, di una qualche
adorabile fede, resa blasfema dal Destino. Quei colpi sanguinanti sono il
crepitare di un po’ di pane che brucia alla porta del forno.

E l’uomo… povero, pover’uomo! Gira gli occhi, come quando siamo
chiamati da una pacca sulla spalla; gira i suoi occhi folli, e tutto ciò che
ha vissuto sgorga fuori, come una pozza di colpa nello sguardo.

Ci sono colpi nella vita, così forti… non so!

Traduction en Italien Luca Benassi

***

DIE SCHWARZEN HEROLDE

Es gibt Schläge im Leben, so gewaltig… Ich weiß nicht warum! Schläge
wie vom Hass Gottes; als ob vorher die Brandung alles, was erlitten
wurde, in der Seele versenkt hätte… Ich weiß nicht!

Es sind wenige; aber sie bleiben… Sie öffnen dunkle Furchen im
hartherzigsten Gesicht und im stärksten Rücken. Vielleicht sind es die
Fohlen der Barbaren Attilas; oder die schwarzen Herolde, die uns der
Tod geschickt hat.

Es sind die tiefen Stürze der Heilande der Seele, eines
anbetungswürdigen Glaubens, den das Schicksal verflucht. Diese
blutigen Schläge sind wie das Knistern eines Stücks Brot, das an der
Ofentür verbrennt.

Und der Mensch… der Arme… der arme Mensch! Er wendet den Blick,
wie bei einem Klaps auf die Schulter, und ruft; er verdreht seine
verrückten Augen, und alles, was er erlebt hat, wird wie eine Lache von
Schuldgefühlen in seinen Blick getaucht.

Es gibt Schläge im Leben, so gewaltig… Ich weiß nicht warum!

Traduction en Allemand Wolfgang Klinck

***

DE ZWARTE HERAUTEN
Een protest voor de moord op George Floyd

Er zijn tegenslagen in het leven, zo geweldig… Ik begrijp het niet!
Tegenslagen zoals de haat van God; alsof voorheen de branding al het
leed in de ziel heeft opgestapeld… Ik begrijp het niet!

Het zijn er weinig; maar ze bestaan… Ze openen donkere littekens in het
hardvochtigste gezicht en in de sterkste rug. Misschien zijn het de
veulens van Attila’s barbaren; of de zwarte herauten,
die de dood ons heeft gestuurd.

Het is de diepe val der heilanden van de ziel, een adorabel geloof dat
door het Lot wordt vervloekt. Die bloedige tegenslagen zijn zoals het
geknetter van een stuk brood dat aan de ovendeur verbrandt.

En de mens… de arme… de arme mens! Hij verdraait zijn ogen,
alsof hij een klap op zijn schouder kreeg en roept; hij verdraait
zijn gekke ogen, en alles wat hij beleefd heeft dringt
als een poel van schuldgevoelens door zijn blik.

Er zijn tegenslagen in het leven zo geweldig… Ik begrijp het niet!

Traduction en Néerlandais Germain Droogenbroodt

***

OS MENSAGEIROS NEGROS

Existem golpes na vida, tão fortes… Eu não sei! Golpes como do ódio
de Deus; como se antes deles, a ressaca de todo o sofrido se
tornasse um poço na alma…Eu não sei!

São poucos, mas existem…Abrem covas escuras no rosto mais duro
e nas costas mais fortes. Serão, talvez, os potros de bárbaros Átilas;
ou os mensageiros negros que nos envia a Morte.

São as quedas fundas dos Cristos da alma, de alguma fé adorável
que o Destino blasfema. Esses golpes sangrentos são as crepitações
de algum pão que na porta do forno vai queimando.

E o homem…Pobre…pobre! Volta os olhos, como quando
sobre os ombros nos alerta uma palmada; volta os olhos loucos,
e todo o vivido se empoça, como um charco de culpa, no olhar.

Existem golpes na vida, tão fortes…Eu não sei!

Traduction en Portugais José Eduardo Degrazia

***

ΜΑΥΡΟΙ ΚΗΡΥΚΕΣ

Υπάρχουν χτυπήματα στη ζωή, τόσο δυνατά…Δεν ξέρω, χτυπήματα σαν
θεϊκό μίσος που πριν απ’ αυτά το υπόστρωμα όλων των κακουχιών ήταν
εμφυτευμένο στην ψυχή…δεν ξέρω!

Πολύ λίγα χτυπήματα, αλλά υπάρχουν. Ανοίγουν σκοτεινά αυλάκια στην
πιο σκληρή πλάτη. Ίσως να `ναι πουλάρια του βάρβαρου Αττίλα ή οι
μαύροι κήρυκες που έστειλε ο Θάνατος.

Είναι η βαθειά πτώση της ψυχής του Χριστού, ή κάποιας άλλης πίστης
που η Μοίρα βλαστήμισε. Αυτά τα αιματηρά χτυπήματα ηχούν σαν το
ψωμί που ψήνεται στο φούρνο.

Κι ο άνθρωπος, ο φτωχός άνθρωπος στρέφει τα μάτια σαν όταν το
χτύπημα στον ώμο μας μας ξυπνά. Στρέφει τα μάτια κι ότι μέχρι τότε έχει
ζήσει φουσκώνει σαν μια κηλίδα ενοχής στο τρελό του βλέμμα.

Υπάρχουν χτυπήματα στη ζωή τόσο δυνατά…δεν ξέρω!

Traduction en Grec Manolis Aligizakis

***

CZARNI HEROLDOWIE

Są w życiu ciosy, tak silne … nie do pojęcia ! Ciosy jak nienawiść Boga;
jakby przed nimi powrotna fala wszelkiego cierpienia rozlała się w
duszy… nie do pojęcia!

Niewiele ich jest; lecz istnieją …otwierają ciemne bruzdy na najsroższej
twarzy i najmocniejszym grzbiecie. Może są źrebcami barbarzyńskich
attylów, lub czarnych heroldów, których przysyła nam Śmierć.

Są głębokimi upadkami Chrystusów duszy, jakiejś cudownej wiary, której
bluźni Przeznaczenie. Te krwawe ciosy są skwierczącym kawałkiem
chleba, który płonie nam już w drzwiczkach pieca.

A ten człowiek… biedny, biedny człowiek! Zwraca swe oczy, jak wtedy
gdy ktoś przyzywa nas klepnięciem w ramię; toczy szalonym wzrokiem,
a wszystko co przeżył, jak kałuża winy wzbiera w tym spojrzeniu.

Są w życiu ciosy, tak silne … nie do pojęcia!

Traduction en Polonais Mirosław Grudzień – Małgorzata Żurecka

***

这些黑使者

生活中总有打击, 很艰难…… 我不懂! 像上帝的仇恨一样的
打击; 仿佛在它们面前, 所有苦难的潜质都被埋入了
灵魂…… 我不懂!

它们很少; 但它们存在……它们在最凶狠的脸上和最强壮的背上
开出黑暗的犁沟。也许它们是野蛮阿提拉的马驹, 或是死神
派给我们的黑使者。

它们是灵魂的基督的深度坠落, 是某种可爱信仰的深坠,
被命运亵渎。那些血腥的打击是某个面包的噼啪声,
这面包在烤炉口燃烧。

那男人…… 那可怜的, 那可怜的人! 他转过头来, 好像
肩膀上一巴掌召唤我们; 他转过发狂的眼睛, 而
他经历的一切都在井喷, 就像他凝视的一池悔恨。

生活中总有打击, 很艰难…… 我不懂!

Traduction en Chinois William Zhou

***

SVARTIR ÁRAR

Sum áföll ævinnar eru svo grimmileg… Ég veit ekki! Áföll á við hatur
Guðs; eins og andstreymi allra þjáninga hafi
greipst í sálina… Ég veit ekki
!
Þau eru fá; en þau eru til… Þau rista dimmar hrukkur í grimmasta andlit
og á sterkasta bak. Kannski eru þau folöld hins blóðþyrsta Atla;
eða svartir árar dauðans.

Þau eru hátt fall lausnara sálarinnar, einhvers dásamlegs átrúnaðar,
sem Örlögin formæla. Þessi bölvuðu áföll eru snarkið í
einhvers konar brauði að brenna í ofndyrunum.

Og maðurinn… veslings, veslings maðurinn! Hann lítur við, eins og
einhver slái á öxlina á okkur; hann lítur trylltum augum, og allt sem
hann hefur lifað streymir fram eins og syndasafn fyrir augunum á honum.

Sum áföll ævinnar eru svo grimmileg… Ég veit ekki!

Traduction en Islandais Thor Stefánsson

***

HERALZII NEGRI

Suntem supuși în viață la biruinți atât de dureroase… Nu știu eu!
Cu ură prăvălite, cad peste noi lovituri de la însuși Dumnezeu,
iar tulburarea se adună în lacul fără fund al sufletului … Nu știu eu!

Puține sunt, dar sunt… Întunecate brazde sapă-n obrazul cel mai diafan,
în umărul cel mai puternic. În chip de bidivii sălbatici, de cruzi năvălitori,
de heralzi negri, ne taie calea, prezicând sfârșitul.

Prăbușit în abis, Hristosul sufletului cată zadarnic după a sa blândă
menire, curmată de-un destin necruțător. Pocnind aidoma cojilor crăpate,
de pâine arsă, uitată în cuptor, plesnesc pedepse sângeroase deasupra tuturor.

Iar omul… biet… sărman! Privirea și-o întoarce și speriat tresare, simțind
o nevăzută palmă pe umăr; tot ce-a trăit până acum se-adună în
căutătura lui smintită, alimentând un heleșteu plin-ochi de vini neispășite.

Suntem supuși în viață la biruinți atât de dureroase… Nu știu eu!

Traduction en Roumain Gabriela Căluțiu Sonnenberg

***

Traduction en Indi Jyotirmaya Thakur

***

Traduction en Arabe Sarah Silt

***

Traduction en Persan Sepideh Zamani

***

Traduction en Russe Rahim Karim

(César Vallejo)

 

Recueil: ITHACA 634
Editions: POINT
Site: http://www.point-editions.com/en/

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

LES HÉRAUTS NOIRS (César Vallejo)

Posted by arbrealettres sur 14 septembre 2019



 


Illustration: ArbreaPhotos
    
LES HÉRAUTS NOIRS

Il est des coups dans la vie, si rudes… Je ne sais!
Des coups comme de la haine de Dieu; comme si avec eux,
le ressac de toutes les souffrances
s’enlisait dans l’âme… Je ne sais!

Ils sont rares; mais ils sont… Ils ouvrent des saignées obscures
dans le visage le plus farouche et dans le flanc le plus fort.
Ils sont peut-être les poulains de barbares attilas;
ou bien les hérauts noirs que nous envoie la Mort.

Ils sont les chutes profondes des Christs de l’âme,
d’une foi adorable que le Destin blasphème.
Ces coups sanglants sont les crépitations
d’un pain que nous laissons brûler à la porte du four.

Et l’homme… Le pauvre… Le pauvre! Il tourne les yeux, comme
quand nous appelle une tape sur l’épaule ;
il tourne ses yeux fous, et tout le vécu
s’enlise, telle une flaque de faute, dans le regard.

Il est des coups dans la vie, si rudes… Je ne sais!

(César Vallejo)

 

Recueil: Poésie complète 1919-1937
Traduction: Nicole Réda-Euvremer
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je suis ce roi des anciens temps (Stuart Merrill)

Posted by arbrealettres sur 4 mai 2019


 


 

Odd Nerdrum  (3) [1280x768]

Je suis ce roi des anciens temps
Dont la cité dort sous la mer
Aux chocs sourds des cloches de fer
Qui sonnèrent trop de printemps.

Je crois savoir des noms de reines
Défuntes depuis tant d’années,
Ô mon âme ! et des fleurs fanées
Semblent tomber des nuits sereines.

Les vaisseaux lourds de mon trésor
Ont tous sombré je ne sais où,
Et désormais je suis le fou
Qui cherche sur les flots son or.

Pourquoi vouloir la vieille gloire
Sous les noirs étendards des villes
Où tant de barbares serviles
Hurlaient aux astres ma victoire ?

Avec la lune sur mes yeux
Calmes, et l’épée à la main,
J’attends luire le lendemain
Qui tracera mon signe aux cieux.

Pourtant l’espoir de la conquête
Me gonfle le coeur de ses rages :
Ai-je entendu, vainqueur des âges,
Des trompettes dans la tempête ?

Ou sont-ce les cloches de fer
Qui sonnèrent trop de printemps ?
Je suis ce roi des anciens temps
Dont la cité dort sous la mer.

(Stuart Merrill)

Illustration: Odd Nerdrum

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

TRISTE SOIR (George Bacovia)

Posted by arbrealettres sur 26 février 2019



Kees van Dongen e [800x600]

TRISTE SOIR

La femme chantait comme une barbare
En le café vide tard dans la nuit,
Comme une barbare, à déchirer l’âme…
Et quelle révolte autour, quelle flamme !…
Les tympanons hurlaient et dans le bruit
La femme chantait comme une barbare.

La femme chantait comme une barbare…
Et nous fumions, noyés dans un halo,
Bande de fêtards infiniment tristes,
En rêvant d’un monde qui point n’existe.
Et dans de longs, sataniques échos,
La femme chantait comme une barbare.

La femme chantait comme une barbare,
Et quelle révolte, autour, quelle flamme !…
Plus personne alors chez soi n’est rentré,
Le front sur la table on a tous pleuré,
Tandis qu’en la salle, à déchirer l’âme,
La femme chantait comme une barbare…

(George Bacovia)

 Illustration: Kees van Dongen

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

MIDI (Tomás Segovia)

Posted by arbrealettres sur 18 février 2019



Illustration 
    
MIDI

Imprégnée de lumière, aveugle d’ardeur,
entourée de l’air dense
où s’enfoncent les bruits
comme de grosses pierres sourdes,
gît mollement la terre.

Masses et rondeurs se déploient
en une belle et barbare impudicité
aux côtés de laquelle j’aimerais m’allonger,

et avec des silences avides elle m’incite
à dormir durement abattu
dans la tiédeur obscure de ses vallées,

éteignant enfin cette flamme obstinée
contre la douce terre sans mémoire.

(Tomás Segovia)

 

Recueil: Cahier du nomade
Traduction: Jean-Luc Lacarrière
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dies irae (Leconte de Lisle)

Posted by arbrealettres sur 27 janvier 2019



Dies irae

Il est un jour, une heure, où dans le chemin rude,
Courbé sous le fardeau des ans multipliés,
L’Esprit humain s’arrête, et, pris de lassitude,
Se retourne pensif vers les jours oubliés.

La vie a fatigué son attente inféconde ;
Désabusé du Dieu qui ne doit point venir,
Il sent renaître en lui la jeunesse du monde ;
Il écoute ta voix, ô sacré Souvenir !

Les astres qu’il aima, d’un rayon pacifique
Argentent dans la nuit les bois mystérieux,
Et la sainte montagne et la vallée antique
Où sous les noirs palmiers dormaient ses premiers Dieux.

Il voit la Terre libre et les verdeurs sauvages
Flotter comme un encens sur les fleuves sacrés,
Et les bleus Océans, chantant sur leurs rivages,
Vers l’inconnu divin rouler immesurés.

De la hauteur des monts, berceaux des races pures,
Au murmure des flots, au bruit des dômes verts,
Il écoute grandir, vierge encor de souillures,
La jeune Humanité sur le jeune Univers.

Bienheureux ! Il croyait la Terre impérissable,
Il entendait parler au prochain firmament,
Il n’avait point taché sa robe irréprochable ;
Dans la beauté du monde il vivait fortement.

L’éclair qui fait aimer et qui nous illumine
Le brûlait sans faiblir un siècle comme un jour ;
Et la foi confiante et la candeur divine
Veillaient au sanctuaire où rayonnait l’amour.

Pourquoi s’est-il lassé des voluptés connues ?
Pourquoi les vains labeurs et l’avenir tenté ?
Les vents ont épaissi là-haut les noires nues ;
Dans une heure d’orage ils ont tout emporté.

Les grandes visions sous les cèdres pensifs,
Et la Liberté vierge et ses cris magnanimes,
Et le débordement des transports primitifs !

L’angoisse du désir vainement nous convie :
Au livre originel qui lira désormais ?
L’homme a perdu le sens des paroles de vie :
L’esprit se tait, la lettre est morte pour jamais.

Nul n’écartera plus vers les couchants mystiques
La pourpre suspendue au devant de l’autel,
Et n’entendra passer dans les vents prophétiques
Les premiers entretiens de la Terre et du Ciel.

Les lumières d’en haut s’en vont diminuées,
L’impénétrable Nuit tombe déjà des cieux,
L’astre du vieil Ormuzd est mort sous les nuées ;
L’Orient s’est couché dans la cendre des Dieux.

L’Esprit ne descend plus sur la race choisie ;
Il ne consacre plus les Justes et les Forts.
Dans le sein desséché de l’immobile Asie
Les soleils inféconds brûlent les germes morts.

Les Ascètes, assis dans les roseaux du fleuve,
Écoutent murmurer le flot tardif et pur.
Pleurez, Contemplateurs ! votre sagesse est veuve :
Viçnou ne siège plus sur le Lotus d’azur.

L’harmonieuse Hellas, vierge aux tresses dorées,
À qui l’amour d’un monde a dressé des autels,
Gît, muette à jamais, au bord des mers sacrées,
Sur les membres divins de ses blancs Immortels.

Plus de charbon ardent sur la lèvre-prophète !
Adônaï, les vents ont emporté ta voix ;
Et le Nazaréen, pâle et baissant la tête,
Pousse un cri de détresse une dernière fois.

Figure aux cheveux roux, d’ombre et de paix voilée,
Errante au bord des lacs sous ton nimbe de feu,
Salut ! l’Humanité, dans ta tombe scellée,
Ô jeune Essénien, garde son dernier Dieu !

Et l’Occident barbare est saisi de vertige.
Les âmes sans vertu dorment d’un lourd sommeil,
Comme des arbrisseaux, viciés dans leur tige,
Qui n’ont verdi qu’un jour et n’ont vu qu’un soleil.

Et les sages, couchés sous les secrets portiques,
Regardent, possédant le calme souhaité,
Les époques d’orage et les temps pacifiques
Rouler d’un cours égal l’homme à l’Éternité.

Mais nous, nous, consumés d’une impossible envie,
En proie au mal de croire et d’aimer sans retour,
Répondez, jours nouveaux ! nous rendrez-vous la vie ?
Dites, ô jours anciens ! nous rendrez-vous l’amour ?

Où sont nos lyres d’or, d’hyacinthe fleuries,
Et l’hymne aux Dieux heureux et les vierges en choeur,
Eleusis et Délos, les jeunes Théories,
Et les poèmes saints qui jaillissent du coeur ?

Oh ! la tente au désert et sur les monts sublimes,
Où sont les Dieux promis, les formes idéales,
Les grands cultes de pourpre et de gloire vêtus,
Et dans les cieux ouvrant ses ailes triomphales
La blanche ascension des sereines Vertus ?

Les Muses, à pas lents, Mendiantes divines,
S’en vont par les cités en proie au rire amer.
Ah ! c’est assez saigner sous le bandeau d’épines,
Et pousser un sanglot sans fin comme la Mer !

Oui ! le Mal éternel est dans sa plénitude !
L’air du siècle est mauvais aux esprits ulcérés.
Salut, Oubli du monde et de la multitude !
Reprends-nous, ô Nature, entre tes bras sacrés !

Dans ta khlamyde d’or, Aube mystérieuse,
Éveille un chant d’amour au fond des bois épais !
Déroule encor, Soleil, ta robe glorieuse !
Montagne, ouvre ton sein plein d’arôme et de paix !

Soupirs majestueux des ondes apaisées,
Murmurez plus profonds en nos coeurs soucieux !
Répandez, ô forêts, vos urnes de rosées !
Ruisselle en nous, silence étincelant des cieux !

Consolez-nous enfin des espérances vaines :
La route infructueuse a blessé nos pieds nus.
Du sommet des grands caps, loin des rumeurs humaines,
Ô vents ! emportez-nous vers les Dieux inconnus !

Mais si rien ne répond dans l’immense étendue,
Que le stérile écho de l’éternel Désir,
Adieu, déserts, où l’âme ouvre une aile éperdue !
Adieu, songe sublime, impossible à saisir !

Et toi, divine Mort, où tout rentre et s’efface,
Accueille tes enfants dans ton sein étoilé ;
Affranchis-nous du temps, du nombre et de l’espace,
Et rends-nous le repos que la vie a troublé !

(Leconte de Lisle)

Illustration: Jean-Claude Forez

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

Qui se repaît (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 6 novembre 2018



 

Qui se repaît
de ces festins de sang ?
Qui salive
A la une des ventres bleuis ?
Qui inflige
Ces temps barbares ?

(Andrée Chedid)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Ruines du coeur (François Coppée)

Posted by arbrealettres sur 12 octobre 2018



 

Trisha Lambi_1038

Ruines du coeur

Mon coeur était jadis comme un palais romain,
Tout construit de granits choisis, de marbres rares.
Bientôt les passions, comme un flot de barbares,
L’envahirent, la hache ou la torche à la main.

Ce fut une ruine alors. Nul bruit humain.
Vipères et hiboux. Terrains de fleurs avares.
Partout gisaient, brisés, porphyres et carrares ;
Et les ronces avaient effacé le chemin.

Je suis resté longtemps, seul, devant mon désastre.
Des midis sans soleil, des minuits sans un astre,
Passèrent, et j’ai, là, vécu d’horribles jours ;

Mais tu parus enfin, blanche dans la lumière,
Et, bravement, afin de loger nos amours,
Des débris du palais j’ai bâti ma chaumière.

(François Coppée)

Illustration:Trisha Lambi

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mieux que les ours et la tigresse (Louise de Vilmorin)

Posted by arbrealettres sur 21 août 2018



Catherine Musnier  cirque [800x600]

Mieux que les ours et la tigresse,
La chatte grise, un gris d’iris,
La chouette devineresse,
La guenon, plurent à mon fils
Mieux que les ours et la tigresse.

« Je les ferai rire à mon tour.
Allons leur dire bon voyage;
Elles s’en vont au petit jour.
Rien qu’en leur demandant leur âge
Je les ferai rire à mon tour. »

Mon amour, en sa préférence
Aimait prolonger les plaisirs.
Elle reconnut son enfance
En cet enfant de nos désirs,
Notre amour et sa préférence.

Ces bêtes n’attiraient que nous,
Chacun s’en allait vers les cages
Où rampe et tourne le courroux
Des fauves grondant leur orage.
Ces bêtes n’attiraient que nous.

De la lune, les eaux laiteuses
Baignaient le campement forain.
Curieux, dompteurs et jongleuses,
Les acrobates et les nains
Se mouvaient en cette eau laiteuse.

Alors, devant les animaux
Qu’il voulut revoir dans leur cage,
Mon fils agita son chapeau,
Les taquina jusqu’à la rage.
Il taquina ces animaux.

Le feu d’une lampe à pétrole,
Troublé par un souffle de vent,
Projetait autant d’ombres molles
Que de lueurs en se mouvant,
Et cette flamme de pétrole

Tremblait sur de jeunes amants,
Baiser premier, seul baiser rare
Qu’interrompit le jeu dément
De mon fils et ses cris barbares.
Ce jeu fit trembler les amants.

« Enfant, ces bêtes sont savantes
Et, savantes, peuvent punir.
Ton jeu méchant les mécontente,
Prends garde, dis je, il faut partir.
Enfant, ces bêtes sont savantes. »

(Louise de Vilmorin)

Illustration: Catherine Musnier 

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Qui ? (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 1 août 2018



Qui ?

Qui se repaît
De ces festins de sang ?

Qui salive
À la vue des ventres bleuis ?

Qui inflige
Ces temps barbares ?

Qui calfeutre
Les fenêtres d’autrui ?

Qui d’un rire sardonique
Ruine nos champs d’espérance ?

(Andrée Chedid)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »