Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘loutre’

Mon Pinceau (Françoise Lison-Leroy)

Posted by arbrealettres sur 30 avril 2018



mon pinceau
aime la rivière
les marais
les nénuphars
c’est lui
ma petite loutre
celle qui glisse dans l’eau
soyeuse comme du papier
qui se trace un chemin jusqu’au ruisseau
et plonge mieux qu’un poisson
puis revient sur la page
pour dessiner ce qu’elle a vu
ma petite loutre se souvient
d’un pays aux herbes douces

(Françoise Lison-Leroy)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sous les saules (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 22 février 2018



 

oiseau de feu [1280x768]

Sous les saules

L’étrange oiseau dans la cage aux flammes
Je déclare que je suis le bûcheron de la forêt d’acier
que les martes et les loutres sont des jamais connues
l’étrange oiseau qui tord ses ailes et s’illumine
Un feu de Bengale inattendu a charmé ta parole
Quand je te quitte il rougit mes épaules et l’amour
Le quart d’heure vineux mieux vêtu qu’un décor lointain
étire ses bras débiles et fait craquer ses doigts d’albâtre
A la date voulue tout arrivera en transparence
plus fameux que la volière où les plumes se dispersent
Un arbre célèbre se dresse au-dessus du monde avec des
pendus en ses racines profondes vers la terre
c’est ce jour que je choisis
Un flamboyant poignard a tué l’étrange oiseau dans la cage
de flamme et la forêt d’acier vibre en sourdine illuminée par
le feu des mortes giroflées
Dans le taillis je t’ai cachée dans le taillis qui se proclame roi des plaines.

(Robert Desnos)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Soudain orage normand (Paul Fort)

Posted by arbrealettres sur 13 juin 2017



Soudain orage normand

Bleus, gris, loutre, améthyste,
plusieurs ciels se sont liés.
Ciel unique! Ombre au singulier
que raye un seul éclair sinistre.
On ne voit plus le ciel.
Il pleut au pluriel.

(Paul Fort)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sous Les Saules (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 21 mai 2016



Sous Les Saules

L’étrange oiseau dans la cage aux flammes
Je déclare que je suis le bûcheron de la forêt d’acier
que les martes et les loutres sont des jamais connues
l’étrange oiseau qui tord ses ailes et s’illumine
Un feu de Bengale inattendu a charmé ta parole
Quand je te quitte il rougit mes épaules et l’amour
Le quart d’heure vineux mieux vêtu qu’un décor lointain
étire ses bras débiles et fait craquer ses doigts d’albâtre
À la date voulue tout arrivera en transparence
plus fameux que la volière où les plumes se dispersent
Un arbre célèbre se dresse au-dessus du monde
avec des pendus en ses racines profondes vers la terre
c’est ce jour que je choisis
Un flamboyant poignard a tué l’étrange oiseau dans la cage de flamme
et la forêt d’acier vibre en sourdine illuminée par le feu des mortes giroflées
Dans le taillis je t’ai cachée dans le taillis qui se proclame roi des plaines.

(Robert Desnos)

 

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

NOCTURNE (Maurice Fombeure)

Posted by arbrealettres sur 4 novembre 2015



NOCTURNE

Cheval échappé de la clé des songes
Heurtant du sabot l’horloge à minuit :
Les plus lourds dormeurs sortent de leurs plonges
Émergent dans le silence et l’ennui

La chouette ulule au faîte des granges
La lune s’étale sur ses moissons bleues
On entend tinter des cloches étranges
Craquer les grillons sous les cendres feues

C’est l’heure où chassent le brochet, la loutre
Et le maraudeur et le braconnier,
Le contrebandier saigne sur ses outres,
Il pleut quelque plomb sur le faux saunier.

La terre est semée de villages morts
Où grognent des chiens, où des rats galopent
Se crispent des mains sur de vieux remords
Où sur les seins lourds des maries-salopes

Mais l’aurore aiguise au loin ses couteaux
Dans son huile d’or baigne ses flammèches
Pour ressusciter, ouvrant leurs vantaux
Tous ces doux champions du vieux casque-à-mèche

Le jeune et le vieux le gars et la belle
Dans les bras l’un de l’autre alors surpris,
Et dans les vergers lourds de mirabelles
Les merles espiègles et les mulots gris
Les rondes d’enfants tournant à grands cris
A la ri, à la ribe, ribambelle !

(Maurice Fombeure)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous vivions nu-pieds (Franz Hellens)

Posted by arbrealettres sur 12 juillet 2015



 

loutre

Nous vivions nu-pieds, tête nue,
l’âme et le coeur à l’avenant,
en compagnie des bêtes de plume et de poil…

Un geai, une loutre,
l’un fuyant par les arbres,
l’autre s’enfonçant dans le gouffre de l’étang,
c’étaient nos demi-dieux.

(Franz Hellens)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

PAIX DE L’ÉPOUSE (Rina Lasnier)

Posted by arbrealettres sur 5 juillet 2015



PAIX DE L’ÉPOUSE

Paix à ton épaule lustrée de jeune loutre
paix à ma main simultanée te couvrant d’oiseaux
et tes cheveux sont l’eau heurtée de mousse…

Paix à la soif sèche des lèvres par l’irruption de l’esprit
à travers l’aise et l’amour éveillant un dieu naissant ;
paix à nos ombres longues de leur seule fraîcheur
comme l’obscurité tendre née de la neige.

Tu es en moi le puits creusé jour à jour,
dors, remontée en moi comme les anneaux de l’eau…

(Rina Lasnier)

Illustration: Anne-Marie Zilberman

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA TERRE DE L’ÉTÉ (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 16 mars 2015



 

Laetitia Plinguet  femme cheval

LA TERRE DE L’ÉTÉ

Cheval, cheval, beau cheval qui t’avances
Tu ne verras jamais ce que je vois
Pour caresser les cheveux de l’enfance
Je suis venu la flamme à chaque doigt.

Je dis des mots, je m’éclaire à leur huile
Et mon regard brûle sans consumer
Je porte en moi l’incendie de la ville
Et dans la ville une femme à sauver
Une alouette, une torche tranquille
Fille de feu qui persiste à rêver.

L’air est empli de soldats, de murailles
De soubresauts, de galops effarés
Une étincelle aux sabots de l’orage
Et ma poitrine éclate de mitraille
Et mon seul souffle embrase la forêt.

Je dis des mots pour la martre et la loutre
Je dis des mots pour la soif et l’étang

Je parle en moi pour écarter les poutres
Et les cheveux du front de mon enfant
Mon bel enfant plus bleu que mille routes
Plus pur en moi que l’arbre dans le vent

Cheval, cheval, beau cheval qui m’écoutes
Cheval, cheval, dis-moi que tu comprends.

(Robert Sabatier)

Illustration: Laetitia Plinguet

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :